La COPAH blâme les « vrais-faux amis  d’Haïti » 

Publié le 2021-04-06 | Le Nouvelliste

La Conférence des pasteurs haïtiens a publié un message le jeudi 1er avril à l’occasion de la fête de Pâques pour se positionner sur la situation politique d’Haïti. « Transposé dans la réalité d’Haïti, le récit de la fête de Pâques met en lumière deux projets qui s’affrontent : un projet de rupture dont le socle est la démocratie participative et un projet dictatorial qui repose sur le statu quo », a résumé la COPAH qui, au passage, sermonne les « vrais-faux amis d’Haïti ».

En Haïti, la COPAH  place des patriotes haïtiens qui se battent pour un changement véritable des conditions sociales et économiques du peuple haïtien et, de l’autre côté, les forces du mal et des réactionnaires qui se liguent pour maintenir dans la misère et la crasse la majorité des Haïtiens. La COPAH est remontée contre le deuxième groupe. «  De la même manière que Juda a trahi Jésus, des Haïtiens trahissent Haïti. Ils s’associent aux vrais-faux amis d’Haïti pour prendre le pouvoir et s’y maintenir sans projet ni vision pour satisfaire les revendications de base des Haïtiens », peut-on lire dans le document de la COPAH.

« Comment comprendre que les prétendus amis d’Haïti soutiennent les manifestants de Myanmar et de Hong-Kong au nom de la démocratie et de l’État de droit alors qu’ils pactisent avec un régime dictatorial en Haïti ? L’Organisation des Nations unies (ONU) sans aucune gêne condamne les brutalités militaires et policières faites contre la masse revendicative de ces pays alors qu’elle participe à la répression systématique contre la population haïtienne, la violation des droits des Haïtiens et de la Constitution du pays en encourageant la fédération des gangs armés qui commettent impunément et avec la complicité du pouvoir de facto, toutes sortes d’exaction sur la population ? », se  questionne le pasteur René Goude qui a authentifié les propos, ajoutant qu’en  même temps qu’ils promeuvent la démocratie à travers des élections bidon, ils soutiennent un projet ouvertement anti-démocratique à travers des dirigeants illégitimes et illégaux. 

« Le racisme va trop loin et risque d’exacerber la colère des opprimés ! », a tranché  la COPAH

Germina Pierre Louis Auteur

Réagir à cet article