Discours prononcé à l'occasion de la cérémonie de la remise du Prix Prince Claus à Kettly Mars

Publié le 2012-02-27 | Le Nouvelliste

Très chère et talentueuse consoeur, Kettly, je te présente d'entrée de jeu mes plus chaleureux compliments à l'occasion de la remise du très prestigieux Prix Prince Claus que la Fondation Prince Charles du Royaume des Pays-Bas t'a octroyé le 14 décembre 2011. Dans le sympathique cadre festif orchestré avec tant d'attention par le Consulat général des Pays-Bas, cette cérémonie qui représente pour toi, Kettly, le prix d'efforts remarquables, comptera certainement parmi les plus exaltantes de ma vie d'homme de lettres. Jamais, assurément, je n'aurais osé espérer qu'un tel honneur me serait réservé. C'est donc un privilège, rare, entre tous, que celui qui me vaut l'honneur d'apporter les félicitations les plus enthousiastes du Gouvernement tout entier, en particulier du Président de la République, Son Excellence Michel Joseph Martelly, et de la Première Dame Sophia Martelly de la République, et qui me met au premier rang pour parler de toi, Kettly, pour essayer de faire ressortir toutes les qualités intellectuelles et créatrices, pour exprimer mon admiration de lecteur boulimique pour une auteure que je considère comme l'une des plus talentueuses de sa génération et de notre époque. D'abord, je crois bien que c'est un plaisir immense pour moi, - j'y insiste, - de faire l'éloge d'une consoeur qui, malgré le rayonnement fulgurant de ses oeuvres, est encore loin, Dieu merci ! d'être au terme de sa carrière. Que le meilleur des hasards ait ensuite voulu que ce soit moi en tant que ministre de la Culture et de la Communication - démissionnaire, dois-je préciser - qui, ce soir, ai l'honneur de présenter le discours de circonstance qui me comble, en ces temps de crise politico- institutionnelle. Il faut vraiment admettre que la culture résiste à toutes les tempêtes, à toutes les convulsions. Cela mérite d'autant plus d'être mentionné que nous sommes une nation culturellement prodigieuse mais non valorisée et limitée en termes d'infrastructures culturelles. C'est en 1997 que j'ai eu l'occasion, en tant que critique littéraire, de lire le tout premier recueil de Kettly : "Feu de miel". On reconnaît déjà dans ce recueil la vivacité, le charme et la grâce torride de la poétesse. Très prise par les (jeunes) Haïtiens, la poésie a été pour toi en somme, la passerelle, le point de départ. Mais ce fut, dès le début, un premier pas décisif, parce que l'émotion et les sentiments étaient forts, bouleversants, traduits dans un langage direct, vibrant, bariolé. Ecrire de la poésie ou faire de la poésie - comme on dit si bien chez nous -, c'est bien souvent murmurer, se recréer, sans faux-fuyants. Contre vents et marées. Tel est à mon avis le credo de Kettly. Son second recueil de poèmes, "Feulements et sanglots" (2001), a fait couler beaucoup de salive, pardon, beaucoup d'encre, parce que l'érotisme en est le registre nourricier. Avec une truculence irrésistible, obsessionnelle ! Quelques années plus tard, les grands textes narratifs vont surgir à un rythme haletant, avec beaucoup de succès. Le Prix Jacques Stephen Alexis de la nouvelle, décroché en 1996, pour "Soleils contraires", a témoigné, s'il en était besoin, de ta maîtrise de ce genre pourtant réputé difficile. La nouvelle est, à n'en pas douter, un genre qui ne tolère aucune faiblesse, tant sur le plan thématique que sur le plan scénique ou visuel. Par exemple, pour fixer l'éphémère, s'en souvenir un peu, il faut du talent, beaucoup de talent, comme toi, Kettly. Aux deux magnifiques recueils de nouvelles ("Un parfum d'encens", 1999 et "Mirage-Hôtel, 2002") vont se succéder, s'additionner cinq romans dignes d'un Jacques Stephen Alexis ou d'un Prix Nobel de littérature comme Elias Canetti ou Toni Morrison, d'une richesse foisonnante : "Kasalé", 2007 ; "L'heure hybride", qui a obtenu en 2006 le Prix Senghor