Pamela A. White : Martelly doit rester, Kerry viendra et l’avenir de Lamothe ne dépend pas des USA

Michel Martelly doit boucler son mandat, le futur du Premier ministre Laurent Lamothe ne dépend pas des Etats-Unis mais de l’intéressé et du président Martelly. Oui, le secrétaire d’Etat américain John Kerry sera en Haïti sous peu, selon l’ambassadrice Pamela Ann White.

Publié le 2014-12-08 | Le Nouvelliste

Sans langue de bois ni formules diplomatiques, l’ambassadrice des Etats-Unis à Port-au-Prince, Pamela Ann White, a renouvelé son soutien au président Michel Martelly dont le départ est réclamé pendant des manifestations qui gagnent en intensité et augmentent en fréquence. « Nous croyons qu’il était élu pour une certaine période de temps. Il doit rester jusqu’à ce que son mandat prenne fin », a confié l’ambassadrice dans une interview exclusive au journal Le Nouvelliste le lundi 8 décembre 2014. Pamela Ann White, accusée par une frange de l’opposition d’être une supportrice de l’administration Tèt Kale, a souligné qu’elle fait son travail d’ambassadeur quand elle parle au président qui « travaille durement pour le pays ». La diplomate a indiqué qu’elle parle aussi avec l’opposition, les partis politiques, les parlementaires afin de connaître leurs points de vue sur les problèmes et les multiples solutions proposées. « Je ne suis pas sûre de ce qui est la meilleure solution, mais je sais qu’il faut une solution aussi tôt que possible. Si on ne peut pas avoir des élections en 2015, ce sera horrible », a reconnu Palema A. White, qui se dit « toujours optimiste ». Elle a confié dans la foulée avoir vu un « changement de mentalité qui porte à aller à la table pour trouver une solution ». « Il y a un petit changement de tonalité du côté de l’opposition. Maintenant, elle dit: nous voulons aussi les élections, madame », a expliqué la diplomate, qui croit qu’il est nécessaire que chaque camp fasse des sacrifices même si c’est difficile, pour éviter au pays des moments sombres. Questionnée sur des pressions qu’elle aurait exercées pour mettre le Premier ministre Laurent Salvador Lamothe hors jeu, Pamela A. White, après un grand rire ponctué de non, non, a confié que « ce n’est pas du tout la décision des Etats-Unis si le Premier ministre reste ou s’il s’en va. C’est une question qui concerne complètement les Haïtiens ». La position des camps est un peu différente sur cette question, a-t- elle observé. « Pour la plupart, je crois que le Premier ministre a fait beaucoup de bonnes choses pour le pays. Et maintenant, c’est lui avec le président qui doivent décider de ce qui va se passer dans son futur. Pas, pas, pas les États-Unis », a insisté Pamela A. White qui a confirmé l’arrivée prochaine de son patron, le secrétaire d’État américain John Kerry, sans donner de date. La date sûre n’est pas établie. Il va parler avec le président Martelly pour arrêter la date, a souligné la diplomate, ajoutant qu’il y a des gens venus sur le terrain pour préparer l’arrivée de John Kerry.
Ses derniers articles

Réagir à cet article