« Haïti, le Printemps de l’Art » : Marassart, la peinture contemporaine à l’honneur 

PUBLIÉ 2021-01-21


La galerie Marasa est l’un des espaces où l’exposition règne en maître et seigneur dans le cadre de la première édition du festival « Haïti, le Printemps de l’Art ». Faisant l’objet de plusieurs déménagements, c’est finalement au Complexe Promenade, dans une version réduite à cause de l’inaccessibilité de la galerie mère à la rue Lamarre (Pétion-Ville), que la galerie Marasa présente aux visiteurs et passionnés de l’art son exposition-vente baptisée « Marassart ». 

La responsable, Michele Gardère Frisch, salue la démarche du journal Le Nouvelliste d’avoir eu l’idée d’instaurer un festival de l’art en Haïti. « J’espère que c’est une initiative qui va perdurer, parce qu’on avait vraiment besoin de ce genre d’activité, d’expositions groupées pour la promotion des artistes et des galeries », renchérit madame Frisch, qui estime que cette promotion qu'offre Le Nouvelliste à travers « Haïti, le Printemps de l’Art » va susciter l’envie de continuer à créer chez les artistes. 

Parmi les artistes exposés à la galerie Marasa se trouve Pierre Sylvain Augustin dit Payas, l’un des artistes de la première génération de Saint-Soleil. Dans ses tableaux se dessinent un mixage de couleurs pouvant inconsciemment vous bercer dans un monde dans lequel vous ne voulez jamais faire marche arrière. 

Le peintre Philippe Dodard, alors ses œuvres les plus récentes traduisant des thématiques comme  la réalité quotidienne, la migration sont aussi exposées à la galerie.  

Nazaire Pierre-Louis dit Nazito est ce fils qui a suivi les traces de son père dans l’aventure de Tiga à Soisson-la-Montagne. À travers son style original tant en noir et blanc qu’en couleur, Nazito s’est trouvé lui aussi une place à l’exposition de la galerie Marasa.  

Olivier Berthoni, ce peintre qui vit de l'autre côté de la frontière, s'y trouve aussi. Olivier profite de cette occasion pour présenter ses travaux  au public pendant le festival. 

Le peintre Jean-Louis Maxan, dont ses principales sources d’inspiration puisent leur essence dans la culture vaudou et l’histoire d’Haïti, est là. Les couleurs vives guettent, attirent au fur et à mesure que vous balayez du regard l’ensemble de ses œuvres exposées. 

Connu pour ses travaux axés sur le pointillisme ou les lignes, Martial Edouard, lui aussi, est un membre fondateur du mouvement Saint-Soleil. La spécificité retrouvée dans les tableaux de Martial lui incombe une originalité. Ses œuvres sont soumises à votre appréciation dans le cadre de cette période consacrée à l’art. 

Sully Gutenberg est un peintre connu pour la vivacité de ses tableaux dont chacun raconte une histoire. Ses tableaux attirent votre regard, piquent votre curiosité. 

Ouverte jusqu’au 27 janvier 2021, du lundi au vendredi de 11 h à 17 h, et les samedis de 10 h à 3 h p.m,  Marassart attend tout un chacun désireux de surfer sur les flots de la peinture des artistes contemporains. 

Respectez les mesures barrières contre la Covid-19 !!!! 

Mikenton Jean



Réagir à cet article