Organisations populaires

18 novembre : Manif contre manif

Deux organisations diamétralement opposées projettent de gagner les rues de la capitale ce 18 novembre. La bande à André Fardeau, proche de la mouvance Lavalas appuyé par le MOPOD, face à la bande à Rosemond Jean, foncièrement anti-Lavalas proche du pouvoir en place. Avec des slogans « Martelly doit partir, Martelly doit rester », ils annoncent les couleurs.

Publié le 2013-11-15 | Le Nouvelliste

Une commémoration de la Bataille de Vertières qui risque de se transformer en une bataille pour et contre le pouvoir en place. La manifestation du MOPOD et des organisations populaires Lavalas a pratiquement le même parcours que celle de la Conasovic de Rosemond Jean. Intervenant jeudi matin à l’émission Panel Magik, les deux groupes se sont mutuellement injuriés. Ils se sont donnés rendez-vous sur le macadam, le 18 novembre. « Nous allons continuer à dénoncer les dérives du pouvoir et les actes d’agression subis le 7 octobre dernier lors de la manifestation qui s’était rendue à Pétion-Ville », lance André Fardeau, qui se réclame de l’opposition populaire et souligne que sa lutte n’est pas une lutte des classes ni de couleur lorsqu’il dit Dessalines va voir Pétion. Selon lui, tous ceux qui sont avec Martelly et Lamothe et qui baignent dans la corruption sont des fils de Pétion. Et, ceux qui luttent contre le système sont des fils de Dessalines. L’activiste politique, proche de la mouvance Lavalas, donne la garantie aux fils de Dessalines qui sont à Pétion-Ville qu’ils peuvent, le jour de la manifestation, vaquer sans problème à leurs activités. « Le 18 novembre, une bataille pour contrecarrer ce système de misère, de chômage, de corruption et de contrats illégaux », martèle-t-il. Il accuse des partisans de Martelly d’avoir lancé des pierres lors de la manifestation de jeudi dernier. Pour André Fardeau, l’autre manifestation prévue le même jour regroupe des anciens bandits à la solde du pouvoir en place. Il accuse, par la même occasion, le président Martelly d’avoir supporté dans le passé plusieurs coups d’Etat. Pour Rosemond Jean, le chef de file de l’autre groupe qui projette de gagner les rues le 18 novembre avec une toute autre revendication : « …nous allons demander des comptes à Lavalas. Ils sont dans l’obligation de nous rendre des comptes. Ils sont responsables de la situation actuelle du pays. Nous sommes des victimes de cet ancien régime et nous portons encore ses cicatrices sur nous… » En deux ans, soutient-il, le bilan du président Martelly est bien meilleur que les 20 ans de Lavalas. « Ils ont semé la terreur, le chaos et la corruption. Aujourd’hui, ils sont de retour et tentent de reprendre du service », fulmine Rosemond Jean qui a supporté le mouvement des ex-militaires des anciennes Forces armées d’Haïti. M. Jean a reconnu qu’il y a certaines dérives au sein du pouvoir en place. Mais, il ne reconnaît pas le droit à Lavalas de dénoncer ces dérives parce que, selon lui, le régime Lavalas est responsable de la situation du pays. A l’émission du jeudi matin sur Radio Magik 9, les deux hommes, quoique éloignés, ont fait montre d’une agressivité inquiétante. Ils seront tous les deux avec leurs partisans lundi prochain dans les rues de la capitale. Ça craint, selon plusieurs observateurs. Les deux groupes campent sur leur droit de manifester que garantit la Constitution pour soutenir qu'ils vont gagner les rues à tout prix. Turneb Delpé, l’un des responsables du MOPOD qui réclame aussi le départ du chef de l’Etat, c’est à travers tout le pays qu’ils ont décrété la mobilisation contre le régime en place. Il souligne que le 18 novembre, il va y avoir des manifestations partout, notamment à Port-au-Prince et au Cap-Haïtien. S'il y a un autre groupe, dit-il, qui a choisi « notre parcours pour manifester, c'est une forme de provocation et la police doit éviter la confrontation ». Toutefois, le leader politique a reconnu que tout le monde a le droit de manifester. Il appelle au respect des règles démocratiques. Selon lui, il peut arriver dans certains cas que des bandes (rara) se rencontrent sans pour autant s'affronter. Il croit qu'on devait adopter ce comportement. Le Nouvelliste a tenté en vain d’entrer en contact avec le secrétaire d’Etat à la Sécurité publique, Réginald Delva, pour savoir si des dispositions spéciales ont été prises à Port-au-Prince pour éviter un éventuel affrontement entre les groupes. Intervenant, vendredi, au cours d’une conférence de presse au sujet du parcours des deux manifestations prévues pour lundi, le porte-parole de la police nationale a affirmé que les autorités policières ont rencontré les organisateurs des deux manifs afin de définir les parcours. « Nous espérons que les manifestants vont collaborer avec la PNH afin que tout se passe bien lundi », a indiqué Garry Desrosiers, soulignant que la police, à travers la direction départementale de l’Ouest, a pris toutes les dispositions pour sécuriser les manifestations du 18 novembre.
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".