Hommage à Coupé Cloué

Publié le 2018-12-06 | Le Nouvelliste

National -

Par : Reynold Nemorin

Au rendez-vous de la culture, nous avons, une fois de plus, répondu présent à une invitation de Guerdy Préval. Une vente signature et une exposition de tableaux d’élèves talentueux étaient à l’ordre du jour. Avec la même circonspection, Guerdy Préval donne corps à tant de souvenirs collés à son âme d’artiste inassouvi, de chercheur méticuleux et de mélomane averti. Notre historien nous incite à nous promener d’un royaume à un autre, au sein duquel M. Gesner Henry, dit Coupé Cloué, demeurera à tout jamais notre roi incontesté. Nous étions donc conviés, à travers le répertoire musical de Coupé, à la rencontre de son génie créateur, et de son incommensurable talent de musicien. C’était aussi l’occasion pour Préval de présenter la production de ses élèves, des tableaux d’une très grande qualité picturale.

Durant deux jours, de nombreux membres de la communauté haïtienne de Montréal, avides des belles choses de l’esprit, se sont réunis dans l’enceinte conviviale du Centre Na Rivé pour contempler, non sans émotion, des toiles représentant le grand artiste Coupé Cloué, accompagné de ses acolytes du Trio Sélect et de l’Ensemble Sélect. Se te gwo zen. Beaucoup parmi eux auront ainsi appris, grâce à l’un des tableaux évoquant la fierté d’anciens joueurs de l’Aigle Noir des années 50, que Coupé faisait partie de l’équipe du Bel-Air.

Animé du désir de toujours plaire à son public des grandes occasions et pour l’édification de tous, notre historien a accordé quelques entrevues à différents médias pour mieux conduire sur les fonts baptismaux son dernier-né : D’un royaume à l’autre : l’histoire d’un Roi et ses héroïnes. Une manière de dire merci à Coupé et à ses différents collègues. La voix atypique de ce grand artiste de chez nous résonnera longtemps encore dans nos maisons : « Saint-Antoine », « Fanm kolokent », kouman ou ye ?, « Madan Masèl », fiyèt lalo ke vouzèt. Que de souvenirs ! Ce style konpa manba a Coupé nos nerfs et Cloué nos neurones pour nous faire dire : Èske nou renmen Coupé ? Wi, nou renmen Coupé.

Les textes chantés de Coupé Cloué s’apparentent, d’après Préval, à ceux de Charles Baudelaire dans Les Fleurs du Mal. L’auteur nous dit : « Non seulement, ces textes nous envoûtent parce qu’ils parlent de nous, mais encore ils nous tendent un miroir qui reflète le tréfonds de notre âme, quelles que soient sa profondeur et son obscurité. On y rencontre des visages de tout âge, hommes, femmes, enfants, jeunes, vieux, toutes classes sociales confondues, qui s’offrent à notre imagination fertile. Riches comme pauvres, ils sont là, dans les chansons. C’est pour cela que, quand on les écoute, toute notion de solitude disparaît en nous, puisqu’on a l’impression de se trouver au milieu de ces personnages qui semblent nous accompagner. »

D’un royaume à l’autre… est un livre de mémoire en hommage à Coupé Cloué. Un libertaire, un improvisateur, un aventurier de la voix, un explorateur de la poésie et de la chanson. C’est un répertoire ludique, satirique, grivois, où l’esprit de Coupé Cloué est présent dans tous ses secrets, sa sensibilité, ses techniques pour alimenter l’improvisation des mélomanes, à travers des scénarios, des fragments épars de son savoir, son vécu. Le tout est basé sur la mythologie, la philosophie et les faits quotidiens de la société haïtienne. Ils sont égrenés de métaphores en comparaisons, en passant par des jeux de mots très poétiques où le chanteur montre du doigt les moeurs du temps en riant, les « ayisyanri » (haïtiâneries), les délicieux petits défauts des Haïtiens, dans un mélange théâtral, musical, linguistique et une improvisation à l’infini des variations sur le dire. Il a ainsi créé son propre genre musical : le style « coupéen » succède au style anbatonnèl du Trio Sélect.

L’entrevue qui suit nous permettra d’apprécier davantage le grand hommage de Guerdy Préval à ce père spirituel tant adulé.

C’est quoi, le style « coupéen » ?

Un rythme sensuel, dans un langage chanté qui suggère les choses plutôt que de les dire. Cela permet à celui qui l’écoute de se donner une référence selon sa propre connaissance et sa propre interprétation des faits.

