Dernier hommage à Gérald Michel Mathurin

Publié le 2018-03-12 | Le Nouvelliste

National -

Incinéré avant même la première cérémonie funèbre à Port-au-Prince, dans la matinée du samedi 10 mars, la population du Sud-Est n’avait pas eu la chance de voir pour une dernière fois la dépouille de l’agronome Gérald Michel Mathurin, l’ex-ministre de l’Agriculture ayant rendu l’âme à l’âge de 64 ans le samedi 3 mars 2018, à l’hôpital Canapé-Vert de Port-au-Prince, à la suite à d'un accident vasculaire cérébral (AVC).

Malgré tout, en l'absence du cadavre, une grande cérémonie d’hommage réunissant des personnalités de confessions différentes, dont des catholiques, des protestants, des vodouisants et des laïques, a été organisée dans l’après-midi du dimanche 11 mars sur la place d’armes Toussaint Louverture de Jacmel.

En présence entre autres de milliers de personnes, de représentants d'organisations communautaires de base en provenance de plusieurs régions du pays, particulièrement du Sud et du Sud-Est, de membres de CROSE, de membres de la famille du défunt, de parlementaires, et des représentants du gouvernement en place, de personnages du secteur politique, de proches et amis de Gérald Mathurin, cette cérémonie s’est déroulée pendant plus de quatre heures.

A l’instar du défilé du carnaval officiel de Jacmel marquant la dernière participation de l’agronome dans des activités sociales à Jacmel, une marche pacifique, qui a démarré à midi ce dimanche-là, a été réalisée avec la participation de 50 bambours. Plusieurs centaines de personnes ont défilé depuis les locaux de CROSE à la route des Orangers (aviation), jusqu’à la place Toussaint Louverture.

Un accueil planifié a été réservé à l’assistance ainsi qu’aux différentes délégations. Un stand géant bien orné de fleurs et de photos de Gérald Mathurin a été construit, où de nombreuses personnalités ont eu l’occasion de prononcer leurs mots de circonstance.

« Pour immortaliser l’ingénieur-agronome Mathurin dans la tête de plus d’un, et pour graver son nom dans les annales de l’histoire, pour les services rendus à la population haïtienne, la mairie de Jacmel, de concert avec d’autres acteurs de la ville, va bientôt désigner une rue de Jacmel pour la faire porter le nom de ‘’Gérald Mathurin », a déclaré Marky Kessa, maire titulaire de Jacmel.

Elles étaient légion les interventions des personnalités qui ont pu adresser des mots de réconfort à la famille éplorée, mais aussi aux héritiers de M. Gérald Mathurin pour qu’ils puissent continuer sur les pas de ce dernier, considéré par plus d’un comme un héros. L’Université Notre-Dame d’Haïti, l’Association des maires du Sud-Est d’Haïti (AMASEH), l’OPL, l’AKOZ, ATEPASE, Fanm Deside, CROSE, Collectif Anba Zanmann, MPDP, 4G sont quelques-unes des structures dont les représentants ont prononcé un discours en cette circonstance.

Parlant aux noms des filles et des fils du regretté, Nathanaëlle et Michel Gérald Mathurin ont invité toute la population du Sud-Est à prendre leur père comme modèle et de poursuivre ses rêves, ses visions et idées, qui souhaitait voir un jour une Haïti meilleure prospère où ses fils puissent vivre décemment.

Avant la cérémonie du dimanche, d’autres activités ont été organisées par la Coordination régionale des organisations du Sud-Est (CROSE) dont l’ingénieur-agronome Gérald Michel Mathurin était le leader, de concert avec d’autres organisations sociales et structures politiques dans le Sud-Est pour honorer la mémoire du défunt.

C’est à la salle de conférence de la mairie de Jacmel, dans la soirée du jeudi 8 mars 2018, que les activités d’hommage à l’agronome Mathurin ont débuté, en présence entre autres des autorités locales, des membres de CROSE, de l’Organisation du peuple en lutte (OPL), du Parti politique AKAO, des représentants du Collectif « Anba Zanmann », des organisations des droits humains et associations de femmes et féministes.

Gérald Michel Mathurin était très soucieux et toujours prêt à défendre les droits de la femme, tout en souhaitant avant sa mort de meilleures conditions de vie pour cette dernière, particulièrement celle vivant dans les milieux ruraux. D’ailleurs, au sein de CROSE plusieurs organisations de femmes ont émergé. Par coïncidence, les activités d’hommage à l’ancien ministre ont eu lieu durant la période de la Journée internationale des droits de la femme.

Quelques jours après la mort de M. Mathurin, à travers la ville de Jacmel comme dans d’autres villes du département du Sud-Est, un calme plat a régné. Cette absence d’agitation traduisait un profond regret éprouvé par des gens de toutes catégories d’âge en provenance de différents secteurs. Particulièrement à Jacmel, beaucoup de citoyens et citoyennes disent que la ville avait l’air d’un couvre-feu.

Dans les grandes rues comme dans les quartiers, des dizaines de banderoles sont installées comportant des messages de sympathies à la famille éplorée, mais surtout des messages pour continuer à vulgariser, à travers notamment son credo, l’idéologie de l’ancien leader de CROSE : « Nwit la long, men rèv yo pi long toujou ». Alors que dans les médias, les travaux effectués par Gérald M. Mathurin occupaient une grande partie dans les éditions d’information.

Veillée patriotique, marches aux bougies, exposition de photos sont quelques-unes des activités qui ont émaillé les cérémonies d’hommage à Gérald Mahurin dans la région, du jeudi 8 au dimanche 11 mars 2018. De plus, plusieurs œuvres et activités menées par le défunt dans des projets ont été passées en revue à travers des documentaires. Ces activités se sont déroulées à travers différents sites dans les locaux de CROSE, en plein air sur l’avenue Baranquilla de Jacmel, au palais municipal de la ville, ou ailleurs.

Claudy Bélizaire claudyb15@yahoo.fr Auteur

Réagir à cet article