Mildred Aristide parle d’université et de santé

A l'occasion du 8 mars, journée internationale de la femme, Le Nouvellistepublie in extenso la traduction de l’interview, initialement en anglais, accordée par l’ex-première dame haïtienne Mildred Aristide à haitisolidarity.net.

Publié le 2015-03-06 | Le Nouvelliste

Mildred Aristide est une avocate, qui, comme ancienne première dame d'Haïti, a dirigé la Commission nationale sur le sida du pays et est l'auteur d'un livre sur les causes profondes du service domestique des enfants. Depuis le retour de sa famille de l’exil forcé en 2011, Mme Aristide et son mari, l'ancien président Jean-Bertrand Aristide (plus connu à travers Haïti sous le pseudonyme de Titide) ont concentré leurs efforts sur le développement de l'Université de la Fondation Aristide (UNIFA). Le travail pour construire l'UNIFA a eu lieu dans un contexte politique particulier (retard de trois ans du processus électoral, série de manifestations contre le gouvernement Martelly). L’ex-président Aristide, le premier président démocratiquement élu d'Haïti, a été à plusieurs reprises menacé d'arrestation, avec des policiers lourdement armés entourant sa maison. Pourtant, l'UNIFA est restée hors de toute cette agitation. Dans cette nouvelle interview, Mme Aristide détaille les progrès réalisés par cette université au cours des dernières années. Forgée dans la lutte pour la démocratie et l'inclusion, l'UNIFA est un véritable exemple de l'éducation populaire en action. Haiti Solidarity : Tout d'abord, je vous remercie beaucoup pour votre temps. C’est un honneur pour nous à Haïti Solidarité de mener cette interview. En regardant en arrière, il y a quatre ans, le 18 mars 2011, c’était le retour de votre famille d'exil en Afrique du Sud, Que vous rappelez-vous de ce moment? Mildred Aristide : Sans aucun doute, notre accompagnement de l'aéroport à la porte d'entrée de notre maison - où nous étions assis dans la voiture pendant 15 minutes jusqu'à ce qu'un passage puisse être dégagé à travers la foule pour qu’on puisse entrer à l'intérieur! C’est un moment et un sentiment que je n’oublierai jamais. Nous aimons nous référer à ce moment comme un «tsunami de l'amour ». H.S. : Pourquoi avoir rouvert l'UNIFA, la priorité centrale de l'œuvre du président Aristide, à votre retour en Haïti? Pourquoi l'UNIFA est-elle si essentielle à l'effort d'implanter une véritable démocratie en Haïti? M.A. : Permettez-moi de commencer par le contexte. Titide a créé l'Université de la Fondation Aristide (UNIFA) en 2001. C’est une extension de la coopération Haïti-Cuba en soins de santé. Au lieu d'envoyer des étudiants haïtiens à l'école de médecine à Cuba, nous formerons davantage de médecins et professionnels de la santé dans le pays. Nous avons opté pour le campus en 2002. En 2003, la première phase de construction a été achevée; environ 247 étudiants en médecine ont commencé leurs classes. Début février 2004, l'hôpital d'enseignement universitaire, Hôpital universitaire de la paix, est ouvert. Puis il y a eu le coup d'Etat. Alors que Titide et moi avons été forcés de quitter notre maison et le pays, les étudiants ont été chassés du campus de l'UNIFA. Les classes universitaires et les dortoirs ont été transformés en casernes militaires par des soldats de la force multinationale déployée en Haïti. Remarquablement, la plupart des étudiants ont fait leur chemin à Cuba et ont terminé leur formation. Lors du tremblement de terre du 12 janvier 2010, certains de ces jeunes médecins ont fait partie des staffs cliniques d'urgence à l'auditorium de la Fondation; deux font partie de notre personnel à l'UNIFA. Un mois avant notre retour en Haïti, Titide a écrit: « Un an après [le séisme], les jeunes et les étudiants se tournent vers l'Université de la Fondation pour revenir à sa vocation éducative et aider à combler le trou national béant laissé le jour où la terre secoua en Haïti ... Je vais retourner en Haïti pour me consacrer au domaine que je connais le mieux: l’amour et