Mondial-2022: Richarlison, grand buteur acrobatique

Publié le 2022-11-25 | lenouvelliste.com

Un but de chasseur, un retourné génial, Richarlison a démontré que le Brésil tenait un grand buteur, qui marche à la confiance. Son doublé dès son premier match de Coupe du monde a fait plier la Serbie (2-0), jeudi à Doha.

"C'est mon heure, le coach a confiance en moi, les buts viendront de toute façon avec les joueurs qu'il y a autour de moi", disait-il quelques jours avant ce match.

Il avait raison. Sur son premier but contre les "Aigles", l'avant-centre a surgi en opportuniste pour envoyer au fond des filets une frappe de Vinicius repoussée par le gardien Vanja Milinkovic-Savic (62e).

Mais le deuxième doit tout à son talent et postule déjà au prix de plus beau but du tournoi. Sur un centre de Vinicius, l'avant-centre blond se lève le ballon d'une pichenette, dans son dos! et se retourne en une figure acrobatique pour tromper le portier du Torino et plonger le magnifique stade de Lusail dans l'extase (73e).

Milos Velkovic, le défenseur serbe, restera sur les photos, recroquevillé et désarticulé, les bras dans le dos pour ne pas faire main, impuissant.

Le buteur de Tottenham a mis du temps à s'imposer au poste très exposé et terriblement concurrentiel de buteur du Brésil, mais avec cette entrée en scène en feu d'artifice, il a probablement réglé la question pour le tournoi.

Lui y a toujours cru. "Quand vous portez le N.9, la première chose qui vous vient à l'esprit c'est de marquer, je crois que les buts vont venir naturellement. C'est comme ça que je le vis avec mon club (Tottenham), ça me semble normal de marquer", disait-il quelques jours avant ce match.

"Marquer, c'est mon devoir" 

"Je dois marquer, c'est mon devoir, c'est pour ça que je porte le N.9", insistait-il, même si avec la "Canarinha" (l'équipe nationale), "la pression change beaucoup".

Régulièrement aligné mais pas titulaire absolu, Richarlison avait déjà mis un but en finale de la Copa America 2019, remportée par la "Seleçao" devant le Pérou (3-1).

Battu en finale de l'édition suivante (2021), à domicile, et par l'Argentine, il s'est refait aux jeux Olympiques. "La médaille d'or de Tokyo est venue à point pour oublier la Copa America", se souvient-il.

Ce buteur à la crête blonde, sûr de lui, que ses coéquipiers appelaient "gros nez" (Big nose") à Watford, se sent désormais un statut de taulier en "auriverde".

"Ça fait quatre ans que je suis dans l'équipe, je m'entends des fois donner des conseils, il y a beaucoup de leaders, je me considère comme l'un d'eux", dit-il simplement.

Il semble avoir pris plusieurs longueurs d'avance sur Gabriel Jesus, qui l'a remplacé jeudi soir (79e).

Et ce N.9 lui plaît décidément beaucoup. "Harry Kane l'a dans mon club, il a marqué 6 buts à la dernière Coupe du monde (meilleur buteur, NDLR), je veux le dépasser, marquer autant que possible", assure Richarlison.

"Je connais le poids du N.9, conclut-il, je suis un débutant en Coupe du monde, mais j'ai de la maturité". Et un vrai talent d'acrobate.

Emmanuel BARRANGUET/AFP

Auteur


Réagir à cet article