Discours du président Jovenel Moïse à l’occasion du 23e anniversaire de la Police nationale d’Haïti

Publié le 2018-06-12 | Le Nouvelliste

National -

Analyser les problèmes de sécurité et savoir se mettre à l’écoute de la population pour comprendre sa peur et sa crainte en termes de sécurité, c’est se donner les moyens pour la rassurer et l’aider positivement.

C’est un réel plaisir pour moi d’être ici, avec vous, policières et policiers, à l’occasion du 23e anniversaire de la Police nationale d’Haïti (PNH). C’est toujours un moment fort dans la vie d’un peuple de fêter la pérennité d’une institution d’État qui se consacre à la protection des vies et des biens. En 276 mois d’existence, la police s’est mise en phase avec la société. Elle a accumulé beaucoup d’expériences. Elle a eu le temps de connaître le pays et les réseaux, d’avoir une maîtrise dans le montage des dossiers pénaux, de s’organiser et de répondre aux besoins de sécurité, de sûreté et de tranquillité exprimés par la population dans des circonstances difficiles.

Je vous invite, Mesdames, Messieurs, à observer une minute de recueillement à la mémoire des vaillants policiers qui ont fait l’ultime sacrifice, alors qu’ils protégeaient les vies et les biens de leurs concitoyens.

Mesdames, Messieurs,

En un temps record, on le voit bien, notre police se fait une place dans la région. Ainsi, fêter l’anniversaire de la police nationale d’Haïti, c’est fêter sa culture institutionnelle, c’est fêter sa pérennisation, son savoir-faire et sa capacité à agir pour que les conditions de sécurité de la population puissent être améliorées.

Au cours de ses 23 années d’existence, la Police nationale a grandi en effectif et a acquis des compétences dans des domaines se rapportant aux métiers de la sécurité collective. Pour qu’elle puisse répondre efficacement aux demandes multiples de la population en matière de sécurité, la PNH doit continuer à se renforcer par une meilleure maîtrise des paramètres et des enjeux de sécurité.

Aujourd’hui, la Police nationale a des défis de sécurité à relever. Nous entendons tous les cris des habitants de certains quartiers de la capitale qui expriment leurs inquiétudes face à la recrudescence des actes de banditisme. Les batailles entre les gangs rivaux troublent, à maintes reprises, la circulation et les activités économiques et sociales au bicentenaire et à Martissant.

Policiers et Policières,

?Entre l’insécurité ressentie et l’insécurité vécue, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne. Nos concitoyens expriment, justement, leur peur et leur crainte d’être victimes de la criminalité. L’insécurité a pris une place importante ces dernières semaines dans la vie quotidienne de la population, surtout ceux qui empruntent la route de Carrefour. La population exprime sa peur de se faire attaquer par des bandits qui prennent en otage certains quartiers populaires. Dans la République, il ne peut et ne doit y avoir de zones de non-droit.

J’attends de la Police des actions intensives contre la violence urbaine, les trafics, la criminalité organisée, le grand banditisme, le cambriolage, le vol à main armée suivi de meurtre. J’attends de la PNH des actions intensives contre tous ces faits déstabilisateurs de notre pacte social. J’appelle la PNH à resserrer les rangs et à redoubler d’efforts pour traquer les bandits et les criminels qui sèment le deuil et la terreur dans nos quartiers d’où qu’ils viennent et partout où ils vont. La PNH doit avoir la persévérance et l’obstination dans la recherche des criminels et des délinquants pour les mettre hors d’état de nuire. La société a besoin de la sécurité pour mieux fonctionner, comme le poumon a besoin de l’air pour respirer.

Chères policières, chers policiers,

Vous exercez un métier républicain, qui exige beaucoup de discipline. En tant que policiers, la nation attend beaucoup de vous, parce que vous exercez un métier de souveraineté nationale. La sécurité est fondamentale pour nos concitoyens.

Aujourd’hui, la population exige la sécurité. Vous êtes donc appelés à exercer la fonction de maintien d’ordre, de répression des infractions ou de sécurité publique. Je vous demande d’être présents pour répondre au besoin de protection des citoyens, surtout les plus fragiles, les plus vulnérables, et ce, dans le respect des lois de la République.

Vous avez la responsabilité de protéger les citoyens, faire respecter le code de la route, accueillir le public, écouter les femmes et les enfants qui sont victimes de sévices de toutes sortes, lutter contre les trafiquants et les criminels, rechercher les bandits et les délinquants, exécuter les ordres de la justice. En tant que policiers, vous devez être déployés sur le territoire pour réaliser votre mission de service public.

Être policier, c’est faire respecter la loi. Être policier, c’est travailler avec ses collègues pour faire la lumière sur les crimes et délits. Être policier, c’est faire preuve d’une grande responsabilité et du sérieux parce qu’on porte les accoutrements qui symbolisent l’autorité. Être policier, c’est affronter le danger pour sauver des vies et protéger des biens. C’est cette vocation Noble et Républicaine que vous avez choisie. Et la Nation toute entière est reconnaissante de vos sacrifices.