l'éducation. «L'éducation a toujours été au centre de son travail – en tant que professeur / prêtre, créant Lafanmi se lavi (centre pour les enfants des rues), ses écrits, l'activisme pour la justice sociale, son mandat en tant que premier président démocratiquement élu d'Haïti, son érudition en Afrique du Sud. Et aujourd'hui, il apporte tout cela à l'UNIFA. À l'heure actuelle, dans le contexte que vit Haïti, l'université est essentielle. Haïti a besoin d'un espace vital sûr où les jeunes peuvent se réunir, penser pour le pays et construire un avenir dans des circonstances très difficiles. Un endroit où ils peuvent apprendre et interagir avec des professionnels nationaux et internationaux. Une institution qui portera sur des questions nationales et cherchera des solutions viables aux problèmes nationaux. Promesses de travail, de prospérité et de changement pour Haïti – et non la course au visa étranger ou un travail dans une ONG étrangère. C’est l'engagement de l'UNIFA. H.S. : Pourriez-vous décrire la progression de l'UNIFA au cours de ces quatre dernières années, et l'impact qu'elle a fait en Haïti durant cette période? M.A. :Le premier concours d’admission de l'UNIFA en 2011 a attiré plus de 1000 candidats – nous ne pouvions accepter que 126 étudiants pour cette première année! Cent vingt-six représente une infime partie des quelque 50 000 étudiants qui terminent leurs études secondaires chaque année en Haïti; on parle de la nécessité urgente de l'accès à l'éducation universitaire de qualité en Haïti. L'année dernière, il a été signalé qu'il y a environ 30 000 Haïtiens qui fréquentent l'université en République dominicaine, au coût de 80 à 90 millions de dollars par année. Donc, immédiatement - quoique limité – l’objectif de l’UNIFA est d'offrir aux parents haïtiens plus d'options dans l'éducation de leurs filles et fils. Chaque année, nous travaillons afin d’élargir ces options. A l'école de médecine, nous avons ajouté une école de sciences infirmières, de droit en septembre dernier, en partenariat avec l'Université Stony Brook à New York, la première école d'Haïti de la thérapie physique. Notre population estudiantine s’élève à environ 1 200. Nous avons grandi d'une poignée d'instructeurs à plus de 65 instructeurs à travers les quatre écoles différentes. Nos instructeurs haïtiens sont renforcés par un programme dispensé par les instructeurs de visite. Les professionnels américains et haïtiens-américains passent jusqu'à une semaine d'enseignement sur le campus. L'année dernière, nous avons eu le privilège d'accueillir Jeffrey Brand, ancien doyen de l'Université de San Francisco Law School. Ainsi que le Dr Henri Ford, chef haïtien-américain de l'orthopédie pédiatrique à l'Hôpital pour enfants de Los Angeles. Nos étudiants en 3e et 4e année de médecine sont inscrits à la formation clinique dans les hôpitaux de la région, ainsi qu’à l'Hôpital de Mirebalais établi par Partners in Health. Les étudiants en 3e année en soins infirmiers aussi. En termes de services aux étudiants, nous avons maintenant une cafétéria entièrement fonctionnelle pour les étudiants et le personnel, nous avons accru notre largeur de bande large - même si ce n’est pas encore assez - et nous travaillons activement avec nos partenaires de l’Université des sciences médicales Rosalind Franklin (Illinois) pour avoir accès à leur bibliothèque en ligne et le programme de l'anatomie humaine. La rénovation partielle du campus résidentiel nous a permis de loger les instructeurs en visite. Et cette année 10 étudiants résident sur le campus. H.S. : Pouvez-vous discuter des questions de soins de santé auxquels Haïti fait face en ce moment - et le rôle de l'UNIFA pour aider à relever ces défis? M.A. :Bien sûr, le choléra reste un problème de santé publique très grave. À la fin de 2014, plusieurs rapports ont indiqué des pics dans le nombre d'infections et de décès attribuables au choléra dans différentes parties du pays. Je ne serai pas surprise si nous dépassons 9 000 morts. En sus, des maladies infectieuses