La 3e édition de l’École d’été du numérique a été bien accueillie à l’Université Quisqueya

Tenue cette année sur le thème  « Le web sémantique et l’intelligence artificielle », la troisième édition de l’École d’été du numérique en Haïti a rassemblé, du 19 au 23 août 2019, un public d'étudiants et de professeurs à l’université, de professionnels dans les locaux de l’Université Quisqueya. Différents experts, venus principalement du Canada,  étaient invités à partager leurs connaissances pour renforcer le potentiel du numérique local dans l’intérêt de la collectivité.  

Publié le 2019-08-28 | lenouvelliste.com

Supportée par l’Université de Technologie d’Haïti, l’Université Laval, le Wikimedia Canada, le Wikimédia France, Solution InLibro, Cinémathèque Québécoise et Bibliothecom, cette activité a été réalisée en Haïti  par le Réseau des jeunes bénévoles des classiques des sciences sociales (REJEBECS) formé de jeunes universitaires qui s’engagent dans la lutte  contre « l’injustice cognitive » dans le pays, l’accès fermé aux publications scientifiques, et surtout la faible compétence numérique observée chez les universitaires et les professionnels haïtiens.  

Cette année, il a été question d’aborder les potentiels du Web 3.0 et de l'intelligence artificielle qui représentent des enjeux majeurs pour les utilisateurs du Web, notamment pour ceux qu’on nomme «  les géants de la technologie ». Il s’agit, pour les organisateurs, « de mobiliser la capacité d’action collective à travers les technologies numériques et de promouvoir des valeurs de partage, de cocréation et d’initiatives collaboratives ». L’activité cherche également à augmenter la visibilité des contenus culturels haïtiens sur le Web, de sensibiliser ainsi le public et de lui permettre d’avoir une meilleure compréhension de sa culture, d’après le projet élaboré par le réseau piloté par le jeune licencié en sociologie à la Faculté des sciences humaines (de l’Université d’État d’Haïti), Rency Inson Michel, qui se dit satisfait du déroulement de l’événement riche en informations.

Dès le lundi 19 août, le grand public, plutôt avisé, avait eu droit, au sein de la bibliothèque de l’UniQ, à une conférence d’ouverture autour de l’usage de l’intelligence artificielle. Jocelyne Kiss, PhD, professeure en arts et technologies à l’Université Laval, et Éric Bégin, spécialiste des logiciels libres, ont grosso modo fait le tour de la question.

 Les participants ont été également amenés à découvrir le Fact Checker haïtien « toma.ht », l’œuvre du Réseau des blogueurs d’Haïti réalisée à partir de l’intelligence artificielle. En effet, le président du RBH, Wébert Charles, était invité à en faire une démonstration à travers ce robot qui vise à encourager les utilisateurs du Web à être précautionneux face à des intoxications existant dans le flux de l’information.

Avec cette nouvelle édition, les organisateurs comptent faciliter une amélioration des connaissances des intéressés dans le domaine du numérique. L’idée consiste à les amener à transmettre et partager leurs connaissances avec de « potentiels ambassadeurs » qui, à leur tour, transmettront leurs expériences et savoirs à d’autres citoyens en Haïti, enchaîne Wood-Marc Pierre, un des responsables du réseau.

Venue en Haïti pour participer principalement à cette École d’été du numérique,  Jocelyne Kiss, professeure de l’Université Laval, souligne qu’enseigner aujourd’hui le numérique est une nécessité aussi bien au Canada qu'en Haïti et partout ailleurs dans le monde. Son intervention, qui visait à donner aux participants quelques compétences du Web, portait sur la présentation des jeux vidéos qui constituent un gros marché à l’échelle mondiale.

Saluant pour sa part la tenue de l’événement auquel il participe pour la première fois aussi, le spécialiste des logiciels libres, Éric Bégin, a présenté, de manière plutôt simplifiée, les termes de base liés à l’intelligence artificielle.  Alors que Miguel Tremblay, spécialiste des données ouvertes, et Léa-Kim Châteauneuf (qui participait l’an dernier à l’activité),  bibliothécaire et spécialiste de Wiki data, ont travaillé sur la production de données qui alimentent l’intelligence artificielle et le web sémantique.

« Nous vivons présentement une transition numérique féroce qui va certainement changer nos habitudes de vie au cours des prochaines décennies avec les avancées technologiques. En ce sens, il a été jugé important au niveau de la direction de la bibliothèque de s’associer à cette 3e École d’été du numérique comme partenaire privilégié pour favoriser la rencontre et les réflexions entre les acteurs et citoyens en accueillant un tel événement sur l’intelligence artificielle et le Web sémantique », soutient Jimmy Borgella, actuel directeur adjoint de la bibliothèque de l'Université Quisqueya.



Réagir à cet article