Mesdames et Messieurs,

Les bassins de délinquance et de la criminalité évoluent rapidement parce que les bandits et les criminels voyagent d’un endroit à l’autre pour commettre leur forfait. Cette migration des professionnels du crime exige une redéfinition des interventions de l’institution policière dans un contexte de changement profond des stratégies et des tactiques des délinquants et des criminels. Il faut mieux analyser le mode opératoire des criminels et repenser la géographie de la délinquance et de la criminalité. Être présent sur le terrain et être en contact direct avec la population sont les meilleurs moyens pour la police d’identifier les criminels et de maitriser les réseaux mafieux.

Ce 23ème anniversaire nous indique que la police nationale est ancrée dans la culture institutionnelle du pays. Les policiers passionnés par leur métier de servir et de protéger doivent être soutenus par l’Etat, car être policier ce n’est pas un métier facile. C’est plus qu’un emploi, c’est une manière d’être au service de la loi et de la République, qui mérite la reconnaissance de la nation.

Mesdames et Messieurs les gardiens de l’ordre,

Les informations dont vous avez besoin pour faire votre travail sont dans la population parce que les délinquants, en contravention avec les lois de la République, sont dans les quartiers. Vous devez améliorer quotidiennement vos relations avec la population. La relation police/population est nécessaire au maintien d’un bon climat de sécurité.

L’État a pour obligation de garantir la sécurité à l’intérieur de ses frontières et il confie cette mission à la PNH. Donc, vous êtes garant de l’État de droit et vous représentez l’autorité de l’État dans l’exercice de votre métier. Votre travail est nécessaire à la stabilité et à la paix publique. Vous exercez un métier extrêmement difficile, mais nécessaire à la sécurité de vos concitoyens. Mis à part quelques uns qui sont sanctionnés par l’Inspection Générale de la PNH, vous vous acquittez de vos responsabilités avec expérience requise, volonté et droiture, dans le respect de la loi de la République, parfois au prix de vos vies.

La Nation est reconnaissante du travail de tous les policiers qui affrontent les dangers pour protéger la vie des citoyens.

Gardiennes de la loi et sentinelles de la République, les forces de l’ordre doivent être protégées et respectées dans l’exercice de leur métier.

?Mwen konnen polis la ap fè anpil jefò pou mete men nan pat kasav tout atoufè kap fè movè zak nan peyi’a. Pou’m ranfòse la Polis pandan m’ap respekte pwomès m’te fè nou nan kanpay mwen, m’mande DG la polis la pou’l kòmanse rekrite yon pwomosyon kap genyen jenn fanm ak jenn gason pou tout 572 seksyon kominal yo gen polis kap la pou ba yo sekirite.

M’kontan tande ke 31ème pwomosyon la polis la k’ap rantre nan akademi polis la septanm ane sa’a pral bay sekirite nan seksyon kominal yo. Moun kap viv nan seksyon kominal yo fè tande vwa yo tou. Anpil nan yo viktim zak ensekirite. Gen ladan yo ki viktim zak bandi ki volè bèt yo.

Tout pitit pèp la dwe jwenn sekirite nan tout peyi a. Leta dèyè polis la nèt al kole nan travay lap fè pou bay sekirite ak tout pitit peyi’a.

Misyon sekirite polis la ap ranpli’a mande pou chak polisye konnen yo gen yon responsabilite nan enstitisyon yap travay la. Yo genyen yon misyon yap ranpli pou peyi a, paske se leta ki ba yo misyon sa’a, fòk yo fè chak jou plis efò pou satisfè bezwen sekirite popilasyon an.

M’kon-nen, Gouvènman’an kon’nen ke Polisye yo pran anpil pasyans. Nou konnen metye polis la difisil anpil. Gen komisarya ki manke manteryèl. Leta ap kontinye fè tout sa ki posib pou bay polis la mwayen pou li fè travay li.

N’ap travay pou nou bay la Polis 200 machin ak kamyon li bezwen pou’l fè travay li jan la lwa mande sa. Polisye yo tou gen bezwen ke gouvènman’an ap travay pou’l satisfè. Pwoblèm salè ki poko peye sou grad Polisye yo pran deja pral rezoud ; travay ki nesesè pou lopital polisye yo kòmanse fonksyone ap vanse. M’gen yon panse spesyal pou fanmi ki en dèy paske atoufè koupe souf pitit yo, mari yo ou byen madanm yo ki t’ap sèvis peyi yo nan la Polis la ! M’koube’m byen ba devan nou !

Jodi’a, pandan n’ap selebre 23ème anivèsè la Polis, nan non tout Ayisyen, m’swete Polis nasyonal la bòn fèt ! Mèsi anpil pou kokenn chenn jefò n’ap fè chak jou pou peyi’a gen sekirite !

An nou leve vè nou !

Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".