ZenoRadio concurrence AudioNow à Port-au-Prince

Des idées pour le développement

Publié le 2015-06-08 | Le Nouvelliste

Economie -

Dans les rues des grandes métropoles du monde, à New York, à Paris, à Toronto ou à Montréal et partout où affluent les Haïtiens, on peut écouter certaines grandes stations de radio émettant depuis la capitale haïtienne à partir d’un numéro de téléphone. Pour ce faire, jusqu’à tout récemment, on utilisait le service de la compagnie AudioNow. Celle-ci indique sur son site internet, http://www.audionow.com, qu’elle dessert 2,6 millions d’auditeurs de 130 nationalités à travers plus de 2 500 radiodiffuseurs dans le monde entier, grâce à la radiodiffusion par téléphone dans plus de 90 langues. Désormais, les propriétaires de radios haïtiennes disposent également d’une nouvelle plateforme technologique dénommée ZenoRadio qui offre davantage de possibilités et de flexibilité, si l’on en croit M. Baruch Herzfeld, son fondateur, dans une interview par Skype depuis son bureau à New York. Dans l’ensemble, ZenoRadio, disponible sur http://www.zenoradio.com, s’adresse prioritairement à plus de 50 millions d’immigrés vivant aux États-Unis qui sont trop souvent négligés par les médias traditionnels. Ces populations sont désireuses de s’intégrer dans la société américaine tout en gardant leur identité. Le réseau compte déjà plus de 5 000 radios à travers le monde, aux États-Unis, en Amérique latine, en Afrique, en Asie, en Europe et dans la Caraïbe. L’équipe de ZenoRadio nous a contactés pour étaler les différents avantages qu’elle offre par rapport à son compétiteur immédiat. Il s’agit d’un service de radio satellite comme il existe un service de télévision satellite. Mais, en plus d’offrir la possibilité d’écouter les stations existantes par téléphone, ZenoRadio permet de créer gratuitement une radio de diffusion en direct sur Internet. Son fondateur se vante du fait que sa compagnie fournit non seulement les services offerts par son compétiteur, mais également d’autres types de services, et ce à une meilleure qualité. Quand on demande à M. Baruch Herzfeld les raisons pour lesquelles les services de ZenoRadio seraient meilleurs, il énonce tous les efforts d’adaptation entrepris. Il dit avoir visité Haïti plus d’une dizaine de fois afin de rencontrer les potentiels clients et évaluer leurs besoins. Sa compagnie a même contracté les services d’une firme haïtienne évoluant dans le secteur de la technologie dénommée Transversal en vue de concevoir un logiciel qui adaptera les services internationaux de ZenoRadio aux besoins des Haïtiens. Transversal, dans le cadre d'un partenariat avec ZenoRadio, utilise des ressources humaines locales, programmeurs locaux et vivant en Haïti, pour le développement de la plateforme de diffusion répondant aux spécificités locales. Max Larson Henry, PDG de Transversal, affirme qu’il s'agit d'un partenariat gagnant-gagnant pour les Haïtiens de la diaspora, ZenoRadio, les médias haïtiens partenaires ainsi que Transversal. Baruch Herzfeld ne cache pas sa fierté : ZenoRadio embauche des professionnels haïtiens. Son compétiteur, dit-il, ne fait pas autant. Comme une compagnie de téléphonie cellulaire de la place, M. Herzfeld invite les propriétaires de radios haïtiennes à « changer de réseau », au profit de ZenoRadio. Son compétiteur, justifie-t-il, ne crée aucun emploi en Haïti, ne donne aucun contrat à personne. « Il ne fait que gagner de l’argent en utilisant les médias haïtiens sans investir un sous au pays », déplore-t-il. ZenoRadio se dit très satisfaite de la qualité des travaux de la firme haïtienne Transversal. Le programme informatique créé par les professionnels haïtiens, avoue-t-il, est d’excellente facture. « Rien à envier aux programmeurs de Silicon Valley », lâche-t-il en faisant référence au pôle des industries technologiques de pointe situé dans la partie sud de la région de la baie de San Francisco en Californie, sur la côte ouest des États-Unis. Outre la possibilité de pouvoir écouter les radios haïtiennes à travers son téléphone, ZenoRadio, informe Baruch Herzfeld, paie une redevance envers les radios qui attirent un grand nombre d’auditeurs selon le temps de connexion de ces derniers. Il ne veut pas donner de montant, puisque ce dernier varie selon les utilisateurs et leur temps d’usage. Il donne ses coordonnées à toutes les personnes intéressées par le service (1). Ba Boubacar, de nationalité malienne, est responsable de la branche Afrique de l’Ouest de langue française de ZenoRadio. Prenant part à notre