Incendiée, l’école nationale mixte de Léogâne accueille ses élèves sur un autre site

Les 663 élèves de l’école nationale mixte de Léogâne suivent cette semaine leurs cours sous deux hangars qui servaient d’abris provisoires à l’Institution Sainte-Rose de Lima. Les élèves seront à nouveau transférés lundi sur un autre site en vue de boucler l’année académique en attendant la reconstruction de leur école (qui était un important centre de vote pendant les élections) partie en fumée dans la nuit du mercredi 21 à jeudi 22 janvier.

Publié le 2016-01-27 | Le Nouvelliste

Il n’est pas question que les élèves de l’école nationale mixte de Léogâne perdent l’année scolaire, faute de locaux. La mairie de la commune et la société civile se sont associés au ministère de l’Education nationale pour permettre aux 663 élèves de regagner leur salle de classe le plus vite. Le ministre de l’Education nationale a visité ces derniers ce mardi 26 janvier. Les conditions optimales d’apprentissage ne sont pas évidemment réunies. «J’ai rencontré des enfants traumatisés, a déclaré Nesmy Manigat. Le climat d’apprentissage n’est pas des plus sereins. » Déplorant l’incendie de l’établissement scolaire dans un contexte de crise post-électorale, le ministre a appelé tous les secteurs à respecter l’engagement numéro 2 du Pacte national d’éducation. « Il faut garder les écoles en dehors des influences politiques néfastes », a insisté Nesmy Manigat, félicitant par ailleurs le geste de la société civile de Léogâne dont le Rotary Club, la mairie, qui ont facilité la reprise des activités scolaires. Selon le ministre, le processus de relocalisation de l’école nationale mixte de Léogâne se fera en trois temps. Cette semaine, elle est logée dans deux hangars sur la cour de l’institution Sainte-Rose de Lima. Les hangars ne peuvent pas accommoder tous les 663 élèves. Dès lundi prochain, elle sera transférée dans un autre bâtiment en phase de réhabilitation en vue de boucler l’année académique. « Pour l’instant, nous sommes au point deux, a souligné M. Manigat. La troisième étape consiste à trouver un espace où l’on arrive à construire définitivement cette école ainsi que l’école nationale des filles (Anacaona) dont l’espace est trop exigu. » De leur côté, le directeur de l’établissement, Anselme Brismond, et l’inspecteur du Bureau du district scolaire (BDS), Prévôt Mercidieu, se sont félicités d’avoir pu réaliser cette réouverture. « Nous sommes satisfaits », se réjouissent-ils. Selon ces derniers, la réouverture de l’école est le résultat de la volonté manifeste du ministre de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle. « Nous avions prévu de faire la rentrée la semaine prochaine, mais le ministre a insisté pour que les élèves reprennent les cours d’ici cette semaine », a indiqué M. Brismond. Le directeur de l'école en a profité pour remercier les sœurs de Sainte-Rose de Lima de leur générosité. Anselme Brismond salue aussi le dévouement des enseignants et des parents ayant contribué à la réussite de la rentrée scolaire. Comme l’a dit le ministre, la place de tous les élèves est dans les salles de classe. Respecté.
Ses derniers articles

Réagir à cet article