Changer de couleur: rêve à risque

Changer la couleur de sa peau est devenu la mode. Médecins, psychologues, travailleurs sociaux et sociologues s'en inquiètent. Pourquoi?

Publié le 2012-06-19 | Le Nouvelliste

National -

Depuis quelque temps, nous constatons une tendance à se faire dépigmenter la peau. Phénomène préoccupant, mais qui n'est pas nouveau. Beaucoup de jeunes femmes en effet pratiquent la dépigmentation volontaire, appelée ironiquement chez nous « douko ». Elles sont rejointes par des hommes. C'est aussi l'égalité des sexes. Pourquoi ces gens se donnent-ils autant de mal pour changer la couleur de leur peau. ? Y a-t-il quelques risques auxquels ils seraient exposés ? Les discours de la science médicale Les risques sont là et aussi connus. Les docteurs Ghislaine Auguste, chef du service de dermatologie à l'Hôpital de l'Université d'Etat d'Haïti, et Yolène Bijoux affirment: « Les gens en connaissent les conséquences, ils font quand même le choix.» « Les femmes disent que les hommes préfèrent les femmes au teint clair », ajoute le docteur Bijoux. Cependant, cette pratique n'est pas nouvelle. Dès l'apparition des produits capables d'éclaircir la peau, les gens les ont vite adoptés. Ces gens, bien décidés à changer la couleur de leur peau, s'exposent à de nombreux risques, notamment le diabète, l'hypertension, l'amincissement de la peau, sa fragilisation et aussi à ce que les médecins appellent l'effet paradoxal. Il se caractérise par l'apparition de noirceurs à divers endroits de la peau. Plus gravement, à la longue, le cancer de la peau en résultera. Le Dr Bijoux affirme : « On ne peut pas réprimer cette pratique. Je crois que l'éducation est beaucoup plus importante que la répression, car il s'agit là de tout un marché. » Regards des sciences sociales Pour le professeur Josué Vaval, psychologue, la question est complexe et mérite d'être explorée. « Les considérations à faire sont à la fois d'ordre psychologique, psychosocial et historique. Ce phénomène n'est d'ailleurs pas propre à Haïti ; et il ne concerne pas que les Noirs : des Blancs tentent de diminuer la blancheur de leur peau. » Le changement de couleur de la peau est un effort pour ressembler, au sein d'une société, aux personnes partageant la culture dominante et, ainsi, d'augmenter les chances de jouir des privilèges dont ils bénéficient. Il s'agit donc d'une recherche identitaire et sécuritaire, selon le professeur Vaval. Il faut dénoncer les publicités qui bombardent les gens d'images établissant un canon de beauté, lesquelles lient beauté et clarté de la peau intimement. « Ces gens, sans vouloir les justifier ni moins les condamner, s'accommodent d'une réalité toute présente. En quelques endroits chez nous, pour travailler, il vous faut un teint clair. » D'un autre côté, le travailleur social Roosevelt Millard, enseignant, soutient que « le phénomène de la dépigmentation volontaire prend sa source dans l'aliénation produite par les structures de propagande dominantes chez les gens de la masse ». Selon lui, ces gens sont à prendre pour des victimes, au moins dans un premier temps, car ils sont envahis par des publicités très agressives (télévision, affiches) qui ne valorisent que les gens au teint clair. Il nuance cependant, « puisqu'ils sont aussi acteurs, dans la logique de l'acteur et du système, ils font en sorte qu'ils correspondent à ce qui est valorisé par le système. En ce sens, on peut dire qu'ils font leur choix ». Toutefois, reconnaît-il, ce n'est pas une fatalité, car certains résistent à la propagande. Mais il faut aussi imputer une partie du problème à l'ignorance, selon M. Millard. Car la peau noire nous protège contre les rayons infrarouges et ultraviolets du soleil, dit-il. Néanmoins, il n'exclut pas que des gens, en toute connaissance de cause, choisissent de se dépigmenter. Sans être victimes de vitiligo. Julien Sainvil, professeur de sociologie, pense que cette décision de se faire dépigmenter s'explique à partir du « flot de publicités qui parviennent aux gens via les canaux médiatiques, lesquels proposent des valeurs comme étant idéales et les rendent ainsi dominantes. Cependant, ajoute-t-il, il y a une explication plus profonde. « Car, depuis l'époque coloniale, on assaillait les esclaves et les affranchis d'images-modèles ; eux, en conséquence, tentaient de se rapprocher du modèle qui leur était proposé. Dans la modernité, caractérisée par les classifications, le processus continue à travers les médias. » « Le problème de couleur est en effet une étape ultime. Car beaucoup sont sous l'influence des valeurs dominantes; ils mangent comme le modèle, s'habillent pareillement, etc. Mais consentir jusqu'à changer la couleur de sa peau dénote une aliénation totale présente plus fréquemment chez les couches défavorisées», souligne le professeur Sainvil.» Schelot Alexandre, mémorand en psychologie de la Faculté d'Ethnologie (UEH), pense que « c'est une crise d'identité, manifestée beaucoup plus chez les jeunes adolescents et les homosexuels ». Pour lui, le phénomène Michael Jackson en serait un exemple type. Comme les autres, il accuse les médias télévisés, responsables du degré trop élevé d'acculturation : il n'y a pas à la télé de modèle qui ne soit pas blanc ou,pour le moins, clair. Vers la fin du signe Tous en effet, médecins, psychologues, sociologues et travailleurs sociaux, dénoncent : le commerce international qui s'enrichit aux dépens de ces consommateurs avides de nouvelle couleur, d'une nouvelle dignité. «L'industrie de couleur a toujours une longueur d'avance sur l'Etat », aux dires des docteurs Bijoux et Auguste. Tout donc doit passer par l'éducation.

Jean Tibère jtibere@lenouvelliste.com Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".