12 bougies pour Solidarité des femmes haïtiennes journalistes

Publié le 2020-09-09 | Le Nouvelliste

Le 23 août 2020 a ramené l’anniversaire de Solidarité des femmes haïtiennes journalistes (SOFEHJ). Pour marquer cette date, l’association a organisé, durant le mois dernier, plusieurs activités culturelles et sociales dans les locaux de la bibliothèque du Centre Penn Haïti, notamment des conférences pour nourrir le champ de réflexion de ses membres.

Ce moment de célébration sevira aussi de prétexte à la SOFEHJ en vue de décerner des plaques d’honneur à trois professionnelles pour leurs contributions dans la diffusion des informations liées à la Covid-19. Ces journalistes sont : Thatessiana Thomas, du Réseau haïtien de journaliste en Santé(RHJS), dans la catégorie presse écrite; Anicile Maitre de Radio Signal FM récompensée dans la catégorie audio ; Matiado Vilmé, journaliste de Voix de l’Amérique, pour son reportage audiovisuel.

« Cette plaque d’honneur qui me récompense pour mes articles, je le dédie au RHJS qui a sept ans cette année. Cette plaque est le fruit du travail d’encadrement des moniteurs du réseau qui ont porté la professionnelle de l’audiovisuelle que je suis vers l’écriture qui est la base du journalisme. Avec le RHJS, je suis installée dans le multimédia pour m’épanouir dans une culture du service au bénéfice de notre population », s’est réjouie Thatessiana Thomas qui a produit plusieurs articles et également des capsules de vidéographie sur la santé pour le site www.rhjs.ht. 

Pour un coup de projecteur sur cette association qui milite pour lee triomphe des droits des femmes journalistes, Le Nouvelliste a rencontré la coordonnatrice générale de la SOFEJ, Martine Isaac. 

Au Centre Pen où elle célébrait avec ses pairs (es), elle a déclaré : «  On peut dire que ce douzième anniversaire est un exploit. On  est quand même satisfait du fait que cet organisme, malgré des hauts et des bas, existe encore. »

Pourquoi cet organisme spécifiquement lié aux femmes journalistes dans le paysage de notre pays ? Martine Isaac répond : « Un déséquilibre de participation et de représentation de professionnelles de l’information par rapport aux hommes a suscité dans les années 2008, l’idée de créer une structure afin de promouvoir l’entrée et l’avancement des femmes journalistes dans les médias et à tous les niveaux. Peu de femmes à l’époque évoluaient dans le secteur médiatique et n’occupaient pas les postes décisifs, une constatation  qui pousse une dizaine de femmes journalistes à mettre sur pied le 23 août 2008 cette structure d’organisation qui a pour mission de faire la promotion et d’encadrer les travailleuses de presse sur tout le territoire national. » 

Elle a profité de l’occasion pour faire savoir que deux conférences ont eu lieu la bibliothèque du Centre Pen et ont attiré des journalistes de plusieurs médias de la capitale. « Impact psycho socio-économique de la Covid-19 sur les travailleuses de presse». Ce débat a porté journalistes et panélistes à soulever des questions liées aux problèmes causés par le coronavirus sur la vie nationale. Le samedi 29 août, le thème choisi : « En quoi les nouveaux médias peuvent-ils constituer une alternative pour les travailleuses de presse par rapport aux médias traditionnels ? » 

Pour Martine Isaac, ces deux conférences-débats participent de la politique de l’association dont l’objectif principale vise à favoriser une meilleure représentativité des femmes dans les médias haïtiens. 

Des figures connues dans le secteur médiatique ont pris part à ces conférences-débats. Pour le sujet lié au coronavirus : la psychologue Vanessa Joseph, la sociologue Netty Duclair, le représentant de l’Association des journalistes haïtiens ( AJH), Jacky Marck. Pour le sujet relatif au média : Godson Pierre de Radio Kiskeya et  la journaliste d’Ayiboposte, Laura Louis. 

Pour Martine Issac, cette structure a encore du chemin à parcourir. L’essentiel, la SOFHEHJ suit le cap de sa mission principale et continue à faire des plaidoyers pour  réclamer de meilleures conditions de travail pour les travailleuses de la presse.

Ricot Marc Sony jeunesseht@gmail.com Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".