Calendrier électoral

Le CEP invite le chef de l’Etat à convoquer le peuple dans ses comices

Publié le 2015-03-13 | Le Nouvelliste

National -

Sans pratiquement aucune modification, le Conseil électoral provisoire a soumis, jeudi, au président de la République, le calendrier électoral. Présenté mercredi aux responsables de partis politiques à l’hôtel Karibe, le CEP n’a tenu compte d’aucune des recommandations faites par les leaders politiques. Il a invité Michel Martelly à convoquer le peuple dans ses comices pour des élections en trois temps : le 9 août pour le premier tour des législatives, le 25 octobre pour le deuxième tour des législatives, le premier tour de la présidentielle et les collectivités territoriales et le 27 décembre pour le deuxième tour de la présidentielle. Alors que certains responsables de partis politiques s’attendaient à des modifications dans le calendrier électoral, le CEP l’a envoyé presque tel quel au chef de l’Etat. Après la publication du décret électoral, le CEP se dote d’un calendrier électoral définitif et invite le président Martelly à convoquer le peuple dans ses comices. « Le seul changement qu’on a fait c’est de reculer la date de démarrage des opérations, parce qu’on doit traiter avant la question des BED et des BEC. Les élections en trois temps sont maintenues », a indiqué le conseiller électoral Néhémy Joseph vendredi matin sur Radio Magik 9. Après la rencontre mercredi dernier avec les responsables de partis politiques, a-t-il dit, le CEP a recueilli les recommandations qui ont été faites et les ont fait analyser par les techniciens de l’institution électorale. « Nous ne sommes pas obligés de tenir compte des recommandations si nos techniciens nous disent qu’elles ne sont pas faisables », a soutenu le conseiller Néhémy Joseph. Selon lui, un ensemble de partis politiques avaient accepté le calendrier électoral tel quel, d’autres ont souhaité des élections en deux étapes avec la présidentielle, les législatives et les collectivités territoriales en même temps au premier tour. Une autre catégorie, a-t-il ajouté, avait fait savoir qu’elle n’a aucun problème avec des élections en trois temps, mais a suggéré l’organisation des élections locales au premier tour avec les législatives. Selon le calendrier électoral définitif, les résultats du deuxième tour de l'élection présidentielle seront publiés le 17 janvier 2016, moins d’un mois avant le 7 février, date à laquelle le successeur de Michel Martelly devra prêter serment. Les responsables de partis politiques disent craindre que la période de contestations après la publication des résultats ne serve pas de prétexte au chef de l’Etat pour prolonger son mandat jusqu’en mai 2016. Néhémy Joseph a souligné que les contestations seront uniquement entre deux candidats et ne dureront pas. Le conseiller électoral a souligné qu’il y aura toujours des partis politiques qui ne seront pas d’accord avec des décisions du CEP. S’agissant de la question des membres des BEC et des BED, le conseiller électoral a souligné que deux possibilités sont sur le tapis. Changer ceux qui sont contestés ou reprendre totalement le processus de recrutement. Pour le moment, le CEP ne s’est pas encore décidé sur la façon de résoudre ce problème. Réactions de certains partis politiques sur le calendrier électoral Contrairement à MOPOD ou à la plateforme Pitit Dessalines, l’organisation politique Fanmi Lavalas a pris deux rencontres avec le CEP sur le décret électoral et sur le calendrier électoral. La coordonnatrice de ce parti rejette le calendrier électoral définitif. « Comme plusieurs autres partis politiques, Fanmi Lavalas demande des élections à deux tours. Un premier tour le 25 octobre pour les législatives et la présidentielle et un deuxième tour avant le 20 décembre incluant les collectivités territoriales », a exigé le Dr Maryse Narcisse dans une conférence de presse vendredi aux locaux de la Fondation Aristide pour la démocratie. Elle estime que des élections en trois temps représentent une charge économique trop lourde pour le pays et les partis politiques. Par ailleurs, madame Narcisse remonte jusqu’au tremblement de terre de janvier 2010 et les milliers de victimes du choléra pour dire que le CEP a besoin plus de temps pour préparer un « bon registre électoral ». La liste électorale doit être nettoyée, a-t-elle avancé. Le président de l’organisation politique Respè a fait savoir que son parti va officiellement écrire au CEP pour lui signifier son désaccord avec le calendrier électoral. Charles Henry Baker plaide pour la réalisation du premier tour des législatives et des collectivités territoriales le 5 juillet, le deuxième tour des législatives au début du mois de septembre et la présidentielle en octobre. Selon lui, il sera plus difficile de frauder de cette façon, c’est pourquoi, a-t-il indiqué, que le CEP ne suit pas ce schéma. Ce calendrier électoral, pour le coordonnateur national de l’OPL, montre que le processus électoral est à la fois complexe et compliqué. Selon le professeur Sauveur Pierre Etienne, pas besoin d’être ingénieur pour savoir que la construction d’une maison commence par la fondation, non sur toit. « Cela fait neuf ans depuis que nous n’avons pas organisé d’élections pour les collectivités territoriales », a-t-il souligné. Une façon pour l’homme politique de dire de dénoncer le fait le CEP n’ait pas mis en premier les élections locales dans le calendrier. Avec ce calendrier tel que conçu par le CEP, l’OPL se demande si l’institution électorale n’a pas pour but d’aggraver encore plus la crise politique, avance le professeur. « Nou pati pou yon imans galimatya », dit-il, critiquant le CEP qui n’a pas pris en considération les recommandations des partis politiques. Pour sa part et parallèlement, le grand conseiller politique de INITE affirme qu’il n’a rien à reprocher au CEP pour avoir soumis au chef de l’Etat le calendrier électoral tel que présenté aux partis politiques. « Aujourd’hui nous avons un CEP qui nous rassure et le calendrier électoral est une bonne chose », a soutenu Paul Denis, reconnaissant le droit aux autres partis politiques d’avoir des réserves sur le document et au CEP de ne pas prendre en considération ces réserves. « Mais, a-t-il dit, on peut avancer avec ce qu’on a. » Le porte-parole du gouvernement a dit accueillir favorablement le calendrier électoral soumis à l’exécutif par le CEP. Le ministre de la Communication, Rotchil François Jr, a annoncé que le pouvoir va très bientôt convoquer le peuple dans ses comices. « Ces élections représentent une priorité pour le gouvernement et nous réaffirmons notre engagement à créer des conditions favorables à la réussite de ces élections », a-t-il garanti. Quelques dates importantes dans le calendrier électoral définitif Le dépôt de candidatures pour les législatives se fera du 6 au 19 avril alors que du 11 au 20 mai ce sera le dépôt de candidatures pour la présidentielle. Le 22 novembre 2015, les 20 nouveaux sénateurs et les 118 nouveaux députés seront connus. Le 17 janvier 2016, on saura le remplaçant de Michel Martelly au palais national. Le 31 décembre 2015, le pays aura de vrais maires issus des élections. Et le 11 mai 2015, ce sera la fermeture de la liste électorale générale du 19 juin au 18 juillet, période de campagne électorale, le 9 août le premier tour des législatives, le 25 octobre ramènera pour le deuxième tour des législatives, le premier tour de la présidentielle et des collectivités territoriales, le 27 décembre le deuxième tour de la présidentielle.

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".