Sur les ailes de la musique de Beethova Obas

Ce 25 mars ramène l’anniversaire de Beethova Obas. Bonne fête Beethov ! Ta musique imperméable au temps qui passe porte le souffle de l’espoir.

Publié le 2020-03-25 | Le Nouvelliste

Premiers jours d’octobre 1983, au collège Saint-Pierre, au Champ de Mars, à Port-au-Prince, j’étais assis à côté de Beethova Obas, nous étions alors en classe de rhétorique.  Auparavant, on se voyait régulièrement dans la cour de récréation de l’école. À cette époque, nous habitions Carrefour. On prenait souvent le même bus pour rentrer chez nous. Face à notre regard la mer bleue, une offrande toujours renouvelée sur notre trajet.  Beethova, rêveur, était souvent plongé dans une rêverie. Il avait l’air d’un poète transporté sur les ailes du temps, au-delà de l’espace réel.  C’est comme si son âme flottait au-dessus des ondes d’un rêve qu’il n’arrivait pas à secouer pour transposer sa vie du songe à la réalité.  Comme moi, je voyageais souvent dans ma tête. Quand les phrases poétiques cascadaient dans mon inspiration, j’avais vite compris que c’était à cause de cette guitare acoustique qu’il portait parfois le vendredi à l’école quand nous organisions des petites fêtes sous le kiosque de la chapelle, non loin du terrain de basket et de volleyball.  En ces années de bouillonnement culturel, la musique faisait rêver en plein jour.  La musique invisible semblait visible dans nos yeux adoucis de rêves.  

 L’art, un instrument de combat

Trente-sept ans plus tard, par des appels de longue distance, nous alimentons notre amitié de longue date. Beethova a pris son ancrage à Bruxelles, en Belgique dans la vieille Europe et moi à McDonough, Georgia de l’autre côté de l’océan. Souvent nous nous retrouvons ensemble par les moyens contemporains de la communication pour partager nos expériences, nos idées, les anecdotes qui ont pimenté nos vies. Ce temps de partage qui constitue le fondement de l’amitié, nous le vivons comme si le temps d’hier était celui d’aujourd’hui. Et nous parlions de la teneur de ces albums qui véhiculent des messages profonds sur un fond de mélodie inoxydable au temps qui passe.

Venons en aux anecdotes. Beethova aimait me raconter que son nom patronymique renvoie au prestige, au nom de ces familles royales issues du royaume de Dahomey. Aussi aimait-il dire que le nom Obas veut dire être libre. N’est-ce pas que nos ancêtres ont crié : liberté ou la mort ! Ces paroles fortes marquent les chansons de notre Beethova national.

Souvent j'imagine qu’au-delà de la longue traversée des bateaux négriers, l’écho des langues et les reflets de la grande culture africaine cavalcadent encore dans le sang des Obas éparpillés à travers l’Amérique du Nord, Central, du Sud et des îles de la Caraïbe.  Peut-être aussi, les descendants des Obas sont ceux qui se sont enfuis dans les montagnes d’Haïti. En effet, leur fuite remonte à environ trois cents ans sur l’île avant l’indépendance proclamée en janvier 1804. Nos vaillants ancêtres ne toléraient pas être cloîtrés.  Les révoltés, ceux qui ont étudié le langage de la terre, les inscriptions laissées çà et là par les Indiens sur les parois des grottes, le secret des écorces, des racines et des feuilles, qui, sous le couvert de la nuit, souvent, descendaient dans les vallées, venaient dans les champs, pour empoisonner l’eau des sources, des rivières qui alimentaient la maison des colonisateurs féroces et sanguinaires et mettre le feu aux plantations.  Serait-ce cet héritage révolutionnaire qui reflète dans les mots de la poésie beethovienne, à travers la mélodie obasienne?  

Le musicien Beethova avait fait connaissance avec cette disposition en fouillant à travers les toiles et les chevalets laissés dans les greniers de son père Charles Obas disparu quand il avait seulement cinq ans.  Entre l’accordéon et la guitare, entre les pinceaux et les gouttes de pluie de ces aquerelles, il avait appris tout jeune que l’art n’est art que s’il est un instrument de combat.  Combat pour la vie.  Une lutte patriotique pour le bien-être de tous.  Cette fabuleuse idée s’est solidifiée avec sa merveilleuse rencontre avec Manno Charlemagne.

 Le burin de la lumière

Obas est un sculpteur de la pensée, il est celui qui façonne, qui cisèle une idée dans la chair du verbe à l’aide du burin de la lumière.  En matière d’art, ce créateur se révèle dans la lumière, un esthète, un poète, un philosophe.  De son coeur s’envole tout le génie qui a conquis les mélomanes. Paroles et textes portent le souffle de ce don inné.

Pour l’histoire, je dois rappeler que le premier album de Beethova Obas a été financé par son feu père Charles Obas, un peintre trop tôt disparu sous la dictature des Duvalier.  Pour faire honneur à son père, la photographie de la couverture de cet album représente une scène de révolte signée Charles Obas. À regarder de près, cette scène dépeint peut-être la grande bataille de Vertières du 18 novembre 1803 où la liberté montait comme un grand soleil dans le coeur des hommes libres.

Jean Winer PASCAL  jeanwinerpascal@gmail.com Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".