Éline Fleury, une alliance de musique et d'engagement

Publié le 2020-11-10 | Le Nouvelliste

Il y a de ces femmes qui vous attirent par leur ténacité, leur bravoure, leur sens de leadership à travers le défilé des nuages, l'éclosion d'une étoile du soir.

Il y a de ces femmes ayant plus d'une corde à leur arc qui croient en la force du verbe et au pouvoir des arts. Eline Fleury fait partie de cette lignée. Diplômée en sciences économiques, elle est auteure-compositrice-interprète, chanteuse et pianiste.

« Aux âmes bien nées, la valeur n'attend point le nombre des années », affirmait Corneille. De signe astrologique verseau, elle est une fleur du printemps en plein épanouissement dans le jardin de l'île quisqueyenne, qui a fait face à tant d'adversités dans notre communauté où se mêlent trahison, tromperie déception, deuil.

Elle a su  dompter les vents contraires qui soufflent sur sa route de femme-mère, femme-artiste, de femme-citoyenne engagée dans la lutte pour le respect des droits humains tant en Haïti qu'à l'étranger.

Avec le temps, elle a appris à être forte, combative et surtout revendicative, selon ce qu'elle nous a déclaré à l'occasion de la parution de son single '' Our Father'', qui lui a été inspiré par la mort tragique de Georges Floyd, en pleine rue de Wisconsin par un policier blanc et qui a allumé les lampes du mouvement ''Black Lives Matter'' aux États-Unis et à travers le monde.

En Haïti, s'inspirant de la vedette de l'audio-visuel américain Oprah Winfrey, elle a lancé son propre magazine ''Éline'' en 2008 sans sponsor, ni du côté de l'État ni du côté du secteur privé, en vue de mettre en lumière les talents cachés de chez nous. Malgré vents et marées, elle a tenu le coup et a pu boucler deux numéros.

En l'année 2009, elle s'éloigna d 'Haïti et élit domicile d'abord en Floride et ensuite à New York. Là, parallèlement à ses études en nursing, elle n'a pas abandonné ses projets de créatrice. Le magazine ''Eline'' est devenu virtuel (www.elynefleury.com). Chaque semaine, elle informe, forme  et divertit sa large audience composée d'Haïtiens et d'étrangers. De nombreuses stars  ont été à l'honneur, en l'occurrence Tabou Combo, King Kino, Emeline Michel, Coralie Hérard, Mélanie Charles et Sarah Elisabeth Charles.

Par ailleurs, l'auteure des chansons ''k-fe griye'' et ''mete m nan agenda w'' qui affectionne tant les icônes du jazz américain  (Nina Simone, Ella Fitzgerald et Dee Dee Bridge) s'active à lancer son premier opus titré ''This woman'', un mélange d'afro-beat, d'afro-jazz, afro-pop qui sort à la fin de l'année.

« Ce c.d veut être mon autobiographie, à travers des textes évoquant l'amour, l'absence, le rêve, le respect, la dignité et le combat des femmes », a-t-elle déclaré.

Le dit c.d. réunira neuf pièces parmi lesquelles on retrouvera ''Madanm'', ''Pouki'', ''Our Father'' écrites par Éline elle-même, avec la touche professionnelle de trois producteurs venant directement du Nigéria et d'Haïti.

                                                                                                                 

     André Fouad Auteur

Réagir à cet article