Viviane dansera toujours

PUBLIÉ 2017-06-01
À l’aube de ses 100 ans, Viviane Gauthier, pionnière dans le domaine de la danse folklorique en Haïti avec plus de soixante-dix ans de carrière, a tiré sa révérence ce jeudi matin. Celle qui a eu 99 ans le 17 mars, laisse en deuil sa famille, ses amis et ses anciens élèves. C’est un véritable monument historique que perd Haïti. Mais Vivianne va continuer à danser dans les pas des centaines de danseurs et de danseuses qu'elle a formés.


Entre Viviane Gauthier et la danse, c’est une histoire d’amour des plus fascinantes. À 19 ans, après avoir bouclé ses études classiques, malgré la réticence de ses parents, elle a su tenir tête et donner libre cours à sa passion : la danse, celle qui l’a toujours habitée dès sa prime enfance. Cependant, rien n’a pu l’empêcher d’user d’autres cordes de son arc. L’enseignement, entre autres, compte parmi ces professions qui lui ont permis de dérouler les chaînons de son existence. Son expérience de dix ans chez les sœurs de la Sagesse n’a pas été sans effet. L'enseignement n’était surtout pas la profession à laquelle elle voulait s’adonner. La danse qu’elle a toujours chérie, n’a pas eu non plus gain de cause de sitôt. Elle a consacré une bonne partie de son temps à la Loterie de l'État haïtien avant de fonder, en 1950, l'école de danse Vivianne Gauthier. Et c’est à 53 ans que son talent a été déballé sur le sol européen. Aujourd’hui, presque tous les gens connus dans le milieu de la danse en Haïti (Lynn William Rouzier, Joëlle Donatien Belot, Jean Appolon, etc.), ont été un jour ses élèves. Cette danseuse émérite laissera pendant longtemps ses empreintes sur le monde culturel haïtien. Reposez en paix, Viviane Gauthier. Viviane Gauthier, véritable icône du folklore traditionnel haïtien, est décédée ce jeudi 1er juin 2017. Une nouvelle qui attriste ses amis, ses anciens élèves, les professeurs et tous ceux qui l'ont connue. Une légende qui s'en va, laissant derrière elle la danse folklorique en héritage à toutes les générations qu'elle a formées. Quelques-uns de ceux qui ont partagé des années de leurs vies aux côtés cette mère-professeur disent un dernier mot à la mémoire de Viviane. Erol Josué, directeur du Bureau national d’éthnologie Chez Vivianne j’ai non seulement appris à danser, mais j’ai également appris un autre langage. Le langage des danses. En tant que directeur du Bureau national d’ethnologie, j’ai pour mission de sauvegarder le patrimoine culturel d’Haïti, et ce qu’elle m’a transmis m’y aide beaucoup. Vivianne est une légende qui a su sauvegarder, conserver et transmettre les danses traditionnelles d’Haïti. Yole Dérose, Patrick Lacroix, Emeline Michel, Carole Demesmin et tant d’autres sont passés chez Viviane, soit comme élèves, soit pour monter un spectacle. De grandes écoles de danse ont fait appel à son expertise. Son départ est une grande perte pour de nombreuses personnes. Viviane Gauthier, c’est tout un exemple de comportement. C’est une bibliothèque de danses qui vient de nous quitter. Heureusement qu'elle n’est pas partie avec son savoir. Elle a su le transmettre. Vivianne va continuer à vivre à travers nous en tant qu’artistes. Yvrose Green, directrice Ballet Bacoulou d’Haïti Institution connue et reconnue du patrimoine artistique national, Viviane Gautier a assumé avec modestie, panache de bon ton et éclat modulé sa grande réputation. Grande pédagogue riche en discrétion et en savoir-faire technique, elle nous enseignait les balbutiements abécédaires et aériens de la danse. Elle possédait une rare technique d’architecture chorégraphique, un sens inné et éprouvé de la pédagogie. Viviane Gautier se distingua par sa discipline, son immense capacité de travail, ses chorégraphies novatrices, son sens inné de la communication et de la transmission de la danse-passion, de la danse-mémoire de tout un peuple. Frantz Métayer, professeur pendant 30 ans à l’école de danse de Vivianne Gauthier C’est une grande pièce de ma vie que j’ai perdue. Viviane était une amie, une conseillère, une mère pour moi. Pendant 30 ans, j’ai vécu à ses côtés. Elle m’a tout appris. Les derniers moments de sa vie ont été très douloureux. Je ne supportais plus de la voir souffrir. Viviane m’avait promis 100 ans de sa vie. Mais hélas ! L’Alzheimer l’en a empêchée. C’est une partie de moi qui s’en va. Comme elle me l’avait fait promettre, je resterai sur la voie qu’elle m’a montrée. Je ne laisserai pas mourir le trésor qu’est le folklore traditionnel. Jeanguy Saintus, fondateur - directeur artistique de AYIKODANS Que serait la danse en Haïti sans la générosité de Dame Viviane Gauthier ? Combien de générations ont eu le privilège de danser " Kay Viviane" ! Elle a mis sa propre maison, son lakou à la disposition de toute une communauté sans aucune subvention de l'État ou du secteur privé. "Kay Viviane" était la référence pour nous tous qui rêvions de danser. Dans la vie d'un artiste, d'un danseur, le point de départ est le plus important. Les souvenirs de mes premiers pliés et de mes premières ondulations