Livre Paris / 36e édition

Haïti au cœur du Salon du livre de Paris

Pendant 4 jours, le Parc des expositions de Paris, Portes de Versailles, a reçu plusieurs personnes d’horizons différents pour la 36e édition du Salon du Livre de Paris rebaptisé cette année « Livre Paris ». Haïti a été représentée par une pléiade d’écrivains dont Lyonel Trouillot et le jeune conteur Jude Joseph à cet « évènement culturel et littéraire le plus populaire de France et l’un des plus reconnus à l’international».

Publié le 2016-03-23 | Le Nouvelliste

Du jeudi 17 mars au dimanche 20 mars 2016, les écrivains ont défilé au Palais de Versailles pour présenter et signer leurs derniers ouvrages au public qui a fait le déplacement à Livre Paris. C’est la Corée du Sud qui était à l’honneur à travers une délégation de 30 écrivains sud-coréens représentant la production actuelle de ce pays. « Ils ont été 12 femmes et 18 hommes issus de toutes générations, s’adressant à tous les publics. Une vingtaines d’éditeurs sud-coréens ont accompagné cette délégation», a-t-on lu sur le site officiel du Salon de livre de Paris. Si l’Asie a été bien représentée par ces écrivains, Haïti n’était pas en reste. Depuis le vendredi 18 mars 2016, de nombreux écrivains haïtiens ont été en signature au salon du livre. C’est le cas du conteur Jude Joseph, qui a représenté Haïti à travers son dernier livre intitulé « Papa Loko ». C’est un conte écrit, selon l’auteur, d’après les chants traditionnels haïtiens et qui raconte l’amitié entre le vent et un papillon. «C’est un livre illustré bilingue, accompagné d’un CD, a-t-il expliqué. Je suis très fier de représenter Haïti à travers le Salon du Livre de Paris qui représente la meilleure vitrine pour moi de vendre la culture haïtienne à travers ses contes», soulignant par ailleurs la présence de James Noël et Rodney Saint-Éloi et d’autres écrivains haïtiens en signature pour la deuxième journée de cette activité. Au cours de la dernière journée de cette grande manifestation consacrée au livre et à l’écrit, on pouvait remarquer de très grands noms parmi les écrivains haïtiens dont Lyonel Trouillot qui était en signature et aussi le Québécois d’origine haïtienne l’immortel Dany Laferrière avec son dernier titre, écrit après son élection à l’Académie française en 2015 :« Tout ce qu’on ne te dira pas, Mongo », qui est un guide de survie pour les immigrants qui arrivent à Montréal. C’est un roman qui raconte l’histoire de ce même jeune homme qu' était Dany Laferrière quand il était arrivé dans la même ville en 1976. « Le même désarroi et la même détermination», a-t-on lu sur la page de couverture de ce texte. Il était également en signature avec un autre texte intitulé « Mythologies américaines », publié chez Grasset en France, qui reprend des textes comme son premier roman qu’il a publié il y a plus de 30 ans et d’autres textes comme : « Cette grenade dans la main du jeune Nègre est-elle une arme ou un fruit ?, Fête chez Hoki (1987) et un inédit : Truman Capote au Park Hôtel).» « Ils constituent ce que j’appelle ma mythologie américaine », a résumé le lauréat du prix Médicis en 2009 avec L’Énigme du retour (Grasset, 2009). « C’est très rare de trouver des textes qui étaient en poche et qui retournent en grand format surtout dans la prestigieuse collection jaune de Grasset. Généralement, les livres passent de grand format aux livres de poche, mais nous avons fait le contraire avec ces textes dont mon premier roman : Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer.» On a également remarqué d’autres écrivains haïtiens, peu connus dans le pays, qui ont fait le déplacement en France pour cette activité. C’est le cas de l’écrivain Gabriel Osson avec son roman « J’ai marché sur les étoiles ». « C’est un roman qui nous invite à nous dépasser physiquement et à nous abandonner à nos pensées, a expliqué celui qui vit au Canade depuis de nombreuses années. Dans ce texte, j’invite mes lecteurs à vivre l’expérience de ce pèlerinage légendaire que j’ai réalisé à travers des conseils pratiques.» L’écrivain français François Blancpain, époux de la petite-fille de l’ancien président haïtien Louis Borno, lui aussi était en signature pour son livre: Histoire de Saint-Domingue-Haïti. « Ce n’est pas mon premier texte sur Haïti, dit l’écrivain octogénaire. Par rapport à ma femme et à l’accès que j’ai eu avec certaines archives de l’ancien président Borno, j’ai écrit plusieurs textes sur Haïti et sur les relations entre ce pays et les États-Unis durant l’occupation américaine. » La 36e grand-messe de livre de Paris a fermé ces portes ce dimanche 20 mars au Palais de Versailles. Cet évènement était également l’occasion pour trois candidats de la droite – Alain Jupé, François Fillon et Jean-François Copé – de dédicacer leurs livres, « sans perdre de vue les primaires de novembre ».
Jocelyn Belfort depuis Paris Auteur

Réagir à cet article