OPED : S’attaquer à un dixième des décès des Haïtiens et aider l’environnement

Publié le 2017-02-20 | Le Nouvelliste

Cela semble presque trop beau pour être vrai : un unique investissement de développement qui s’attaque à une des plus grandes causes de mortalité en Haïti et en même temps lutte contre la déforestation et la pollution. C’est ce qu’une seule contribution au projet Haïti Priorise suggère. Alors que certaines recherches montrent qu’Haïti est presque entièrement déboisée, un récent travail estime que jusqu'à un tiers des terres sont couvertes d’arbres. En tout cas, avoir plus d’arbres peut aider Haïti, parce que cela peut prévenir l’érosion, aider à la pollinisation et améliorer l’écoulement de l’eau. Deux nouveaux documents de recherche pour le projet Haïti Priorise examinent différentes façons de réduire la déforestation et de relever le défi interconnecté de la pollution atmosphérique. Pour Haïti Priorise, les économistes spécialistes examinent différentes façons de répondre aux divers enjeux de développement, environnementaux et économiques. Ces conclusions sont présentées aux lecteurs de Le Nouvelliste sans aucun ordre du jour autre que celui de stimuler le débat politique en Haïti et parmi les Haïtiens à l’étranger. En avril, un groupe éminent d’experts économistes et d’experts en développement de renommée mondiale va se retrouver à Port-au-Prince, passer en revue la recherche et identifier les priorités d’action. Dans un document, Ruolz Ariste, chercheur à l’Université Laval et à l’UQO, explore comment changer les pratiques de gestion des terres pour protéger davantage d’arbres. En agro-sylviculture optimale, les arbres tels que le moringa sont cultivés autour des pâturages ou de cultures comme les arachides. Cibler 257 000 petits exploitants agricoles sur 252 000 hectares signifierait 9,2 % de couverture forestière supplémentaire. En plus des avantages environnementaux d’une plus grande biodiversité, d’améliorer l’écoulement de l’eau et de réduire l’érosion, les petits exploitants agricoles tirent un revenu plus important de la vente de feuilles, de graines et du bois, et des bienfaits nutritionnels de la diversification des cultures. Les coûts, incluant la main-d'oeuvre, ajouteraient jusqu'à environ 130 000 HTG par hectare la première année et presque 95 000 HTG par hectare ensuite. Si Haïti poursuivait cette politique, chaque gourde générerait 3 gourdes de valeur sociale – un retour sur investissement plutôt sain. L’investissement en infrastructures pour un marché de carbone est une intervention synergique qui a l’avantage d’aider les agriculteurs locaux et le climat. Sur le plan international, les entreprises qui émettent du carbone peuvent acheter des « compensations » –pour financer essentiellement des projets réduisant les émissions de gaz à effet de serre, tels que des terres nouvellement boisées en Haïti. Cela semble une belle façon de créer de la valeur à partir de rien, mais il y a des coûts pour mettre en place de la documentation, des processus et des règlements. Ariste calcule que cibler 256 000 petits exploitants sur 251 000 hectares de savane et de terrains rocheux coûterait 1,6 milliard HTG la première année et ensuite 1,0 milliard par année. Il y a peu de données, mais il semble que chaque gourde dépensée permettrait d’atteindre 1,4 gourde d’avantages. Nous pouvons également nous attaquer à la déforestation en réduisant la demande pour l’abattage des forêts. Entre 70 % et 95 % de l’énergie utilisée pour la cuisson en Haïti provient du bois et du charbon de bois. Ariste envisage un plan ambitieux d'intensification des biogaz qui verrait l’installation de 100 usines de biogaz, produisant 350 millions de mètres cubes de gaz naturel, parvenant à 397 000 ménages, entraînant une réduction jusqu'à 380 000 tonnes de charbon de bois. Alors que les avantages seraient d’environ deux fois les coûts, les coûts élevés initiaux d’installation de 78,7 milliards HTG pourraient être un frein. Il existe des moyens alternatifs pour réduire la demande pour le bois et le charbon de bois, et c’est là que la perspective d’une politique environnementale « gagnant-gagnant » et des bienfaits pour la santé entrent en scène. La grande majorité d’Haïti – 94 % de la population – cuisine avec des combustibles solides, répartis de manière égale entre le bois et le charbon de bois. Près de la moitié cuisine à l’extérieur, plus d’un tiers dans un bâtiment séparé et 15 % dans la maison. La pollution de l’air qui en résulte est un tueur silencieux. Selon une nouvelle analyse de l’économiste de l’environnement Bjorn Larsen, elle était responsable de 8 200 morts en Haïti l’an dernier. C’est un décès sur dix, ce qui en fait le quatrième plus grave facteur de risque pour la santé après la malnutrition, les rapports sexuels non protégés et l’hypertension artérielle. La raison pour laquelle ce tueur n’est pas une priorité plus élevée c’est parce que la pollution de l’air conduit sans faire de bruit aux maladies cardiaques, aux accidents vasculaires cérébraux et au cancer du poumon chez les adultes, et aux infections respiratoires chez les jeunes enfants. Larsen conclut que remplacer les cuisinières qui causent cette pollution – et conduisent à l’abattage des forêts pour le charbon de bois et le bois – aurait des retombées bénéfiques pour Haïti d’une valeur de 1,3 à 3,9 fois des coûts, selon le type de cuisinières utilisé. L’option la moins chère est d’améliorer les cuisinières – essentiellement, des versions plus propres des cuisinières à charbon et à bois utilisées aujourd'hui par les Haïtiens. Bien que les avantages d’améliorer simplement le statu quo soient relativement limités, le coût est seulement de 10 $ ou 670 gourdes : cette étiquette de prix bon marché signifie que c’est la plus efficace de toutes les solutions explorées aujourd'hui, avec près de 4 gourdes d’avantages pour chaque gourde dépensée. Bien que la cuisson au GPL ou à l’éthanol soit beaucoup plus chère, les bienfaits sont 1,5 à 2 fois plus élevés, et donc c’est la seule solution concrète à plus long terme. Plus de 4 150 décès pourraient être évités chaque année par l’adoption complète du GPL ou de l’éthanol. Les avantages qui ne concernent pas la santé comprennent une réduction en temps du ramassage du bois et des économies pour le bois en tant que carburant à la hauteur de 6000 HTG par an pour certains ménages qui basculent au GPL ou à l’éthanol. Mais à grande échelle, le basculement aux cuisinières propres a eu un succès très limité jusqu'à présent. Un facteur important est financier : le coût initial élevé des cuisinières et des carburants GPL et éthanol. Un autre est que les nouvelles cuisinières peuvent ne pas correspondre aux préférences de cuisson des Haïtiens. Ainsi, alors que ce type d’intervention a des rendements relativement élevés, toute politique visant à promouvoir les cuisinières propres doit prendre en compte le contexte local de façon juste – et impliquer la communauté à participer.
Bjorn Lomborg et Gaelle Prophete Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".