interview à côté de Baruch Herzfeld, il a confirmé l’existence de radios maliennes ayant reçu des chèques de ZenoRadio. Mais pour cela, les médias en question doivent détenir un nombre important d’auditeurs sur le réseau et ces derniers doivent passer un temps de connexion important. Baruch Herzfeld vante également la possibilité pour les auditeurs de participer aux émissions de radio qu’offre sa compagnie. À partir d’un clic, ils peuvent appeler la radio qu’ils écoutent, n’importe où et sans frais. Mais pour cela, ils doivent utiliser le navigateur Internet Google Chrome. La radio, dit-il, est un monde très dynamique où la technologie évolue rapidement et où l’interaction avec le public prend de plus en plus de place. M. Herzfeld invite tous les propriétaires de radio à adopter sa technologie qui leur permettrait de mieux satisfaire à leurs auditeurs. Selon son fondateur, ZenoRadio compte déjà 50 radios haïtiennes, dont 30 en Haïti et 20 à Miami. Il nous a communiqué six numéros de téléphone ZenoRadio correspondant à six des stations parmi les plus écoutées du pays. On en trouve également des radios en République dominicaine, pays où le fondateur s'est rendu plus d’une trentaine de fois. Comme on l’a expérimenté sur le marché de la téléphonie cellulaire, la concurrence de ZenoRadio pourra contribuer à améliorer les services en ligne offerts par les radios à la diaspora haïtienne. Pour Baruch Herzfeld, ZenoRadio permet aux immigrants vivant en territoire états-unien de garder un contact étroit avec leur culture. Il ne cache pas sa grande admiration pour la culture haïtienne. En plus de visiter Haïti plus d’une dizaine de fois, il côtoie régulièrement les Haïtiens à New York. L'homme détient plus de quinze ans d’expérience et une large connaissance dans la technologie de télécommunications et les plateformes de routage prépayées. De 1995 à 2000, il était un membre de l'équipe de gestion de IDT Telecom qui traite des relations avec les opérateurs et les ventes, de l'application de brevet international et de développement des affaires. De 2000 à 2011, Baruch a lancé Indian Orchard Telecom et Liberty Telecom Solutions, une entreprise de télécommunications avec des opérations dans plus de 20 pays. Il était également le principal investisseur et leadeur technique de Skymax Dominique à Santiago en République dominicaine. Baruch est souvent cité comme un bâtisseur et un leadeur communautaire dans le New York Times, le Wall Street Journal, et d'autres grandes sources d'information. Danielle Tcholakian, dans un reportage consacré à Baruch Herzfeld au journal Metro de New York, en date du 31 juillet 2013, indique qu’il a commencé avec une petite émission de radio et une entreprise de cartes téléphoniques pour aboutir à ZenoRadio, une vaste opération qui impliquait à l’époque plus de 3 000 numéros de téléphone de connexion d’auditeurs basés aux États-Unis à des programmes de radio dans 30 pays à travers le monde. « Pourquoi ma femme ne me laisse-t-elle pas toucher à aucun outil à la maison ? Certaines personnes ont des idées folles ! », avait-il avoué à la journaliste qui le considérait comme l'une de ces personnes. À partir de l’intérêt des auditeurs, il suit l’actualité internationale. Par exemple, en octobre 2013, il a remarqué une baisse énorme chez les auditeurs des stations de radio jamaïcaines. « Puis je me rendais compte qu’ils étaient tous préoccupés par l'ouragan Sandy », avait-il déclaré au journal Metro. De même, quand il avait vu le même pic chez les auditeurs des stations de radio égyptiennes, il y avait de l’agitation politique au pays. Les tendances ne sont pas nécessairement toujours le résultat de turbulences politiques. Mais, en général, quand il remarque un pic chez les auditeurs d’un certain pays, à un moment précis, il va apprendre plus tard qu’il y avait un important événement politique, sportif ou climatique. Quand cela arrive, M. Herzfeld tend la main aux radiodiffuseurs pour leur demander s’ils souhaiteraient enregistrer l'émission en direct pour les personnes qui ne pouvaient pas l’écouter en temps réel. Ces pics d’écoute provenaient en général du Sénégal, du Mali, du Guatemala, du Brésil, de l’Égypte et du Pérou. Bientôt, on pourra probablement compter Haïti dans la liste, et on espère que ce sera pour un événement heureux. (1) : Tél. cellulaire : 917 6815736 / Tél. de bureau : 212 822 3460 / Site Internet : www.zenoradio.com / E-mail : bh@zenoradio.com.

Thomas Lalime thomaslalime@yahoo.fr Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".