Les journalistes d’investigation en Haïti peuvent désormais sécuriser leurs informations

Publié le 2022-06-23 | lenouvelliste.com

L'Association haïtienne des journalistes d'investigation (AHJI) et le consortium regroupant plusieurs associations et réseaux de journalistes d’investigation dans le monde « Forbidden Stories » ont paraphé, à Paris, le 8 juin 2022, un accord de partenariat facilitant aux journalistes d’investigation d’avoir accès au réseau mondial « SafeBox Network ». Ce dernier a pour objectif de permettre aux journalistes menacés partout dans le monde de mettre à l’abri leurs informations sensibles.  S’ils sont empêchés d’effectuer leur travail, Forbidden Stories poursuivra leurs enquêtes et les publiera dans le monde entier.

Ce partenariat est un moyen de dissuasion pour ceux qui prennent pour cible les journalistes d’information. « Faire taire un journaliste ne permettra plus d’étouffer une affaire. Au lieu d’une publication dans un média local, les détracteurs, les criminels verront leurs méfaits  exposés dans le monde entier grâce au puissant réseau des médias partenaires de Forbidden Stories », a fait savoir Ruben Dumont, coordonnateur de l'Association haïtienne des journalistes d'investigation (AHJI), dans une interview accordée au journal le mercredi 23 juin 2022.

Ce partenariat offre une opportunité capitale aux journalistes haïtiens qui travaillent dans un contexte difficile marqué par des menaces, l’insécurité et l’impunité, entre autres. « Pour rappel, notre confrère et membre fondateur de l’AHJI Diego Charles a été assassiné devant sa résidence, à Christ-Roi (Port-au-Prince), dans la nuit du 29 au 30 juin 2021, alors qu’il travaillait sur des sujets sensibles », a rappelé Dumont.

« Ce réseau SafeBox Network qui est une assurance-vie pour l’information, auquel adhère l’AHJI, est un soutien essentiel aux journalistes haïtiens afin d’envoyer un message fort aux détracteurs de la presse que : ‘’Tuer le messager ne tuera pas le message’’ », lit-on dans un communiqué de presse de l’AHJI publié le mardi 22 juin 2022.

Malgré les efforts consentis sur la question de la sécurité des journalistes ces dernières années, les résultats observés en Haïti ne sont toujours pas à la hauteur des souhaits. Entre janvier 2021 et janvier 2022, 4 journalistes sont assassinés, 7 blessés, 7 agressés physiquement, 16 intimidés et 2 kidnappés. Les menaces de mort et violences commises contre les journalistes sont devenues plus fréquentes, alors que le climat d’insécurité inquiète davantage.

Cette année, contrairement aux deux précédentes, la République d’Haïti enregistre une meilleure performance en matière de la liberté de la presse à la lumière du classement mondial de l’organisation Reporters sans frontières (RSF). Haïti se classe 70 sur 180 pays et territoires évalués sur les conditions d’exercice du journalisme.

Soutenu par Reporters sans frontières, Forbidden Stories réunit. Plus de 60 médias et plus de 150 journalistes, originaires de 49 pays différents qui ont participé aux enquêtes collaboratives coordonnées par leur plateforme. Ces investigations majeures ont eu un impact dans le monde entier et ont reçu de multiples récompenses, dont deux de Georges Polk Awards.

Jean Junior R. CELESTIN celestinjunior30@gmail.com
Auteur


Réagir à cet article