Discours du ministre de la Culture, Jean Michel Lapin

Discours prononcé le jeudi 10 janvier 2019, dans les Jardins du MUPANAH par le ministre de la Culture, Jean Michel Lapin, à l’occasion de l’hommage au maestro Nemours Jean-Baptiste, à l’Orchestre Septentrional et au Tabou Combo.

Publié le 2019-01-11 | Le Nouvelliste

Monsieur le Président de la République

Madame la Première dame de la République

Mesdames, Messieurs les Ministres,

Honorables Sénateurs et Députés

Directrices et Directeurs généraux des organismes déconcentrés du ministère de la Culture

Membres de la famille et admirateurs de Nemours Jean-Baptiste

Messieurs les membres de l’Orchestre Septentrional

Messieurs les membres de Tabou Combo

Membres de la presse

Mesdames, Messieurs

Le ministère de la Culture et de la Communication, au nom de la République, a l’honneur d’honorer, ce soir, des institutions et personnalités dont le talent, le savoir-faire et la créativité ont contribué à façonner la réputation d’Haïti, comme un grand pays de culture.

Nemours Jean-Baptiste, né en 1918, est sans nul doute – je prends la responsabilité de le déclarer ce soir sachant que vous serez d’accord avec moi - l’un des Haïtiens les plus influents du siècle dernier et cette influence ne se démentit pas et ne se démentira pas dans les siècles à venir. Chaque groupe, chaque chanteur, chaque promoteur de spectacle qui a émergé ces 63 dernières années et tous les Haïtiens nés après 1955 savent ce qu’ils doivent au maestro Nemours Jean-Baptiste, inventeur du compas direct, la musique populaire haïtienne.

Ce grand saxophoniste, compositeur, arrangeur est à la fois patrimoine matériel et immatériel. Nous avons la chance et le privilège de pouvoir toucher ce qu’il nous a laissé et aussi d’avoir chacun en nous une part de lui, une chanson, une note qui nous habite, nous aide à mieux vivre et nous donne la possibilité de transmettre à nos enfants, à ceux qui nous aiment, quelque chose d’inestimable qu’ils pourront léguer à leur tour. Créer un rythme qui devient « la musique populaire » d’un pays, c’est fédérer un nombre impressionnant de sensibilités, de goûts, de vision du monde. Quand ce rythme s’exporte également avec succès dans d’autres pays, suscite l’admiration de gens d’autres cultures, cela relève du génie.

Nemours Jean-Baptiste nous a fait danser, fredonner, chanter ; nous sommes ses heureux héritiers avec ce que cela implique de privilèges et de responsabilités. Les privilèges de la fierté, de pouvoir transformer et enrichir le compas direct, la responsabilité de le préserver.

L’Orchestre Septentrional est la plus ancienne formation musicale en activité du pays et l’une des plus anciennes de la Caraïbe. Les mots « formation » « groupe » « ensemble » prennent tout leur sens quand on se promène dans les 70 ans d’histoire de cette institution qu’est l’Orchestre Septentrional. Eh oui, après 70 d’existence, plus de trois cents titres enregistrés, des centaines de bals, des millions de fans, et quand on est passé au travers de la mode, de tout ce qui peut vieillir, on est de fait « une institution ». Le Septentrional est de l’ordre de l’intemporel, du classique, de l’incomparable.

Quand on est une institution, et le Septent nous l’a prouvé ces 70 dernières années, on apprend à vieillir ; et prendre de l’âge dans ce cas-là signifie s’améliorer, se bonifier, s’épanouir, se projeter. Le Septentrional réussit avec brio cette traversée du temps. Le Septent a une identité, pas seulement celle du Nord d’Haïti avec son histoire, sa fierté, ses spécificités, mais aussi celle des voix, des rythmes, des choix.

La boule de feu internationale n’a jamais hésité à explorer : Méringues, boléros, compas enrichissent son répertoire et elle réussit le pari d’immortaliser les innombrables talents qui l’ont forgée ces 70 dernières années : Roger Colas, Ulrick Pierre-Louis et tant d’autres.

Le Tabou Combo a commémoré ses 50 ans d’existence l’année dernière. C’est l’enfance et l’adolescence de beaucoup d’entre nous dans la salle et nous mesurons le privilège de les avoir tous avec nous, dont ceux qui ont posé les premières pierres pour construire ce monument, Albert Chancy et Hermann Nau qui ont fondé en 1968 « Les Incognitos de Pétion-Ville» qui a tout de suite connu un grand succès pour ensuite devenir aux Etats-Unis le Tabou Combo, un phénomène qui cumule les succès publics et les reconnaissances institutionnelles à travers le monde.

Le Tabou Combo a promené un peu partout, depuis 1971, une Haïti au-dessus des catastrophes naturelles et de celles provoquées par les hommes, une Haïti que l’on a envie de chanter, de danser, peu importe la langue que l’on parle. Notre émotion est intacte et elle ne va pas diminuer avec le temps quand nous pensons aux performances du Tabou Combo, notamment à ce public, énorme, déchaîné, dans le Zénith de Paris lors d’un des spectacles du groupe scandant Haïti ! Haïti ! Vous nous avez rendus beaux et désirables.

Le maestro Nemours Jean-Baptiste, l’Orchestre Septentrional, le Tabou Combo ont fait honneur à la République et la République veut vous dire merci.

Nan non prezidan repiblik la, nan non gouvènman an, nan non pa m, nan non chak grenn Ayisyen, k ap viv an Ayiti oswa a letranje, mèsi anpil !

 

Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".