Batailles électorales et crises politiques en Haïti : le professeur Victor Benoit dit son mot

Publié le 2019-02-25 | Le Nouvelliste

Cette année 2019 constitue une année électorale. Des élections législatives devraient se tenir pour le renouvellement du Sénat et de la Chambre basse. Il devrait aussi avoir des élections pour les collectivités territoriales cette année : les mairies, les CASEC, les ASEC, les délégués de ville. Dans deux ans, en 2021, on devra replonger dans l'élection présidentielle afin d’installer un nouveau chef d’État au Palais national, le 7 février 2022. En vérité, la vie politique haïtienne est actuellement ponctuée par des dynamiques électorales qui reviennent tous les deux ans. Pourtant, selon le professeur Victor Benoit, les batailles électorales seraient issues et engendreraient des crises politiques récurrentes susceptibles de rendre compte du dysfonctionnement de la société haïtienne.

En effet, le professeur Victor Benoit vient de publier un ouvrage sur les élections qui fera date. Le titre du livre : Batailles électorales et crises politiques en Haïti. Publié chez C3 Éditions, cet ouvrage est préfacé par le Dr. Serge Fourcand, économiste. Au dire de ce préfacier de marque, « Victor Benoit relève de manière fort pertinente la violence et l’absence de règles acceptées pour régir le jeu politique sur l’échiquier électoral haïtien ». Les violences électorales, le pays en a connu tout au long de son histoire.

Le premier tome de l’ouvrage de Victor Benoit couvre la période de 1807 à 1957. Un siècle et demi de violences qui poussent le professeur à parler non pas de compétitions, mais de batailles électorales à l’issue desquelles ce sont les plus cyniques qui sortent vainqueurs. En 1807, la bataille électorale entre Henri Christophe et Alexandre Pétion a débouché sur une guerre civile et la scission du territoire en deux États : le Royaume d’Haïti au Nord et la République d’Haïti à l’Ouest. De 1843 à 1846, après la chute du président Jean-Pierre Boyer, le pays a connu des batailles électorales violentes et une crise politique insoutenable, tout cela sur fond de différences épidermiques : Noirs et mulâtres. C’est dans ce contexte qu’il faut apprécier la proclamation d’Accaau. Après l’exécution du président Sylvain Salnave en 1869, les batailles électorales ont porté la marque de deux partis politiques, de 1870 à 1879. Il s’agit du Parti National et du Parti Libéral. L’année 1879 a été particulièrement éprouvante et Port-au-Prince a sombré dans une véritable guerre civile, le 30 juin, suite au refus des députés nationaux de valider le pouvoir des députés libéraux (bazelaisistes).

Les batailles électorales, avec leur cortège de crises politiques, qui ont scandé le XIXe siècle haïtien ont toutes été menées au nom du développement et du bien-être de la collectivité. « Pour autant, Haïti ne s’est pas modernisé : le pays continue à évoluer dans le cadre du système politique traditionnel », a constaté Victor Benoit.

Pour ce qui est de la première moitié du XXe siècle, batailles électorales et crises politiques n’ont pas cessé. Au contraire ! Elles se sont manifestées dès les élections de 1902, mettant aux prises, comme des gladiateurs dans l’arène, les candidats Nord Alexis et Anténor Firmin. En juin 1902, la bataille entre les deux candidats s’est transformée en guerre civile. Les partisans de Firmin, vaincus par ceux de Nord Alexis, ont été contraints à l’exil ainsi que leur leader. Les années qui ont suivi ont été bien sombres pour le pays. La crise a atteint un tel niveau de gravité qu’elle a facilité l’avènement de l’occupation américaine de 1915 à 1934.

Puis, vint la bataille électorale de 1956-1957. Celle qui a consacré l’accession de François Duvalier à la magistrature suprême. Durant cette bataille électorale et la crise politique qu’elle a générée, trois villes ont connu un état de siège : Port-au-Prince, les Cayes et Jacmel. En outre, le pays a connu une guerre civile qui a éclaté le 25 mai 1957. De plus, cinq gouvernements éphémères ou provisoires ont vu le jour : celui de Nemours Pierre-Louis, celui de Franck Sylvain, un gouvernement collégial, celui de Daniel Fignolé, un conseil militaire de gouvernement. À l’issue de cette bataille électorale, François Duvalier sort vainqueur et prête serment comme Président de la République, le 22 octobre 1957.

Après avoir effectué l’analyse de 150 ans de batailles électorales et de crises politiques, le Professeur Victor Benoit dit son mot en tirant les leçons suivantes :

  1. Il existe des relations dialectiques entre les luttes pour le pouvoir, les batailles électorales et plusieurs crises politiques en Haïti ;
  2. Les gouvernements issus des crises politiques générées par les batailles électorales ont tous été dictatoriaux ;
  3. Le favoritisme au profit des classes privilégiées prédomine sur l’intérêt national ;
  4. Le traditionalisme connaît des victoires répétitives sur le modernisme à l’occasion des batailles électorales ;
  5. Ceux qui sont proclamés gagnants dans les batailles électorales agissent souvent en complicité avec des étrangers au détriment de l’intérêt national ;
  6. Les forces et groupes armés d’Haïti ont toujours joué un rôle déterminant dans la vie politique du pays, particulièrement lors des élections ;
  7. Les personnalités et organisations qui ont prôné le changement durant les élections ont subi généralement l’hostilité du système traditionnel.

Au regard de son contenu historique bien documenté et surtout de sa pertinente actualité, ce premier tome de l’ouvrage de Victor Benoit suscitera probablement beaucoup de débats et contribuera à une meilleure compréhension de l’espace politique haïtien, des acteurs et des enjeux dont ils sont porteurs. Il nous reste à en souhaiter une agréable lecture à celles et ceux qui vont se procurer ce livre écrit de main de maitre, dans un style clair et riche de précisions.

 Dr. Ely Thélot, sociologue.

Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".