Lecture par temps de confinement

Alphonse de Châteaubriant : « Monsieur des Lourdines »

(Prix Goncourt 1911)

Publié le 2020-05-21 | Le Nouvelliste

Roland Léonard

Fut-il un descendant de l’illustre père du romantisme français, René comte de Chateaubriand ? N’en était-il que l’homonyme, s’en distinguant par le «t» a la place du «d» ? On ne le sait ; on ne peut que conjecturer. On sait en tout cas qu’une ville de la France, chef-lieu d’arrondissement de la Loire-Atlantique, porte son nom.

Entre le célèbre romantique et lui, il y a en tout cas les liens de parenté entre le génie et le talent, deux degrés de l’intelligence et du mérite humains. Disons comiquement que «t» n’a pas de démérité de «d».

Alphonse de Chateaubriant est né en 1877 à Rennes (Ille et Vilaine). Son premier roman, «Monsieur des Lourdines», que nous analysons ici, a obtenu le prix Goncourt en 1911. Le grand prix du roman de l’Académie Française fut décerné en 1923 à  «La Brière». Alphonse de Chateaubriant est mort à Kitzbühel (Autriche) en 1951, âgé de 74 ans.

Cent neuf (109) ans après avoir été couronné par le fameux Goncourt, cette œuvre nous parait avoir bien traversé le temps et résisté à son épreuve, comme tout grand « classique». Sa lecture en est toujours aisée, intéressante. Sa facture est solide, même si le contexte actuel, écologique et socio-politique en est différent.

«Monsieur des Lourdines» est sous-titré «Histoire d’un gentilhomme campagnard». C’est donc un hobereau. Est-ce qu’il en existe encore autant dans l’Hexagone ? Le roman est dédicacé à l’écrivain Romain Rolland.

Paroles et regards

L’instance narrative de ce roman est un narrateur omniscient, à la troisième personne, qui ne fait pas partie de l’histoire. C’est, en termes savants, et une fois de plus, une narration hétérodiégétique passant par le narrateur, un inconnu qui, comme Dieu, voit tout, connaît tout des évènements et des pensées ou sentiments profonds des personnages.

L’ordre de narration des évènements de l’histoire est linéaire, sans «anachronies», pratiquement (un ou deux moments) ; sans rétrospectives ou analepses, sans anticipations ou prolepses, remarquables et importants à la vérité.

Le genre

On pourrait le catégoriser de roman paysan, géographique et régionaliste, lié à un roman de psychologie, d’analyse et de caractère. Il y a des relations entre le père, le fils et la mère, poignantes et dramatiques ; sans évoquer un quelconque triangle ou drame freudien pour autant ni œdipien.

L’intrigue

Elle est brève et simple. Monsieur Timothée des Lourdines, la cinquantaine bien portante, est un gentilhomme campagnard ou hobereau qui vit sur ses terres et son château de style Louis XIII, le Petit-Fougeray, non loin de Poitiers. Il possède près de trois cents hectares de terre ; certains sont boisés, de véritables forêts ; sur d’autres il a des fermes et des métayers. Il y fait de l’élevage et de l’agriculture. C’est un solitaire et un paysan «grand don» comme on dit chez nous en Haïti, plutôt triste, homme d’habitudes, aimant les simples-serviteurs et paysans- les animaux et les arbres dont il préfère la compagnie aux humains et citadins. Solitaire ? Il n’est tout de même pas célibataire : il est marié à Emilie, Mme Deslourdines, fille d’un haut magistrat de la cour de Poitiers, hémiplégique ; il a un fils unique, Anthime, vivant à Paris, rentier de ses parents, joueur, menant un vie facile et de plaisir, oisive. C’est un enfant gâté. Le père, en colère, a payé une première fois deux cent mille francs, de l’époque, de dettes de jeu à ses créanciers. Non sans une scène terrible à son fils, effrayante au point de provoquer la paralysie de sa femme, au point d’éloigner Anthime du domaine, préférant vivre à Paris.

Un nouveau coup de massue est porté à la fortune familiale par ce fils prodigue et inconscient: six cent mille francs de dettes, insolvables. À moins de tout vendre. C’est la ruine ! C’est la honte ! Pour éviter le déshonneur et la prison, le vieux campagnard se décide à tout liquider, ne gardant que le château, le Petit-Fougeray. Madame des Lourdines, ménagée jusqu’ici, tombe dans une crise de paralysie totale en l’apprenant ; elle est alitée. Anthime est rappelé de Paris, pour assister à la mort et aux funérailles de sa mère, et apprendre sa ruine de fils prodigue. Il pense à se suicider ; mais il est freiné dans son projet par la musique de son père violoniste, qui le subjugue et lui parle. Père et fils se résignent à vivre pauvrement, mais dignement.

Appréciations

Le style de ce roman est riche, fleuri de belles descriptions de la nature, des arbres, des fleurs, des bois et paysages. On pourrait parler de certains fragments comme de véritables poèmes en prose. Richesse du vocabulaire. Pittoresque des vues et scènes.

En caractérologie, science psychologique, instituée par Robert Le Senne (1945), Thimothée des Lourdines, par son tempérament d’émotif interverti et timide, son goût des habitudes, de la solitude, son attachement à la terre, au passé, aux souvenirs, sa relative méfiance des hommes et son inhabileté aux affaires, fait penser au type dit Sentimental ou Nerveux rentré, taciturne : Emotif-Non actif-Secondaire (E-NA-S).

Le fils prodigue, l’enfant charmeur et gâté, dépensier et gaspilleur, vivant au présent, pour la mode, le jeu et le plaisir, rappelle de préférence le type du Nerveux : Emotif-Non actif- primaire (E-NA-P). Enfin, ces déductions sont plutôt des conjectures.

L’histoire est poignante. On pense à la parabole de l’Evangile. Mais à cette différence près que cet enfant-là a causé la mort et la ruine. À peine s’est-il repenti.

Roland Léonard Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".