Vers le retour à la Saison de l’arbre en Haïti

Publié le 2018-04-23 | Le Nouvelliste

Société -

L'arbre est l'élément fondamental de l'écosystème forestier et revêt une grande importance que personne n'ignore. En dépit de son importance et de son rôle dans l'établissement de l'équilibre naturel, l'arbre tend aussi à la disparition dans certains pays, notamment en Haïti où des espèces sont en voie de disparition en raison de la coupe abusive et faute de l’existence d’un processus de reboisement durable.

La plupart du temps en Haïti, la fête de l’arbre était célébrée annuellement le dernier vendredi du mois de mai. Cette fête faisait partie de la Saison de l’arbre qui s’étendait du 15 avril au dernier vendredi du mois de mai à travers le pays par des activités de reboisement.

Il est à remarquer qu’un arbre est une grande plante dont le tronc est fait de bois (on dit qu'il est ligneux) dont les branches ne se déploient qu'à partir d'une certaine hauteur.

Aujourd’hui, avec 6,25% du territoire en aires protégées, Haïti a le plus bas taux de couverture de la Caraïbe alors que, selon l’objectif 11 du protocole de Nagoya (2010) sur la biodiversité, les pays membres doivent avoir 17 % de leur territoire national en aires protégées terrestres et 10% en aires protégées marines. Il est à noter qu’en réalité seulement « 0.3% peut être considéré comme bénéficiant d’un certain degré de protection ». Parmi les aires protégées d’Haïti, on peut citer :

• Le parc national historique Citadelle-Sans Soucis-Ramier avec 2500 ha

• Le parc national La Visite avec 11,426 ha ;

• Le parc national Foret Des Pins avec 18780 ha ;

• Le parc national Macaya avec 8726 ha.

Selon les experts, un diagnostic sommaire peut expliquer la sombre situation de ces aires protégées. En effet, bon nombre d’espèces comme oiseaux, petits mammifères, grenouilles, plantes…. figurent sur la liste rouge des espèces en danger critique d’extinction (Société Audubon Haïti 2012). D’autres ont probablement déjà disparu. Au parc Macaya qui appartient aux départements géographiques du Sud et de la Grand'Anse il a été inventorié: 102 espèces de fougères, dont trois endémiques; 141 variétés d'orchidées, dont 38 endémiques; 99 espèces de mousse; 367 variétés de plantes à fleurs, dont 55 endémiques; 2 mammifères terrestres endémiques (zagouti de nom scientifique : Plagiodontia aedium) et (nez long de nom latin : Solenodon paradoxus); 65 espèces d'oiseaux sur un total de 230 pour Haïti; 57 espèces de mollusques; onze espèces de papillons, dont le Callisto loxias qui est endémique.

Il est important de mettre en valeur et de conserver les terres forestières ou les systèmes agro-forestiers, voire tout l’espace vert, non seulement pour leur aspect esthétique, mais aussi pour des raisons écologiques, économiques et sociales. En effet, les arbres ont toujours été intimement liés à l’évolution de la biodiversité terrestre, surtout l’humanité car l’oxygène, l’eau, les aliments et les médicaments dépendent tous des forêts. Ces dernières constituent l’élément charnière dans l’adaptation et l’atténuation du réchauffement climatique.

Sur le plan psychologique, l’arbre peut renforcer l’attention spontanée et détendre le système sensoriel. On peut aiguiser notre concentration lorsqu’on se promène dans des espaces verts. Des études ont montré que les patients hospitalisés qui peuvent regarder des arbres guérissent plus rapidement et souffrent moins de complications que ceux qui n’ont pas accès à ce type de paysage. De plus, de nombreux panoramas où dominent les arbres stimulent la reprise psychologique car il provoque des sentiments positifs, atténuent les émotions négatives telles que la peur, la colère et la tristesse, peuvent bloquer ou réduire les pensées créatrices de tension nerveuse.

En considérant le rôle de détente et de loisir, les arbres donnent une fourniture directe et/ou indirecte d’ombre et ont une valeur récréative puisqu’ils représentent une aire de jeux et de détente pour les enfants.

Avec leur rôle d’isolation phonique, les arbres et autres types de végétaux peuvent former des écrans qui ont la capacité de réduire l’intensité du bruit engendré par la circulation des véhicules sur les routes et par les industries bruyantes. Selon des études, environ 20% de la population est gênée par les bruits de la rue. Le bruit peut atteindre des niveaux de 100 décibels (dB) de façon intermittente et 75 dB en permanence à proximité des principales routes urbaines. Or une exposition prolongée à des niveaux sonores de 85 à 90 dB(A) peut entraîner la perte de l’ouïe. Pour être efficaces, les écrans végétaux doivent être denses, hauts et larges (25 à 35m de largeur), leur efficacité est d’autant meilleure qu’ils sont situés à proximité immédiate de la source de bruit.

