Desilia I. Monereau Lafontant, une vie au service des enfants

Malgré l’âge, Desilia Ita Monereau Lafontant reste toujours une fervente mère dévouée à servir des enfants nécessiteux en Haïti. Résidant aux Etats-Unis d'Amérique du fait de sa santé précaire, elle peine à abandonner ces enfants. Remplie d’humilité, la vie de cette dame de 94 ans est marquée à l'encre forte par son attachement aux enfants et le désir d’améliorer leurs conditions de vie.

Publié le 2018-03-06 | Le Nouvelliste

National -

Originaire de Grande-Rivière du Nord, la vie de Desilia Ita Monereau Lafontant est couronnée par la présence de cinq garçons et trois filles qu’elle a mis au monde. Des enfants qu’elle a élevés aux côtés de son défunt mari, Dumas Lafontant. Elle a seulement enfanté huit progénitures. Cependant, les fils de Desilia Ita Monereau ne peuvent être comptés au moyen d’une mesure graduée ni en dizaine ni en centaine. « Au fil des années, j’ai élevé plus de 1 000 enfants », a-t-elle révélé au journal.

Etant institutrice, elle a su apprendre à ces enfants les règles de la bienséance et du savoir-vivre. « Ils ont tous reçu une très bonne éducation familiale », s'est réjouie cette nonagénaire.

Malgré sa mémoire d'éléphant, elle ne peut se rappeler l’année au cours de laquelle elle a commencé à encadrer les enfants, notamment les démunis, parce qu’elle l’a fait « toute sa vie ». « Je rendais visite régulièrement à l’Hôpital de l’Université d’État d’Haïti à la section des enfants abandonnés. D’une façon étrange, mon amour pour la vie humaine me plaça au service des enfants en difficulté », se souvient Desilia Ita Monereau, qui a fondé en 1969 l’orphelinat Enfant haïtien mon frère (EHMF) en collaboration avec le regretté prêtre Jean-Claude Lespinasse.

Selon elle, l’œuvre ayant abouti à la création de l’EHMF a débuté en août 1969. « Je visitais ce jour-là la pédiatrie de l’HUEH et je vis un enfant gisant dans un berceau avec des prescriptions autour de son lit », a-t-elle expliqué, ajoutant que l’enfant était abandonné par sa famille. « J’ai clamé sans hésiter ; donnez-moi l’enfant », s'est écriée la matriarche de toutes ses forces.

Ce nourrisson était le pionnier d’une aventure que Mme Lafontant allait garder durant toute sa vie. « Après, j’allais adopter des enfants. A chaque fois que j’amenais un enfant à la maison, je disais à mes propres enfants voici un petit frère ou une petite sœur », a-t-elle confié, se remémorant du nombre de frères et de sœurs qu’elle a réunis.

Remerciant la Providence pour son secours infaillible, la catholique explique qu’au départ elle utilisait les fonds de sa famille pour pourvoir aux besoins des enfants. Ainsi, croit-elle, j’ai répondu à l’appel de Dieu qui recommande de paître ses brebis dans l’Évangile selon Jean. Desilia a récité Matthieu 25, le verset 40 afin de corroborer sa foi : « Amen, je vous le dis, chaque fois vous l’avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. »

En 2010, Desilia Ita Monereau, qui s’est intéressée au mouvement Action catholique ouvrier (ACO), a été contrainte de résider au pays de l’Oncle Sam en raison de sa santé. « Je n’ai jamais cependant raté l’occasion de passer la fin d’année avec mes anges », a-t-elle raconté avec joie.

Ce qui la rend plus heureuse, c’est d’avoir contribué au succès de plusieurs milliers d'enfants. A ma connaissance, a garanti l’institutrice, tous nos enfants sont devenus des citoyens à part entière, des intellectuels, entre autres.

Quand elle devra dire ses adieux et se rendre dans l’au-delà, ce sera sans conteste avec le cœur joyeux et fier. « Je suis très satisfaite de ma mission caritative. Mes enfants ont pris la relève et ils le font avec la même philosophie et le même engagement », s'est ennorgueillie Desilia.

« Tant que je respire, je continuerai à travailler à l’amélioration de la condition humaine en Haïti », s'est promis la dame de 94 ans. Son souhait le plus cher est le maintien de son œuvre dans un environnement d’amour pour notre chère patrie et pour nos frères haïtiens.

« Je me suis laissée emporter par l’amour du service, et ceci sans intérêt personnel », a dit Desilia sans s’enorgueillir. Malgré son âge avancé, elle rêve toujours que la situation économique du pays s’améliore pour qu’aucun parent n’abandonne sa progéniture. Souhaitant que l’État haïtien mette tout en œuvre pour le respect des droits de l’enfant, Desilia reprend les mots de John Littleton pour inviter les fils d’Haïti à faire des heureux. « Si chacun vivait l’amour dans la grande fraternité, ce serait le plus beau jour pour le monde et l’humanité entière. »

Caleb Lefèvre caleblefevre07@gmail.com Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".