Le parcours extraordinaire de la Unibank raconté par Carl Braun

Les banquiers racontent rarement la trajectoire de leur réussite. Mardi soir, au gala traditionnel du Sommet de la finance et dans le cadre de la 25e année de la Unibank, Carl Braun a remonté le temps et livré les clés pour comprendre le parcours exemplaire de la première banque du pays.

Publié le 2018-04-13 | Le Nouvelliste

National -

La UNIBANK vous remercie d’avoir bien voulu l’honorer ce soir, au cours du traditionnel « Sommet de la Finance », quelques mois avant la date de son 25e anniversaire. En effet, le 19 juillet 2018 ramènera le 25e anniversaire de la UNIBANK, inaugurée au public le 19 juillet 1993.

À l’époque, tout au début de cette longue épopée qui nous verra passer de l’avant-dernière position dans le système à celle de la première banque d’Haïti, faisant partie du classement des Top 20 du CARICOM et des Top 300 de toute l’Amérique latine, nous n’étions que 29 collaborateurs (beaucoup d’entre eux présents ce soir !), dans une seule succursale, celle de la Place Geffrard.

Les organisateurs de cette soirée m’ont demandé de commenter avec vous ce parcours héroïque et historique, aucune banque haïtienne et peu de banques dans d’autres pays, ayant connu un aussi grand succès durant une période équivalente.

Quels sont les facteurs-clés qui ont contribué à ce succès haïtien ? Je ne pourrai pas dans un court laps de temps couvrir avec vous tous les facteurs, mais je commenterai quelques-uns parmi les plus importants, et j’essaierai de vous résumer notre approche et notre philosophie managériale.

Tout d’abord, il faut une Vision. Maintenant, pas n’importe quelle « vision » ! Une Vision stratégique, réaliste, basée sur une profonde connaissance du milieu, à long terme, axée sur un « marketing mix » bien étudié, et ambitieuse (dans le sens « français » du terme, évidemment !). Une Vision qui incorpore et fait sienne le sens profond du slogan bien connu de la Banque : « Faisons route ensemble ! »

Il faut ensuite une mission claire et précise qui traduit fidèlement la Vision de l’institution. La mission de la UNIBANK avait été définie en 1993, et n’a pas changé depuis lors, pas parce que la Banque ne change pas – bien au contraire ! – mais parce que cette mission est toujours d’actualité. Elle était formulée en 5 points, les 5 étoiles de la « Banque 5 étoiles ». Souffrez que je vous les rappelle, parce que ces « 5 étoiles » traduisaient de façon claire et directe ce à quoi nous aspirions en 1993 :

1) « Notre mission est d'offrir à nos clients des services financiers personnalisés, technologiquement efficients et à des prix compétitifs.

2) Notre vocation est d'être une banque à couverture géographique nationale et à présence internationale sélective, offrant des services financiers de qualité sur quatre fronts :

- à Port-au-Prince;

- en province;

- aux Haïtiens vivant outre-mer;

- sur Internet.

3) Nous voulons être la meilleure banque d’Haïti en termes de qualité des services, et nous serons accessibles à notre clientèle tant en Haïti qu’à l’étranger, sur une base «24x7x365»:

- 24 heures par jour,

- 7 jours par semaine,

- 365 jours par an

4) Nous remplirons notre mission en étant une banque rentable pour nos actionnaires, en assurant la promotion et l’épanouissement de nos ressources humaines, en participant pleinement et de façon socialement responsable aux activités de notre communauté.

5) Nous travaillons pour être la première banque commerciale d’Haïti, à l’intérieur d’un groupe financier solide et diversifié : le Groupe Financier National (GFN). »

Pour appliquer et réussir une pareille MISSION, il faut tout mettre en œuvre au niveau des ressources, des modes opératoires, de la technologie, du « marketing mix » (produits, prix, promotion, et surtout réseau de distribution), et du management ; il faut donc maîtriser ce que les armées modernes appellent le « C5I – Command, Control, Communications, Computers, Collaboration and Intelligence ». La UNIBANK pense avoir bien réussi l’application du C5I depuis 1993, et la stabilité de son conseil et de son management en a été un facteur crucial.

Les ressources humaines (le « capital le plus précieux ») et financières (le « nerf de la guerre ») sont primordiales pour bien exécuter une MISSION, et la UNIBANK y a mis le paquet depuis sa fondation le 20 novembre 1992 et son ouverture au public le 19 juillet 1993. En effet, de 29 collaborateurs performants en 1993, nous sommes aujourd’hui plus de 2 200 collaborateurs motivés, bien formés, tournés vers un service de qualité, traités avec respect par la direction de la banque, et qui traitons la clientèle avec le plus grand respect. De 3 millions de dollars de fonds propres investis en 1993, nous sommes aujourd’hui, malgré des distributions régulières de dividendes à nos actionnaires depuis 1995, la banque la plus fortement capitalisée d’Haïti, avec plus de 150 millions de dollars de fonds propres. L’heureuse et efficace alliance du capital humain et du capital financier sont les clés pour la réussite d’une stratégie bien réfléchie.