chroniques comme le sida et la tuberculose rendent une perspective de santé très difficile. Tout cela dans le contexte d'un certain nombre extrêmement insuffisant de médecins pour la population. Les hôpitaux, qui existaient et ceux nouvellement construits depuis le tremblement de terre fonctionnent bien au-dessous de 100% en raison d’un manque de personnel. Le soutien clinique qui a répondu au tremblement de terre n’est plus. Haïti ne compte qu'une poignée de physiothérapeutes formés, alors que la nécessité d'une thérapie a monté en flèche après le séisme. L’Hôpital général de la capitale n'a pas de morgue qui fonctionne correctement. Il y a un besoin urgent pour les fournisseurs haïtiens formés en soins de santé, infirmières, techniciens, pharmaciens, et les administrateurs - à tous les niveaux. Éducation et formation dans les sciences de la santé doivent être une priorité dans tout plan national de santé viable. H.S. : En Haïti, l'enseignement universitaire a toujours été l’affaire d’une élite. Comment l'UNIFA a-t-elle commencé à briser cette tendance ? M.A. :Lorsque l’UNIFA a ouvert ses portes en 2001, l'appui du gouvernement nous a permis d'offrir un enseignement gratuit. Lorsque nous avons rouvert en septembre 2011 (sans le soutien financier du gouvernement), il était clair que nous ne serions pas en mesure de survivre sans les frais de scolarité. Les frais de scolarité en cours à l'UNIFA (moins de 1 500 dollars par an) sont inférieur aux autres universités privées facturent. Donc, c’est déjà un élargissement de l'accès. Pourtant nous savons que pour Haïti, en ces temps économiques des plus difficiles, que les frais de scolarité sont encore beaucoup. Et la solution est peut-être de créer plus de bourses fondées sur les besoins disponibles; Pour cela, nous devons recueillir plus d'argent. Au-delà du facteur économique, il y a une barrière psychologique et sociale que l'UNIFA s’est engagée à surmonter: la notion que seules certaines personnes peuvent être médecins ou peuvent aller à l'université. Et en fait, le corps étudiant à l’UNIFA est représentatif d'une large spectre de la société haïtienne que vous pourriez voir dans d'autres universités haïtiennes. Les étudiants et leurs familles savent que les portes de l’UNIFA sont ouvertes à tous. La Fondation et l'UNIFA sont construites sur ce principe directeur: « Tout moun se moun ».Toute personne est un être humain. Chaque jeune doit pouvoir aller à l'université, toute personne a droit à des soins de santé. H.S. : Une des caractéristiques impressionnantes de l'université est son équilibre entre les sexes. Chacune des écoles - droit, médecine, soins infirmiers et de physiothérapie - a au moins 50% de femmes élèves. Pourriez-vous nous parler de l'importance de cette parité pour Haïti et comment cela a été réalisé? M.A. :Une autre barrière sociale à démolir: l'université est le domaine des hommes. Nous commençons l'année avec une parité 50-50 (sauf en soins infirmiers où les candidats sont en énorme majorité féminins) et nous n’avons aucune difficulté à trouver des candidates qualifiées. Une chose que nous avons vue, c’est que, s’il y a une certaine quantité d'usure le long du chemin, et l'attrition chez les étudiantes est légèrement plus élevée, ce qui signifie que l'équilibre n’est pas toujours maintenu. Donc, voici quelque chose que nous étudions, nous demandant à quels obstacles supplémentaires nos étudiantes feront face à la fin de leurs études. Comment pouvons-nous y répondre en tant qu’université? Notre engagement de toujours est pour la parité des sexes. H.S. : Dans la période écoulée, il y a eu une croissance des mesures répressives contre l'expression politique en Haïti, y compris la menace d'arrêter le président Aristide. Comment cela vous a-t-il touché, vous et votre famille? A-t-il eu un impact sur UNIFA? M.A. :Perturbant, mais pas surprenant. Malheureusement, l'absence de la règle de droit signifie que tout est possible; tout peut être dit. Les droits humains sont régulièrement bafoués, comme