Haiti Movie Awards 2015

PUBLIÉ 2015-11-11
Quand le cinéma haïtien illumine le ciel du septième art dans l'État du Massachusetts, c'est toute la culture haïtienne qui se trouve rehaussée dans sa grandeur d'âme, à travers ses ambassadeurs venus d'Haïti et de la diaspora.


Une fois encore, l'écho du septième art a résonné dans le cœur des Bostoniens haïtiens et des autochtones, qui ont su savourer avec candeur cette cérémonie grandiloquente présentée par le journaliste-présentateur Paul Villefranche et l'actrice haïtienne Falia Justimia, sous le feu des projecteurs, à l'occasion du cinquième festival annuel Haiti Movie Awards, produit par Motion Picture Association Of Haiti le dimanche 1er novembre 2015, à Lantana, Randolph, Massachusetts. En cette période où l'on s'approche déjà de l'hiver, curieusement, l'ambiance était chaleureuse et glamour. Quant aux habitués du festival, massés à l'entrée principale de Lantana, ils étaient tous enchantés d’assister à l’arrivée des stars en limousine. Après un bain de foule bien mérité sous l'œil des caméras officiellement branchées, suivi de photos spontanées prises par des téléphones portables pour des souvenirs individuels, les stars ont franchi la porte de la salle réservée aux invités spéciaux pour le cocktail du soir avant de rejoindre la grande salle où se déroulait la cérémonie. La morosité apparente de la production du cinéma haïtien durant l'année 2014 n'a toutefois pas empêché les organisateurs de présenter au public de plus de 700 personnes un tableau d'artistes riche en couleurs qui a dégagé un effluve particulier dans cette atmosphère de courtoisie, de civilité et d'élégance animée par des troupes de danse et des artistes de la chanson comme invités d'honneur. Ont ainsi défilé tour à tour sur scène : Malida, Mikaben, le percussionniste François Décius, le pianiste Brunir Shackleton et la violoniste Bunie Célestin, pour la circonstance. Comme le veut la tradition, à l'ouverture du festival, le fameux chanteur haïtien à la voix d'or Pierre Gardy Fontaine a entonné magistralement l'hymne national américain, suivi de l'hymne national haïtien en créole. L’assistance a déclenché, à la fin de l'interprétation, un tonnerre d'applaudissements, en signe de respect, d'honneur et d'amour pour ce drapeau conquis au prix du sang. Mais l’un des temps forts de la soirée a surtout été la remise des trophées d'honneur à certaines personnalités légendaires de la diaspora telles Wilner Auguste, un leader incontestable de la communauté haïtienne du Massachusetts pour ses engagements civiques ; suivi du rappeur Pras Michel, un ancien membre des Fugees, le narrateur du documentaire Sweet Micky (qui se défend, entre autres, de sa liaison politique avec le président) ; puis Ron Duprat, un célèbre cuisinier haïtien qui ne cesse de faire parler de lui dans le milieu américain. Plus tard est venu le moment de décerner des prix d'excellence à trois acteurs distingués du cinéma haïtien. Il s'agit du Dr Fresnel Larosilière (aka Pè Démeran), Ricardo Lefèvre (aka Piwouli) et Manfred Marcelin. Ce dernier souhaite pour sa part que Motion Picture Association Of Haiti reproduise ce même exercice en Haïti, pour donner une nouvelle impulsion au cinéma du pays souffrant du syndrome de la piraterie contre lequel Motion Picture Association Of Haiti, en accord avec de grandes firmes internationales comme Netflex, International Flix, etc., se donne désormais les moyens de combattre, comme l'a rappelé à juste titre Hans Patrick Domerçant, son président-directeur général, au cours de la soirée. On a pu voir, dans la foulée, d'autres présentateurs remarquables faire leur apparition sur scène, comme Charlot Lucien (poète et conteur), la sénatrice de l'État du Massachusetts, Linda Dorcena Forry, le député de l'État du Massachusetts, Dan Cullinane, etc. Emue par le choc des images touchantes des grandes célébrités disparues de l’univers du théâtre et du cinéma haïtien projetées à l’écran, l’assistance n’a fait que s’incliner ce soir-là, à travers ses murmures ludiques, devant des grands noms comme Languichatte, Azibe, Ginou, Mantoute, etc. Mais l’homme qui aura le plus marqué les esprits est feu Bob Lemoine, un des pionniers du cinéma haïtien, une voix inoubliable, et un des présentateurs de ce festival en 2012. Enfin, d’année en année, Motion Picture Association Of Haiti, sous la direction de Hans Patrick Domerçant, ne cesse d’améliorer la qualité de ce festival qui attire de plus en plus de gens venus de partout de la diaspora, d’Haïti et de l'étranger, pour répondre aux exigences de notre temps. Comme Manfred Marcelin l’a suggéré à juste titre, pour donner effectivement un nouvel élan au cinéma haïtien, il serait productif de faire d’un tel événement annuel un cas d’école en Haïti, par voie de conséquence, un facteur pour la création d’emplois, pour la croissance économique, et pour l’épanouissement des esprits. PRIX DÉCERNÉS PAR MOTION PICTURE ASSOCIATION OF HAITI (MPAH), 2015 Meilleur Film : The Heartbreaker’s Revenge (Réalisé par Dalyboy Belgason) Meilleur Acteur : Graphy Junior Jules (Infidèle) Meilleure actrice : Daphney Augustin (Infidèle) Meilleur second rôle masculin: Jean Alix Holmand (Infidèle) Meilleure second rôle féminin: Sarodj Bertin (The Heartbreaker’s Revenge) Meilleur réalisateur: Dalyboy Belgason (The Heartbreaker’s Revenge) Meilleur scénario : Comme Deux Gouttes de Larmes (par Mikelson Toussaint) Meilleur court-métrage : 5 Minutes pour mon pays (réalisé par Dominique Télémaque) CHOIX DU PUBLIC (Pour la catégorie court-métrage) : "Addiction" (réalisé par Dzhurayev Danny) CHOIX DU PUBLIC (Pour la catégorie long-métrage) : "Puissance de la foi" (réalisé par Saintanor Camilus) Meilleur directeur de Photographie : Robert Peters (The Heartbreaker’s Revenge) Meilleur Documentaire : "Lakay" (réalisé par Tirf Alexius)

Frantz Jean Baptiste



Réagir à cet article