Le « Command and Control » doit se baser sur la technologie pour son efficacité. Celle-ci a toujours été au cœur des opérations de la UNIBANK, qui détient aujourd’hui en Haïti le plus grand parc d’ordinateurs d’une entreprise privée hors télécom, ainsi qu’un réseau performant de communications 24/7. Notre Centre technologique est le seul qui soit certifié ISO 27001 en Haïti, et nous en sommes très fiers. Notre redondance technologique à Miami nous permet d’assurer la continuité de nos affaires. En plus de la technologie, les modes opératoires efficaces et le contrôle interne rigoureux sont des facteurs cruciaux pour réussir, et à la UNIBANK ils font partie intégrante de notre culture d'entreprise.

Le « marketing mix » de la UNIBANK a aussi été à la base de son succès. Nouveaux produits, nouveaux services bancaires et financiers, des tarifs compétitifs, une promotion constante et active, et surtout un réseau de plus de 3 000 points de service en Haïti et à l’étranger, le plus grand réseau bancaire et financier d’Haïti :

• 51 succursales UNIBANK à travers Haïti ;

• 43 agences Micro Crédit National (MCN) dans les 10 départements géographiques ;

• 64 ATM ;

• 773 bureaux et agents d’UNITRANSFER en Haïti et 535 à l’étranger;

• 342 agents bancaires autorisés et plus de 358 000 détenteurs de notre carte de débit UNIBANK TOUT KOTE ;

• 1,373 POS (terminaux de paiements électroniques) de la UNICARTE.

Ce « marketing mix » dynamique nous a valu d’atteindre un nouveau record le 26 mars écoulé : un million de comptes de dépôts ! Ceci représente 47 % de tous les comptes bancaires en Haïti. Les clients du système bancaire ont fait choix de la UNIBANK comme « La Banque Préférée d’Haïti » et nous les remercions vivement et du fond du cœur. Ce « marketing mix » a aussi étendu le crédit sous toutes ses formes en Haïti : grandes entreprises, moyennes entreprises, individus, MPME, et dans tous les secteurs : industrie, commerce, construction résidentielle, BTP, agro-industrie, agriculture, consommation, etc. À travers notre filiale Microcrédit National, nous avons vulgarisé le microcrédit urbain aux MPME, ainsi que le microcrédit rural à travers notre division « Kredi Agrikòl », qui finance aujourd’hui plus de 18 000 agriculteurs et agricultrices dans 120 communes (sur 145) à travers le pays. De Mont-Organisé dans le Nord-Est à l’Anse d’Hainault dans la Grand'Anse, du Nord-Ouest au Sud-Est en passant par le Nord, l’Artibonite, le Plateau central et le Sud, sans oublier l’Ouest et la zone métropolitaine de Port-au-Prince, le crédit UNIBANK est présent à travers le pays et finance de façon inclusive le développement économique national à hauteur de 31 milliards de gourdes.

C5I. « Marketing mix ». Ressources humaines. Capital. Technologie. Contrôle interne et modes opératoires. Vision. Mission. Tous obligatoires pour le succès d’une entreprise, certes. Mais tous ces éléments doivent faire partie intégrante d’une stratégie intégrée, cohérente et bien réfléchie, d’une culture moderne et transparente, et surtout d’une politique de responsabilité sociale nagissante et inclusive.

Notre statégie a été fondée sur l’analyse minutieuse des forces et des faiblesses de nos concurrents, et sur la gestion prudente des risques. Elle a été communiquée de façon consistante et claire à nos collaborateurs depuis 1993. C’est une stratégie de conquête du marché basée sur la croissance organique. Même si nous avions eu à faire une acquisition en notre 24e année d’existence (la Scotia), notre stratégie de base depuis 25 ans a toujours été axée sur la croissance organique, donc une stratégie sans fusion ni acquisition! Intégrant pleinement notre VISION et notre MISSION, cette stratégie a bien été mise en œuvre par les UNIBANQUIERS, et a été payante. De plus petite banque à la plus grande banque d’Haïti, elle a fait ses preuves, sans aucun doute.

Notre politique de responsabilité sociale faisait partie de notre mission depuis la fondation de la UNIBANK en 1993. Axée sur le principe de « bien faire, partout et en tout temps », la responsabilité sociale de la UNIBANK a établi un standard pour le système bancaire, et pour d’autres entreprises du secteur privé. Notre participation à la Communauté a épousé différentes formes, et s’est concrétisée dans la contribution de plusieurs millions de dollars de dons à des secteurs variés (éducation ; recherche ; promotion du livre et des bibliothèques ; protection du patrimoine ; santé ; orphelinat ; entrepreneuriat, etc.). Succès commercial doit obligatoirement être allié à responsabilité sociale ! Notre responsabilité sociale est aussi basée sur notre responsabilité fiscale. La UNIBANK, premier contribuable national à capitaux haïtiens, respecte scrupuleusement ses obligations fiscales, tout en regrettant qu’une meilleure utilisation des ressources nationales pour promouvoir une vraie « révolution de croissance » et un véritable développement national inclusif n’ait pas été à l’ordre du jour de nos gouvernants durant les vingt-cinq, voire des soixante dernières années.