resteront gravés dans ma mémoire. Tout a commencé un beau matin à la rue M à côté d'Ambiance. La voix de Miss Viviane résonne encore avec grâce dans mon corps: "Les bras"! Elle m'appelait affectueusement : le jeune homme de belle taille. Anne Christelle Auguste, fondatrice d’AromHaïti « Vivianne était notre grand-mère. C’est chez elle que tant d’autres danseuses et moi avons appris à aimer l’univers de la danse folklorique. Bien que je suivais des cours de danse chez Joëlle Donatien, à la moindre occasion, je rejoignais Vivianne et Fanfan sur cette petite galerie transformée et transportée dans cet univers extraordinaire de notre monde culturel. Vivianne m’a appris que la danse est une façon de vivre et qu’il faut la vivre intensément jusqu’à son dernier souffle. Si aujourd’hui j’ai ma compagnie de danse AromHaïti, c’est grâce à elle et à ses conseils ». Lionel Benjamin, ami de Viviane Je viens d’apprendre la triste nouvelle de la mort de Viviane Gauthier. Une icône, un patrimoine. Vivianne a été une bonne amie. Elle m’a toujours encouragé. C’est une dame qui a exercé son métier de danseuse et de professeur de danse avec persistance et persévérance. On dit souvent que nous n’avons pas de modèle en Haïti Viviane en a été un vrai. Une femme qui a mené une vie respectable. C’est une grande perte pour le pays. Je présente mes sympathies au secteur culturel haïtien, à sa famille et à ses amis. Arnold Antonin, cinéaste C’était une dame extraordinaire. Elle était d’un dynamisme et d’un enthousiasme sans pareil. Tous les danseurs de ce pays lui doivent leur savoir. C’est une grande dame qui a formé des générations de danseurs jusqu’à ses 92 ans. Dans mon documentaire qui a pour titre « La slamme Vivianne Gauthier », on y voit tout le feu qui bouillonnait en elle. C’est une grande perte pour le monde des arts en Haïti et pour tous ceux qui pratiquent la danse comme mode de vie. Joëlle Donatien, ancienne élève de Viviane Vivianne était une mère, une conseillère pour moi. C’est chez elle que j’ai appris le folklore. Elle a été mon mentor. Elle m’a beaucoup aidée et chaperonnée dans le cheminement pendant plus d’une vingtaine d’années. Le pays lui doit une fière chandelle, car c’est une femme qui a su inculquer tant de principes à des générations de danseurs. Anaïs-N Allen, ancienne élève de Viviane Gauthier Viviane était un professeur extrêmement sévère. Avec elle, il fallait vraiment bouger, être clair et précis dans les mouvements. Elle aimait les mouvements vigoureux, je m’en souviens encore parce qu’elle me félicitait chaleureusement chaque fois que je lui faisais une démonstration saccadée et frénétique exactement comme elle le voulait. Se yon gwo krèm fanm ki tonbe, yon bout tonton mapou, yon elit. Mais cela ne s’arrêtera pas là non. Notre « Manman dans » a formé des milliers de professionnels durant plusieurs décennies. Vivianne est peut-être partie physiquement mais elle vivra toujours à travers nos pas, nos rythmes endiablés de la tête au pied. Merci de tout cœur Vivi ! Si aujourd’hui je danse encore, c’est parce que c’est ma vie et c’est une façon de vivre. Vas-y en paix. Tu as durement travaillé pendant plus de 75 ans. Ce repos est largement mérité. Au revoir Vivi. Lynn William Rouzier, ancienne élève de Viviane La mort de Viviane est une grande perte pour le pays. Madame Gauthier a beaucoup aidé le pays. Elle a servi le pays pendant de longues années. C’est une femme au grand cœur qui a formé beaucoup de jeunes et encadré de nombreuses personnes au cours de sa vie. Le Premier ministre, M. Jack Guy Lafontant, a appris avec tristesse la nouvelle du décès de cette figure de proue de la danse haïtienne. « Vivianne Gauthier fut une icône des danses traditionnelles haïtiennes dont, toute sa vie, elle a fait la promotion, à travers ses spectacles, sur les scènes locales et internationales. Pendant longtemps, son école avait été le seul établissement du pays où l'on enseignait les danses traditionnelles. Avec la disparation de Vivianne Gauthier, le pays a perdu l'une de ses plus grandes filles », lit-on dans une note de la du Bureau communication de la Primature. Le président de la République, Jovenel Moïse, salue le départ d’« une danseuse passionnée, méticuleuse, avec plus de 60 ans de carrière ; une enseignante majeure qui a consacré une grande partie de sa vie à accompagner plusieurs générations de danseurs et de danseuses haïtiens, dans son école qui porte son nom : École de danse Vivianne Gauthier. Il revient désormais à tous ces jeunes danseurs et danseuses de perpétuer la mémoire de cette grande dame de la culture haïtienne. Vivianne Gauthier dont la vivacité et le savoir-faire restent un modèle à suivre, n’a jamais cessé, malgré son âge, de participer avec une remarquable ténacité à la formation de la jeunesse et à la promotion de la danse traditionnelle en particulier et de la culture haïtienne en général », lit-on dans la note du bureau de communication de la Présidence.

Propos recueillis par Gaëlle C. Alexis et Belkis Del Carmen Médina Gaspar



Réagir à cet article