Fokal / 24 avril/ «American Corner»

« Quand John Bern Thomas et amis honorent le mois du jazz»

Publié le 2019-05-07 | Le Nouvelliste

Roland Léonard

Le mois d’avril, depuis 2011, est décrété le mois du jazz. Mois d’appréciation du jazz, un peu partout dans le monde (Jazz Appréciation Month). Avec pour couronner le tout, la journée officielle et mondiale du jazz, le 30 avril de chaque année. Ce qui donne lieu, à cette occasion, à un véritable marathon universel d’activités jazzistiques : conférences, interviews, projections, concerts et jam-sessions.

Dans le cadre de son programme «American Corner», la Fokal donne elle aussi sa participation à ces évènements. Cette année, un thème a été retenu : « Jazz au-delà des frontières.» À cette occasion la Fokal a invité un public d’initiés et de profanes à la rencontre du jeune et bon batteur de la scène jazz en Haïti John Bern Thomas. Ce dernier était accompagné par ses amis musiciens.

John Bern Thomas se dévoue à la cause de cette grande musique en Haïti. Il maintient sa flamme allumée tout le long de l’année à travers son organisation, « Haïti Jazz Promo», également à travers son initiative, « Les jeudis du jazz», au Vivano, produisant des concerts.

Cette soirée du 24 avril à la Fokal était présentée et introduite par deux journalistes très concernés par cette musique : Ricardo Nicolas, animateur et journaliste très connu de radio Télévision Caraïbes pour «Playlist», et Rosny Ladouceur de « Loop Haïti».

Après une brève prise de parole de Ricardo Nicolas, Rosny Ladouceur devait s’adresser au parterre et au public assis sur les sièges réguliers, pour présenter John Bern Thomas à l’assistance, dans une interview où il résumait son parcours et répondait aux questions des curieux. Celles-ci étaient limitées au nombre de trois pour permettre au musicien d’entamer le concert enfin.

John Bern Thomas était en compagnie de Josué Alexis au piano, de Mardochée Williams à la basse, de Ricardo Lafond aux saxophones ténor et soprano, de Maxime Lafaille à la trompette, de Junior Dorcélus à la guitare, de Marc Harold Pierre aux percussions (congas, tambours vodous et africains, barchimes), de Gérald Kébreau/ guitare-basse et contrebasse, de Coralie Hérard à la voix et au chant.

Le concert

Il y a quelques effets de batterie suivis d’un bruissement collectif assez bref. On aborde le premier thème, « Kiss the sky», du saxophoniste alto Kenny Garett. Morceau assez simple en apparence, au style rythmique évoquant le «latin-fusion» et la contredanse «funky».

La trompette et le sax soprano exposent le canevas. Les chorus dans l’ordre sont assumés par Junior Dorcélus assez lyrique, Maxime Lafaille époustouflant et swinguant, Ricardo Lafond, Josué Alexis tantôt économe, tantôt volubile.

Le deuxième thème proposé est « Nan fonbwa» ou « Yanvalou» de Frantz Casséus. C’est un arrangement de Ricardo Lafond. Avec une basse obstinée, des rythmes, partageant la même métrique dans le vodou, se sont alternés jusqu’à la mazurka antillaise dite «Mazouk». Josué, Junior au son trafiqué, Ricardo au soprano ont brillé de tous leurs éclats. Variation finale en «rara» avec riffs de «vents».

On enchaîne avec « Jou va jou vyen», composition du batteur. Thème simple dans sa partie A, avec un pont B très élaboré. Mardochée William et Josué Alexis se distinguent dans leurs chorus.

John Bern fait appel à Gérald Kébreau qui remplace le bassiste Mardochée William. Avec ses compagnons, Gérald retient notre attention, provoque notre admiration dans les pièces suivantes :« Cancion por la unidad» de Pablo Milanes, popularisée par Aaron Goldberg ; « Miron», ballade du jazzman Mike Del Ferro ; « Cherokee» de Ray Noble, à la rythmique hésitant entre le swing et le reggae. Bons solos, bons appuis de ses camarades.

La jolie et talentueuse vocaliste Coralie Hérard, invitée à la fête, se mêle de la partie. Celle qui doit représenter Haïti prochainement en Corée du Sud nous a charmé dans la bossa-nova « La belle dame sans regrets» de Sting arrangée par la chanteuse canadienne Émilie Claire Barlow. Elle reproduit jusqu’à  faire illusion, la manière et le timbre de la vocaliste du grand Nord. Très chatte. Soupirs sensuels.

Le programme est écourté pour se terminer avec « Ti Soutit» de Lenord Fortuné dit Azor, qui enflamme l’assistance par son rythme de «Rara» et «Rabòday». Josué Alexis nous séduit par l’approche «bluesy» de son solo de piano. Il y a une déviation rythmique, un «switch» ou variation en bebop à tempo ultrarapide, qui surprend et met aux anges les fanatiques de jazz. Maxime Lafaille y assoit un solo d’une grande virtuosité et d’excellente musicalité. On retourne par la suite au rythme d’origine. C’est la fin.

Les jazzmen sont congratulés par l’assistance enthousiaste. Vive le mois du jazz !

Roland Léonard Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".