En dernier lieu, peut-être le facteur le plus important : notre culture d'entreprise, le « ciment » intangible qui tient le tout, qui est caractérisée par :

• la promotion de la modernité au bénéfice de notre clientèle et de nos collaborateurs;

• la recherche constante de la productivité ;

• l’innovation ;

• la recherche et la promotion du changement (à la UNIBANK, nous disons que « la routine est mortelle » !) ;

• la volonté de bien faire ;

• le respect accordé à nos collaborateurs ainsi qu’à leur traitement équitable d’un point de vue rémunération, formation et information ;

• la transparence dans la conduite de nos affaires ;

• le respect de la loi et des normes nationales et internationales ;

• un code de déontologie (« d’éthique ») omniprésent, vivant, vivace, respecté, appliqué, qui engage non seulement les collaborateurs mais aussi les administrateurs et la haute direction de la banque ;

• le sens aigu des responsabilités envers toutes nos parties prenantes, tous nos « stakeholders », à commencer par nos déposants et nos régulateurs ;

• le refus de la corruption sous toutes ses formes.

Donc, pour conclure. Culture d’entreprise. Responsabilité sociale. Stratégie cohérente. C5I (« Command, Control, Communications, Computers, Collaboration and Intelligence » ). « Marketing mix » (produits, prix, promotion, réseau de distribution). Ressources humaines. Capital financier. Technologie. Contrôle interne et modes opératoires. Vision. Mission. Voilà les facteurs mis en œuvre par le Management de la Banque depuis 1993 pour construire ce « success story » qu’est la UNIBANK.

Au nom du conseil d’administration, c’est l’occasion pour moi de remercier nos 400 actionnaires de leur loyauté et de leur confiance. Ils ont investi 150 millions de dollars dans leur Institution : Honneur et Respect ! C’est aussi le moment de dire un GRAND Merci à tous nos collaborateurs, sans qui la UNIBANK ne serait pas ce qu’elle est, et qui travaillent inlassablement au bénéfice du million de clients de la banque. Honneur et Mérite à nos UNIBANQUIERS ! Nous saluons également nos régulateurs qui, depuis l’ouverture de la UNIBANK en 1993, ont œuvré à moderniser le système bancaire. Nous remercions les Conseils et les Gouverneurs actuels et passés de la BRH de leur franche collaboration, et nous saluons leurs efforts pour maintenir le système bancaire en dehors de la baisse constante d’efficacité des institutions nationales, et en bonne santé financière.

Quant à moi, vous me permettrez à titre personnel de formuler des remerciements spéciaux à tous nos collaborateurs de façon générale, mais surtout à ceux qui participent avec moi à la gestion quotidienne de cette « grosse machine ». Je veux parler des cadres exécutifs et de direction de la banque, des trois directions générales que nous avons connues depuis 25 ans, de l’administration et du secrétariat du conseil. Avec une pensée très spéciale pour deux de nos anciens administrateurs qui ne sont plus physiquement avec nous (Guy Malary et Thierry Gardère), je veux tout particulièrement saluer la très grande contribution de :

• Edouard Baussan, 1er vice-président du conseil, mon camarade de combat et mon associé depuis cinquante ans, cofondateur de la UNIBANK ;

• Adrien Castera, 2e vice-président, premier directeur général et cofondateur;

• Max Chauvet, 3e vice-président ;

• Franck Helmcke, secrétaire du conseil et actuel directeur général ;

• Lyonel Dartiguenave, membre du conseil et directeur général adjoint ;

• Jean-Pierre Blanchard, membre du conseil ;

• Bertrand Buteau, membre du conseil.

La réussite de la UNIBANK est aussi la leur, et je tiens à les honorer pour leur participation à la construction de ce « success story », de cette entreprise moderne et transparente qui fait honneur à Haïti. Nous sommes tous maintenant en train de travailler à la transition managériale que la UNIBANK verra durant les cinq prochaines années. Nous serons présents pour surveiller, pour guider, pour orienter, mais nous ne serons certainement pas aux commandes journalières comme nous le sommes aujourd’hui. Nous préparons la relève non seulement pour protéger nos déposants, nos actionnaires et nos collaborateurs, mais aussi pour montrer que les transitions en Haïti n’amènent pas fatalement à un déclin-bien au contraire !

Nous vous donnons donc rendez-vous le 19 juillet 2043, pour nos 50 ans ! Si certains d’entre nous (à commencer par moi !) n’y serons pas présents, l’institution UNIBANK sera certainement présente et rappellera ceci à ses clients :

"Se menm kote nou prale, ann fè wout la ansanm !"

"Faisons route ensemble !"

Merci à tous, en avant vers le cinquantième anniversaire de la UNIBANK en 2043, et très bonne fin de soirée.

F. Carl Braun Président du Conseil d’Administration de la UNIBANK Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".