Haiti Movie Awards 2014, à Boston

Publié le 2014-11-14 | Le Nouvelliste

Culture -

Par Frantz Jean Baptiste Si Haiti Movie Awards de Boston est l’un des plus grands événements culturels de la diaspora haïtienne, il tend aussi à s’affirmer comme le lieu de récompense cinématographique décernée chaque année aux professionnels du cinéma haïtien, et de consécration du 7e art, inscrit désormais dans l’ordre du temps et de la tradition esthétique haïtienne. Il était 7h30, en ce dimanche 26 octobre à Lantana de Randolph, tandis qu’il faisait déjà nuit où l’été indien semblait avoir agréé au succès de cette nuit peu étoilée. Alors que la salle où se déroulait la cérémonie était déjà remplie de plus de 800 invités; dont les retardataires, sans billet d’entrée, ont dû rebrousser chemin. D’un autre côté, acteurs et personnalités diverses qui défilaient sur des tapis rouges ont été interviewés devant les caméras dans une posture hollywoodienne par Karn Syndia et Erlich Dorelas qui ont élégamment joué le jeu. On peut citer, entre autres, Tonton Bicha, l’équipe de LAVI NAN BOUK comme Papa Pyè, Frédérick, Bòs Masèl, ainsi que le cinéaste Patrick Jérôme, Cody Walker (frère de l’acteur Paul Walker décédé), Lionel Benjamin (MC), Betty Lemite, Jemimah Dorelas, Sandy-Edna Jeannition, Jessica H. Donette, etc. Dans cette ambiance bon enfant, on pouvait aussi remarquer des hommes savourer rageusement des yeux la silhouette lascive des beautés haïtiennes qui s’entrecroisaient, pour laquelle même les regards les plus discrets ne purent se retenir. C’est la quatrième fois, sous la direction de son fondateur, Hans Patrick Domerçant, que Motion Picture Association of Haiti (MPAH) du Massachusetts présente Haiti Movie Awards. Fondé en avril 2007, MPAH se donne pour mission d’encadrer le cinéma haïtien en vue d’un engagement professionnel de ceux qui s’y adonnent. Aujourd’hui, membre de American Film Market, MPAH est un représentant tout désigné et sûr pour la défense et la production cinématographique haïtienne suivant les lois américaines. En agissant ainsi, cette organisation a compris que la dynamique d’une société ne pouvait dépendre que de sa capacité à innover constamment en vue de se réinventer de nouveaux destins. Puisque MPAH n’était pas à son coup d’essai, les gens venaient de partout, notamment du Canada, de la France, des États-Unis et d’Haïti, pour participer à cette cérémonie pour laquelle la communauté haïtienne du Massachusetts s’est déplacée massivement. À l’ouverture de la cérémonie, Rebecca Zama a su magistralement interpréter l’hymne national haïtien suivi de celui des Américains, sous les applaudissements enchantés de l’auditoire. Puis, vient le tour du MC, Lionel Benjamin, qui, à sa manière, donnait le ton approprié à la suite. L’enchaînement des propos de différents intervenants et de la tonalité des ovations de l’assistance ont donné un frisson si aigu à l’atmosphère du moment, on pouvait déduire que la palme d’honneur ne revenait finalement qu’à un réveil de conscience inédit, qui ne se tarira point. Selon Patrick Domerçant, les prix décernés ne se limitent pas uniquement aux cinéastes, mais aussi à toutes celles et tous ceux qui se montrent soucieux du bien-être d’Haïti. Libérés de la contrainte des langues, les langages se déliaient, car le français, le créole haïtien comme l’anglais, chacun d’eux trouvait pleinement sa place et sans réserve. Ce qui donnait un taste novateur à cette atmosphère conviviale où l’universalité et la particularité dégageaient un parfum de civilité digne du climat de la soirée. Après une présentation magique donnée par un couple américain suivie d’une chanson de Lionel Benjamin vient le temps pour la remise des trophées. Du suspense, de l’émotion et de la joie envahissaient la salle. Soudain, sous des projecteurs conçus pour l’occasion, Papa Pyè, appelé sur scène, après avoir prononcé le fameux slogan populaire « tim-tim, bwa chèch », suite à un léger malaise, a dû quitter immédiatement le podium avant même de recevoir son trophée, remis à l’instant même à sa fille. Quant à Cody Walker, après avoir reçu un trophée en hommage à son frère, Paul Walker décédé, un humaniste qui avait une certaine faiblesse pour Haïti, se fondrait en larmes en s’exprimant. Tout à coup, un silence religieux de quelques secondes s’empara de la salle avant que l’ambiance ne reprenne son cours. Ce passage mélancolique, selon notre interprétation de la théorie des humeurs d'Hippocrate liée au déterminisme du tempérament, méritait bien d’être au rendez-vous ce soir-là pour répondre à ce que le cinéma doit être : un univers de rire, de pleur, de retenu, de réflexion, de provocation, de légende, mais aussi et surtout de réalité ; enfin, un art du spectacle comme se veut la définition, tout simplement. C’est dans ce context que des trophées ont été remis aux personnalités suivantes : PRIX pour l’ensemble des réalisations Jean Claude Joseph, Papa Pyè Saurel Charles, Bòs Masèl Jean-Max Choute, Frédéric Prix d’excellence Daniel Fils-Aimé, Tonton Bicha Prix humanitaire Hollywood acteur Cody Walker Prix de meilleur acteur David Charlier, Rasin Mwen Prix de meilleure actrice Betty Lemite, Unconditional Love Prix de meilleur acteur de soutien Scott Neufville, Tout le monde Cheats Prix de meilleur second rôle féminin Gessica Généus, Nous vous aimons Anne Prix de meilleur réalisateur Robinson Vil, Rasin Mwen Prix de meilleur scénario original Unconditional Love (écrit par Anne Joseph) Prix du meilleur court métrage Love Me Haïti (Réalisé par Hugues Gentillon) Prix du meilleur directeur de la photographie Richard Widmack Belot, Tout le monde Cheats Prix du meilleur documentaire Clash de Culture (Réalisé par Jean-René Rinvil) Prix du meilleur film Rasin Mwen - (Robinson Vil)

Frantz Jean Baptiste Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".