La Petite : mémorial construit pour les prostituées de la Grand-rue, en déconstruisant le théâtre

Publié le 2014-07-07 | Le Nouvelliste

Par Jaques Adeler Jean Pierre Durant 2 jours, les 25 et 26 juin 2014, à la Fokal, deux représentations de « La Petite » ont fait salle comble. La Petite est une adaptation au théâtre du roman «Les Immortelles» de Makenzy Orcel, avec les comédiennes Pascale Julio et Katiana Milfort. Préoccupé par des idées contemporaines, le travail du metteur en scène a su attirer l'attention du spectateur-acteur depuis l'entrée de la salle jusqu’au plateau : «véritable bordel», jusque-là occupé par la mère maquerelle. Celle qui pratique le métier de la chair, en dépit des conditions inhumaines du quotidien déjà avilissant. Ainsi, dans un décor très peu compliqué, planté depuis le couloir menant à la salle Unesco, le metteur en scène a éparpillé 5 chaussures à talon, aiguille bien sûr, comme pour tordre le cou à la mise en scène traditionnelle. De la liberté, donc de la modernité, pour reprendre Charles Péguy, souhaitant que le créateur reste et demeure un subversif sur le lieu de sa création. « La Petite », ce n'est pas simplement une adaptation, encore moins une mise en scène minimaliste; c'est une toute autre réécriture proposant une toute autre relecture du roman de Makenzy Orcel « Les Immortelles». C'est aussi un beau prétexte pour démystifier ou immortaliser l'écriture. En tout cas, nous sommes spectateur et acteur sur les trottoirs de la Grand-rue à Port-au-Prince. L'espace est un bordel où le plaisir de la chair, les cris de joie ou de douleur s'éclipsent et se brisent. L'espace est aussi un mémorial, construit avec un long récit de la mère maquerelle sur la Petite et sur ce métier, mal vu dans notre société. Katiana Milfort et Pascale Julio jouent le rôle de la mère maquerelle, de la petite, la pute, cette prostituée qui paie le loyer avec son devant, laissant l'amour de côté pour les autres. Ces comédiennes ont sans peine fait regarder et écouter, dans un monologue à double voix, une vraie professionnelle du trottoir. Ce sont des questionnements qui arrivent comme pour exprimer un dégoût pour ce métier. « Ce métier qui enlève la vie », disait Depestre. Cette création de Marc Vallès évoque ici une mise en scène différente de l'affiche de nos spectacles de théâtre. Bien plus que le contenu du texte de Makenzy Orcel, c'est un travail de l'esprit, risqué, qui tente d'affronter les limites des formes classiques du théâtre. Dans le drame, un corps féminin se dessine, traverse l'espace avec sa voix. Un corps enseveli, malgré lui, dans l'odeur de la catastrophe, de l'amour, de la mort et du rêve. Un corps qui tente en vain d'éviter le pire. Du roman au plateau, le travail du créateur n'est point de tout repos. Cette mise en scène, qui ne se base pas sur le spectaculaire, fait injure à toute recherche et création artistique traditionnelle. Cette mise en scène est osée et propose un autre regard sur le métier des filles de joie et sur le métier du théâtre en Haïti. Elle peut surprendre, choquer. Des auteurs et metteurs en scène comme Beckett, Barker, Bond ont été tous critiqués, non tant pour le contenu de leur création que par ce qu'ils utilisaient des formes non naturalistes qui se dérobaient à une interprétation simpliste, pour paraphraser Sarah Kane. Il serait donc intéressant d'assister à beaucoup plus de spectacles de différentes formes de théâtre dans le pays. En attendant la réouverture et/ ou l'implantation (si l'on veut rêver) des salles de représentation des arts de la scène. Laissons donc la liberté au spectateur d'imaginer et d'être également créateur et d'inventer son propre spectacle.
Jaques Adeler Jean Pierre Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".