de la création littéraire ; "Fado", 2008 ; "Saisons sauvages", 2010 et "Le Prince noir de Lilian Russell" (en collaboration avec Leslie Péan), 2011. A cette liste, il faut ajouter avec empressement, de préférence, avec jubilation, la série de feuilletons parue dans Ticket en 2007 et 2008 : "Kool-Klub". Quelle féérie de scènes sulfureuses ! Aux dérives d'une jeunesse aux abois, perturbée, sans repères s'incrustent les aspérités, les tourments, les vanités puériles d'une société douloureusement atroce, hypocrite, disloquée. Dès la parution du recueil "Feu de miel", Kettly m'avait conquis. Ta puissance de séduction avait fait son oeuvre. Voilà une femme d'esprit dont le physique impressionnant correspond bien à une forme supérieure d'intelligence, au sommet de l'acte créateur. Il s'agit de la manifestation d'un tempérament laborieux et d'une sensibilité à hauteur de bouche. Commenter un tel alliage, une telle énergie, c'est privilégier les textes formateurs, ceux qui permettent d'affronter les multiples rythmes (intime, social, poétique, onirique, historique ...) avec lesquels chaque artiste ou auteur de fictions doit compter. Viscéralement. On peut résumer toute l'oeuvre de Kettly au titre antimonique de sa première publication "Feu de miel". En effet, l'amour et la haine, la vie et la mort, le courage et la lâcheté, le pouvoir et le sexe, l'argent et la misère, le mal et le bien, ce sont, entre autres, ces réalités récurrentes, exacerbées à travers l'homosexualité, l'inceste, la prostitution, la violence politique, qui nourrissent sa plume, aussi dense que mordante, une plume incandescente tout empreinte de miel. On a là évidemment une romancière dont la modernité est indéniable. Parfois grave, toujours implacable, dans ses portraits comme dans la radiographie des maladies collectives et des conflits interpersonnels, Kettly, avec une puissance d'évocation sidérante, veut arrivr à nous convaincre que tout n'est pas gratuit ou innocent, tout a un prix. La solidité et la magnificence existentielle de sa culture font la force et l'originalité de ses oeuvres. Il y a une unité saisissante chez Kettly qui ne fait pas dans le sensationnel : les poèmes, les nouvelles et les romans sont alimentés par un fond historique toujours vivifiant malgré sa cruauté. Etonnante mais méritée, la réussite de Kettly se moquant des préjugés, des idées reçues et des faiblesses de l'âme, a transcendé les trois genres littéraires les plus prisés : "Feulements et sanglots" est un recueil poétique d'une farouche impertinence langagière ; ses deux recueils de nouvelles ("Un parfum d'encens" et "Mirage-Hôtel") sont de véritables bijoux, même dans leur éclat aveuglant ; aussi spectaculaires que pleins d'acuité, ses cinq romans nous laissent tous terrassés, bouleversés par tant de malheurs et d'allégresse. J'ai un faible pour "Saisons sauvage" (je l'ai écrit) qui est un roman percutant, inimitable, l'un de ces romans les plus inspirés. Pour s'en convaincre, on n'a qu'à lire cette oeuvre qui sait se souvenir des drames d'antan pour mieux nous aider à comprendre le temps présent. Pas d'espoir d'un monde meilleur, hélas ! ni de combat pour des causes perdues dans les oeuvres où Kettly nous tient en haleine, souvent à la gorge. Son monde est celui du réalisme mais où la poésie, la tendresse, la vraie vie sont omniprésentes. En équilibre entre l'intensité de l'histoire et des procédés d'écriture fort efficaces. Ton succès est le résultat d'une belle oeuvre qui se poursuit allègrement. Réjouis-toi donc, très chère et talentueuse consoeur, et crois bien que nous ne sommes tous venus, ici, ce soir, que pour être complices de ta joie qui justifie le solennel et respectueux hommage que te rendent tes confrères et nos «partenaires» hollandais assemblés ici. Pierre Raymond DUMAS Ministre de la Culture et de la Communication Karibe Convention Center 25 février 2012
Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".