RDNP/Édito/Samedi 23 octobre 2021

Pour qui travaillent-ils??

Publié le 2021-10-23 | lenouvelliste.com

Comment pourraient-ils, avec une si rare arrogance, défier l’autorité de l’État, insulter toute la nation haïtienne, à la face du monde, s’ils n’étaient pas investis d’un dieu criminel, puissant, vengeur, qui veut saper tous les derniers vieux fondements de ce pays ? Les gangs armés, «bandits légaux fédérés», en réalisant ce nouveau drame au Pont-Rouge, ont rendu indignes toutes les autorités du pays : du Premier ministre, en passant par le directeur général de la Police, le commandant en chef des Forces Armées, les ministres jusqu’aux derniers agents, chargés spécifiquement des missions régaliennes de la République. Ils ont prouvé qu’ils détiennent le pouvoir effectif, l’autorité réelle, et peuvent, un jour ou l’autre — s’ils le veulent — consacrer, de fait, l’État des «bandits légaux fédérés». À des fins inavouées et inavouables !

Au Rassemblement des Démocrates Nationaux, Progressistes (RDNP), nous ne croyons pas aux coïncidences et nous nous interrogeons sur les exactions et inactions enregistrées la veille et le jour du 17 octobre, rappelant le lâche et crapuleux assassinat de l’Empereur Jean-Jacques Dessalines, avec son projet de société. Pour qui travaillent-ils, les soi-disant responsables actuels, s’ils doivent gober, comme un œuf, cet outrage au Père fondateur de la Patrie, sans un geste ni même un soupir, et continuer à faire semblant d’être aux commandes ? À moins qu’ils soient — «bandits légaux fédérés» et responsables actuels de l’État — des fidèles, de chapelle différente, mais travaillant à la gloire, à l’établissement du règne de ce dieu des ténèbres, envieux et jaloux, sur cette terre sacrée de l’Empereur Dessalines, antiesclavagiste, antiraciste, antiimpérialiste. L’insulte est d’autant plus grande que le glorieux exploit, du Père Fondateur de la Patrie haïtienne, est encore salué, avec déférence et honneur, par d’autres peuples de l’Amérique latine. Pour qui travaillent-ils, s’ils peuvent choisir de kidnapper des missionnaires américains, parader au Pont-Rouge et faire fuir, la queue entre les jambes, les soi-disant autorités de l’État ?

Avant de trouver l’accord des accords politiques, les autorités actuelles auront déjà fini de brader honneur national, la dignité de l’État, provoquant l’affaissement de toutes ses institutions. Entre-temps, les sinistrés du Grand Sud n’ont que leurs yeux pour pleurer leur détresse, la région étant coupée du reste du pays. La frontière de Martissant est bloquée par les «bandits légaux fédérés» qui ont fait une orgie de viols, vols, assassinats, durant la même semaine, dans l’indifférence de ceux qui prétendent gouverner la barque nationale.

Au RDNP, nous flairons un évènement tragique qui doit naître du sentiment grandissant de révolte de citoyennes et citoyens, écœurés par l’arrogance folle des gangs armés et par l’inaction, l’irresponsabilité des dirigeants actuels. Cela va dépasser tous les calculs politiques faits à partir de cette terreur pitoyable, autorisée, des «bandits légaux fédérés».

Ensemble, ensemble, ensemble, jusqu’à la victoire finale.

Met men, pran desten nou an men.

Eric Jean Baptiste
Secrétaire Général du RDNP 

Auteur


Réagir à cet article