Les arbres jouent également le rôle décoratif. En effet, l’utilisation de végétaux dans les aménagements paysagers spécifiques comme les jardins, les parcs d’ornement mais également dans des conceptions plus naturelles (végétation de berges) ou plus rigides (autoroute, immeuble), permet de décorer et d’embellir les espaces, surtout urbain. De plus, la présence de l’arbre est rassurante.

Les arbres facilitent le traitement des maladies. Les forêts réduisent les maladies infectieuses. Les forêts tropicales non perturbées peuvent exercer un effet modérateur sur les maladies provoquées par les insectes et les animaux. De nombreuses plantes sont utilisées également dans la médecine africaine. Celles-ci permettent des traitements par méthode douce de maladies de tout genre. En Afrique de l’Ouest, plus de 80% de la population a recours à la médecine traditionnelle et aux plantes médicinales pour ses soins de santé primaire.

Compte tenu de l’importance des arbres tant sur le plan écologique qu’économique dans certains pays, on considère souvent « une année dans la vie de l'arbre ». Dans cette optique, l'arbre devient au centre des préoccupations du citoyen sensible à la biodiversité et à la protection de l'environnement. D’où la PROMODEV saisit l’occasion pour mettre en valeur la Saison de l’arbre et les grandes périodes au cours d’une année de la vie d'un arbre ou comment la vie s'y développe des racines aux fruits…… surtout pour les arbres fruitiers.

De l'automne à l'été, les arbres n'auront pas toujours le même aspect et les mêmes merveilles à nous montrer. Bourgeons d'hiver, fleurs de printemps ou couleurs d'automne, chaque fois de nouvelles découvertes et un peu plus de connaissances sur le monde des géants de la forêt.

Lorsque les pluies sont insuffisantes, les arbres plantés récemment doivent recevoir des apports d’eau réguliers pendant les deux ou trois premières années suivant la plantation. Si vous ne l’avez fait au moment de la mise en place, formez une large cuvette autour du tronc pour retenir l’eau et la concentrer au niveau du pivot de l’arbre. Épandez un paillis à l’aplomb de la ramure pour retarder le dessèchement du sol et limiter le développement des mauvaises herbes qui entrent en concurrence avec les racines de l’arbre pour l’eau.

Il est à noter que la Journée nationale de l’arbre, ou Jour de l'arbre est le nom d'une célébration où les citoyens et citoyennes sont invités à planter ou entretenir des arbres. La fête fut initiée par J. Sterling Morton, alors secrétaire d’État à l'Agriculture des États-Unis et Robert Furnas qui décidèrent de planter des arbres le 10 avril 1872 à Nebraska City. Cette fête, qui célèbre généralement l'arrivée du printemps et de la nature, est pratiquée dans plusieurs pays. C'est aussi souvent l'occasion pour les pouvoirs publics de sensibiliser les populations en les invitant à planter un arbre afin de limiter les effets de la désertification.

La plupart du temps, on a eu l’habitude de consacrer le 1er mai comme étant le Jour de l’arbre alors que d’autres personnalités originaires du Nord comme Mèt Fèy Vèt nous ont fait savoir que le 24 juin a été le jour où des enfants et des jeunes ont planté un arbre. Par ailleurs, certaines personnes confirment que le 1er mai était réservé pour la mise en terre des plantules tandis que le 24 juin a été considéré comme le jour de l’émondage afin de régénérer certaines plantes ou encore le jour où des retardataires profitent de l’occasion pour planter un arbre afin de se rattraper ou en vue de répondre aux exigences de l’époque.

Aujourd’hui, la célébration de la Fête de l'arbre est encore possible et c’est pourquoi la PROMODEV demande au gouvernement de la République et aux organisations de la société civile, notamment aux églises, aux écoles et aux organisations paysannes de revenir avec cette tradition et de mobiliser des ressources nécessaires pour un retour en force à la Saison de l’arbre, notamment à la réalisation de la Journée nationale de l’arbre, en vue de renouveler et d’intensifier la couverture végétale en Haïti.

Pour cette année 2018, la Journée nationale de l’arbre est prévue pour le vendredi 25 mai et il est recommandé à tout citoyen et à toute citoyenne de planter au moins un arbre dans un endroit approprié. En deuxième lieu, l’État haïtien peut sensibiliser et mobiliser toutes ses institutions afin que des arbres soient mis en terre à raison d’un arbre par cadre ou par employé. Le gouvernement peut appuyer également toutes les initiatives visant à contribuer à la réussite d’une vaste campagne de reboisement durable. En outre, les écoles, les églises et les organisations paysannes peuvent organiser des journées d’exploration agroécotouristique dont l’objectif sera de planter des arbres et de visiter des espaces verts à travers le pays.

Sauvons la saison de l’arbre pour la prospérité d’une Haïti verte !

Talot BERTRAND, Ing-Agr.

Spécialiste en éducation relative à l’environnement

Secrétaire général de la PROMODEV

Phones : (509) 2230-9998 (Bureau) / (509) 3733-5953 (Cellulaire)

Skype : bertrand.talot

Adresse: 82, Rue Lafleur Duchêne, Port-au-Prince, Haiti

Website: www.promodev.ht

Auteur

Réagir à cet article