L'oeuvre de Kettly Mars

Livres en Folie Voilà une auteure dont l'oeuvre fort diversifiée est entrain de s'imposer avec une indiscutable sympathie publique. C'est d'abord une femme dont la franchise et le courage sont convaincants. dans la galerie de nos grands écrivains actuels, Kettly Mars occupe, gràce à sonn dernier roman « Saisons sauvages », une place de premier choix.

Publié le 2010-05-31 | Le Nouvelliste

Le Nouvelliste: Kettly Mars, est-ce qu'on peut dire que votre dernière oeuvre - Saisons Sauvages - est la suite logique de vos oeuvres précédentes ? Kettly Mars: Cette remarque m'a déjà été faite. Mon interlocuteur m'avait plutôt confié n'avoir pas été étonné que j'écrive un roman politique au regard des prémices esquissées dans Kasalé et L'heure hybride. Je dis politique dans le sens que « Saisons sauvages » aborde une période de notre histoire du point de vue de la politique, celle d'une dictature dont l'empreinte est encore très profonde dans notre vécu aujourd'hui. Encore une oeuvre sur Duvalier, dira-t-on. Depuis ces dix dernières années nous constatons une augmentation des études, témoignages, essais et articles sur cette période et ils ne sont pas près de s'arrêter. Ils répondent à un besoin de comprendre pour les génération actuelles et à un devoir de mémoire. Mais il arrive toujours un temps où la fiction doit aussi se réapproprier l'Histoire. Pour entrer dans son intimité, lui donner visage humain, la partager, la démystifier, la livrer à la réflexion. J'espère avoir pu maintenir une certaine objectivité en écrivant ce roman, mais on ne peut parler, même aujourd'hui encore, de la dictature des Duvalier sans provoquer des résonances profondes. Mais en même temps, je dirais que la logique est fausse dans le sens que l'intérêt pour moi dans ce projet a été avant tout d'écrire un roman, une oeuvre complète qui aborde, certes, les différentes facettes de la vie d'une époque et d'un peuple, mais aussi et surtout essaie de mettre à nu l'âme humaine, de faire vivre des hommes et des femmes de chair et de sang, sublimes et pitoyables dans leur démesure, leurs petitesses et leurs grandeurs. Des hommes et des femmes de tous les cieux. Toutes les dictatures se ressemblent, elles découlent du même principe et utilisent les mêmes techniques, le reste n'est que du folklore. L.N.: Certains lecteurs ont tendance à réduire le contenu de « Saisons sauvages » à cette présence saisissante de relations sexuelles hors norme... Êtes-vous d'accord avec cette opinion ? K.M.: Chaque écrivain dispose de sa liberté d'expression à sa manière. Une liberté qui lui est inaliénable et indispensable. Chaque lecteur aborde un roman à sa façon, selon sa propre expérience, et je lui reconnais ce droit. Mais ne voir que l'aspect des situations sexuelles décrites dans l'histoire dont il est question est en effet très réducteur. L'érotisme ici est un parti pris, sa présence ajoute au malaise du roman. Le sexe est une arme de guerre et un instrument de subjugation psychologique bien connu. Nous retrouvons dans les dictatures des phénomènes humains comme la soumission à l'autorité ou la servitude volontaire qui vont à l'encontre de nos illusions démocratiques. L.N.: Poésie, nouvelle, roman... Vous avez déjà exploité avec succès ces trois genres. Lequel préférez-vous au juste ? K.M.: Mes quatre dernières productions sont des romans. Il semblerait que j'aie un faible pour ce genre. Ecrire un roman c'est partir pour un long voyage dont on connait le point de départ mais pas la fin. Mais j'aime aussi écrire des nouvelles et je suis surtout une grande lectrice de nouvelles. Il est peut-être plus difficile de réussir une nouvelle qu'un roman. J'écris beaucoup moins de poésie depuis longtemps, mais il m'arrive de taquiner la muse ... L.N.: De plus en plus, l'écriture, selon toute évidence, est un exutoire pour vous. Mais écrire dans un pays comme Haïti est un calvaire, n'est-ce pas ? K.M.: Cela fait déjà une bonne quinzaine d'années que j'écris. Cette activité est une partie importante de ma vie que je ne vois pas comme un calvaire, mais comme ce qui me tient en vie et me renouvelle. La situation en Haïti est difficile et pour y vivre il faut voir plus loin que la réalité que nous avons sous les yeux, il faut créer un autre monde où les possibles sont encore à notre portée. Nous sommes des écrivains de nombreux pays difficiles dans le monde à écrire des romans, des nouvelles, de la poésie, à aborder nos réalités sous d'autres angles et à l'offrir en partage à l'Autre pour enrichir l'expérience humaine. L.N.: Je ne terminerai pas sans revenir à « Saisons sauvages » qui nous a certainement bousculés parce que le décor, les personnages, la trame renvoient à une époque tragique... K.M.: Les critiques ont rapproché la trame de « Saisons sauvages » à celle d'une tragédie grecque. L'histoire que j'ai écrite ne pouvait s'accommoder que d'une dimension tragique. Cette dimension s'est imposée à moi dès le début. Comme cette époque qui marquera à jamais notre histoire. Saisons sauvages bouscule parce que l'histoire met en scène la dictature dans toute sa nudité et qu'elle fait vivre des hommes et des femmes de part et d'autre du pouvoir, aux prises avec les filets d'un système politique qui se donnait le droit de vie et de mort sur ses sujets. Ce sont des réalités qui ne peuvent laisser indifférents et il faut avoir le courage de les regarder en face et de dire : « plus jamais ça. » L.N.: Quel prochain ouvrage préparez-vous ? K.M.: Je ne voudrais pas déjà dévoiler mon prochain projet... Je dirai seulement qu'il s'agit d'un roman historique se déroulant à la fin du 19e siècle.
Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".