Autre aspect de ce style coupéen : les chansons ont l’air d’être parlées. Celui qui écoute le croit. À la vérité, il chante dans une vivacité de séduction et de finesse.

C’est un style subtil de la langue, de la mélodie, de l’harmonie, haut en couleurs, en sons, en contrastes. Il permet à Coupé Cloué de transgresser les trois composantes importantes de l’ordre social : la culture, la personnalité et la structure sociale.

C’est un musicien des mots, un magicien des verbes et des formes. Il jongle avec les mots avec humour et fait danser à travers une musique très rythmique. Voilà pourquoi on pourrait croire qu’il est un pionnier du rap, un style qui ne fait pas rire aux éclats, mais qui fait sourire.

Grâce à cette nouvelle approche musicale, il lui est permis de parler d’amour, de sexe et de mort avec une pointe de dérision et d’humour. Cette façon très particulière produit des larmes de joie, une approche qui a rendu sa musique si appréciable, si juteuse.

En parlant de sexe, on disait de Coupé qu’il est misogyne, qu’il critique toujours les femmes.

Coupé est un taquin. Il aime les histoires vécues, notamment les siennes. Il se passionne pour les mésaventures des autres et les comédies déplaisantes. Il est capable de passer d’un ton moqueur à un ton libertin. Il avait une vision globale de la société et notamment des relations entre les deux sexes, il était en avance sur son temps.

Il n’était pas aussi hypocrite que certains compatriotes. C’était un anticonformiste, il aimait la liberté que lui procurent la vie et le quotidien. Il ne voulait imposer sa vision à personne, afin que personne ne lui impose la sienne. Il mettait toujours en pratique ce qu’il pensait, attitude qui se reflétait dans ses allusions sexuelles, ses proverbes à travers les scènes de la vie conjugale. Il prêchait par l’exemple, sans donner de leçon.

Misogyne ? La plupart de ses textes sont contés par des femmes elles-mêmes. Par ailleurs, bien des femmes pensent qu’il est l’un des plus grands féministes de son époque, avant même le mouvement féministe sociopolitique en Haïti. Aucun autre homme avant Coupé n’avait osé étaler ses désarrois, ses amours, ses peines, ses misères et ses doléances. En faisant rire, il s’est moqué de la censure. Voilà ce qui explique sa proximité avec les femmes en particulier et les gens en général : sa liberté, son franc-parler, qu’il a toujours cherchés sans peur et sans hypocrisie. Il a toujours cherché à être lui-même.

Est-ce qu’il était vraiment aussi libre qu’on le prétend ? N’a-t-il jamais été censuré ?

Il n’a jamais accepté d’être soumis aux règles établies par la société conservatrice de l’époque ni aux tabous. Pendant quarante ans de performances musicales, à travers tous les hits et les succès tant nationaux qu’internationaux, il n’a été censuré qu’une fois. C’était à l’occasion de la diffusion de la chanson Jij, jije m byen. Interpellé par le chef de la police, sous prétexte que cette musique était subversive, et destinée à la famille présidentielle, en particulier Marie- Denise Duvalier, il a été relâché quelques heures plus tard. Il n’a pas connu l’exil non plus. Et après le mariage de Marie-Denise avec le lieutenant Max Dominique, la musique a continué à tourner tranquillement. Coupé était en avance sur son temps.

Il n’hésitait pas à parler des choses, à briser les tabous. Sa musique est remplie de messages, valables encore aujourd’hui. Ses chansons sont des classiques.

Des classiques. Elles seront toujours d’actualité ?

Tout à fait. La musique de Coupé nous plonge dans un bain sonore avec un effet de caresse qui nous électrise par sa poésie et son humour. On a l’impression, en l’écoutant, d’avoir accès à l’essence de notre humanité, puisque le son, le rythme et la voix appartiennent à la parole aussi bien qu’au chant… Ses chansons sont des classiques, en ce sens qu’elles se tiennent dans une parfaite harmonie entre mots et musique.

Jean Gesner Henry est né à Léogâne, en Haïti, le 10 mai 1925. Gesner Henry était connu comme Coupé Cloué grâce au football, en particulier quand il jouait au sein de la formation de l’Aigle Noir. Sa première grande tournée musicale à l’étranger fut en Afrique centrale en 1975, puis en Afrique de l’Ouest, où la musique soukous locale avait une similarité avec le son du groupe (Ensemble Sélect). C’est à ce moment-là qu’il s’est vu attribuer le titre de Roi, « Roi Coupé ». Il est décédé à Port-au-Prince, en Haïti, le 29 janvier 1998, à l’âge de 73 ans.

Reynold Nemorin Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".