L’abstraction en Haïti : Burton Chenet

Mémoire

Publié le 2018-11-30 | Le Nouvelliste

Culture -

Burton Chenet (1958-2012) est mieux connu pour ses peintures nous présentant un univers inspiré de la nature, de contes et légendes populaires et du vaudou. C’est un univers plein d’humour et de satire, quelques fois avec un contenu politique. Il faut savoir que l’œuvre de Burton Chenet s’est véritablement empreinte de valeurs haïtiennes lorsqu’il s’est réinstallé au pays dans les années 1980 et qu’il s’est mis à fréquenter le Centre d’Art et des artistes de tendances diverses. Mais l’éducation artistique de Burton Chenet est à la base américaine.

Son entrée dans le monde de l’art, au début des années 1970, est donc marquée par les courants dominants de la côte est des États-Unis. De tous ceux-là, c’est l’Expressionnisme abstrait, dans ses diverses facettes, qui a laissé la plus grande marque dans les productions de ses premières années de peintre professionnel. Lorsqu’on réalise que, comme l’a dit William C. Seitz, l’Expressionnisme abstrait préfère l’expression à la perfection, la vitalité au léché, l’inconnu en lieu et place du connu, l’individu plutôt que la société, l’intérieur plutôt que l‘extérieur, on comprend non seulement le choix du jeune Burton Chenet, mais aussi la manière dont sa carrière a évolué.

De tout ce qu’a produit Burton Chenet, on connaît moins bien ses œuvres abstraites qui, en vérité, sont fort différentes les unes des autres. Ces divergences peuvent s’expliquer par le fait que le mouvement que l’on qualifie d’ « Expressionnisme abstrait » a lui-même été marqué par un ensemble exceptionnellement divergent de sources, de références et de points de repère. On a voulu lui donner une unité en prétendant qu’il était « américain » sans préciser qu’il l’était surtout par l’esprit et non par le style.

Dans les premiers Color Fields Paintings de Burton Chenet, inspirés par Mark Rothko (1903-1970), les couleurs, contenues dans des zones bien définies, sont véritablement le seul et unique sujet. Amenant ces peintures dans la figuration, Burton Chenet a transformé les zones de couleurs contre lesquelles il a ajouté des motifs tirés de la nature, inspirés par les vèvès ou encore par les ouvrages de forgerons haïtiens. Sous l’influence de William de Kooning (1904-1997), une autre grande figure de l’Expressionnisme abstrait, Burton Chenet a donné de la texture aux zones colorées, antérieurement plates, en y appliquant des traits vigoureux de couleurs contrastantes. Ce fut un moyen pour lui de représenter le paysage. J’ai encore en mémoire ce polyptyque, quatre panneaux, inspirés de l’œuvre de Vivaldi, « Les Quatre Saisons ». Cette grande peinture, de la dimension d’une murale, a été exposée au Musée d’Art Haïtien du collège Saint-Pierre en 1996, lors d’une manifestation célébrant le 25e anniversaire de l’orchestre philarmonique « Sainte-Trinité ».

Il me semble que de toutes les peintures abstraites créées par Burton Chenet, les plus intéressantes sont les paysages, pour la simple raison qu’elles permettent, entre autres, de revisiter ce thème resté longtemps secondaire et qui n’est devenu un genre pictural dominant qu’au XIXe siècle. Pour mieux comprendre l’approche du paysage par les expressionnistes abstraits, il faut réaliser que, depuis la Renaissance, les modes d’évocation de ce qu’il est convenu d’appeler « paysage » n’ont jamais cessé d’évoluer. Aussi a-t-on pu constater que l’Impressionnisme avait approché le paysage pictural de manière à en faire l’expression des émotions ou l’impression que procure la contemplation de la nature. C’est ainsi que certaines versions des « Nymphéas » de Monet (1840-1926) (voir sur Google) sont arrivées à la limite de l’abstraction.

L’influence de de Kooning sur Burton Chenet s’est beaucoup fait sentir dans sa peinture de paysages. C’est là, plus qu’ailleurs, qu’il a transcrit des expériences immédiates de la nature : ses émotions et aussi ses appréhensions d’individu soucieux de l’environnement. Et c’est par le biais des qualités propres à la couleur, à la tâche, à la ligne qu’il a voulu traduire et communiquer ses expériences. L’observateur se trouve ainsi en face de ce que plusieurs appellent un « paysage abstrait ».

C’est une peinture qui accuse une liberté individuelle forte. Son sens et l’intensité émotionnelle qui s’en dégage s’expliquent par le fait que Burton Chenet y a fait entrer une série d’oppositions dans les juxtapositions harmonieuses et contrastées de teintes, ou encore entre une structure quadrillée et une construction que l’on dirait chaotique, entre des traits denses et d’autres transparents. Au milieu de traces de gestes, on peut retrouver des éléments de la nature isolés et fortement simplifiés. En quelques mots, c’est le reflet d’une vision hautement symbolique de ce qui, en vérité, est une réalité incertaine.

Gérald Alexis Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".