ce qui est arrivé à Titide. Il existe une expression courante: les chiens aboient, la caravane passe. En août, pendant que la machine politique vomissait ses mensonges, voici ce qu'il faisait: il se préparait pour une 4e année à l'UNIFA; l'inscription des élèves; la supervision de la construction de l'école de la thérapie physique (qui est maintenant achevée à 95%); travailler avec le nouveau doyen de la faculté de médecine; évaluer l'achèvement de trois semaines de classe internationale d'été de la médecine sociale. Il est engagé comme il l'a été toute sa vie à travailler avec le peuple d'Haïti. Il y a des gens qui sont visiblement surpris quand ils visitent notre campus. Ils voient les étudiants en blouse blanche très préoccupés par leurs études. Ils regardent ces jeunes hommes et femmes assis sur des bancs, étudier, manger, vérifier leur e-mail, etc. Un sourcil est soulevé quand ils voient un médecin praticien ou un avocat, chose bien connue dans la classe. Événements quotidiens normaux pour nous, l'UNIFA doit encore repousser les fausses perceptions. La roue tourne. J’aime raconter aux visiteurs qu'ils sont debout sur une terre sacrée. Ce n’est pas une hyperbole. Les enjeux et les besoins du pays sont trop élevés. L'UNIFA ne peut pas être un pion dans la lutte politique. Il ne faut pas tenter d'utiliser ou de manipuler nos étudiants à des fins politiques. L'UNIFA est un projet national qui se révèle lentement pour être une institution nationale au service du pays. Nous poursuivons trois objectifs: (1) préparer les médecins à soigner les plus pauvres des pauvres; pour augmenter le nombre de médecins exerçant dans les zones rurales et (3) briser la longue tradition de l'exclusion de la majorité pauvre en Haïti à partir de l'accès à l'enseignement supérieur. H.S. : Quels sont certains des objectifs d’UNIFA pour les prochaines années? Comment aimeriez-vous voir la portée de l'Université s’élargir? M.A. :Il n'y a pas de priorités moindres, mais dans mon livre, ce sont cinq priorités: d'abord, notre propre hôpital d'enseignement de l'UNIFA. Deuxièmement, une dotation importante qui peut nous permettre de mieux diminuer ou éliminer les frais de scolarité. Troisièmement, une école de la science (biologie, chimie, mathématiques et génie). Quatrièmement, la rénovation complète du campus résidentiel afin que nous puissions accueillir des élèves en provenance de tout le pays. Et cinquièmement, une bibliothèque autonome. H.S. : Nous savons que l’UNIFA a fait tout ce travail avec des ressources limitées. Quelles sont les façons dont les gens et les organisations en dehors d'Haïti peuvent aider à la poursuite des travaux de l'UNIFA? Comment les gens ayant des liens avec les universités et les établissements médicaux peuvent-ils aider? M.A. :Eh bien, la coopération la plus simple est d'ordre financier. Bien qu'une partie du budget provienne des frais de scolarité, nous comptons sur le soutien international et national pour le reste. Nous encourageons également les dons / contributions de matériels d'enseignement, comme les modèles anatomiques et des graphiques, du matériel de laboratoire, etc. Je suis récemment tombée sur un article en ligne intitulé «Apprendre la chirurgie en Haïti ». Un groupe de chirurgiens et deux étudiants de l'Amérique en médecine sont venus en Haïti (aucun hôpital ou école de médecine n'est mentionné) en cinq jours ils ont effectué 46 interventions chirurgicales. C’était un événement de sauvetage merveilleux pour les 46 patients traités. Selon l'article, les étudiants n’avaient pas la possibilité de les ramener chez eux. Maintenant, imaginez si ce groupe avait franchi une étape supplémentaire et établi un partenariat avec une école de médecine haïtienne pour former des étudiants haïtiens. C’est le genre de coopération et de soutien engagés que l’UNIFA cherche à renforcer. Posté le 3 mars 2015 sur le site web http://haitisolidarity.net/ Traduit de l’anglais par Patrick SAINT-PRE
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".