Lettre ouverte de David Adès aux hommes de bonne volonté

Au sujet du " Cadeau empoisonné " des Américains

Publié le 2005-01-25 | Le Nouvelliste

Chers compatriotes, Chers et vrais amis d'Haïti. Quand, sous un ciel serein, la catastrophe parait inévitable, il est impérieux de faire appel à toutes les influences capables de la conjurer. Il s'agit aujourd'hui de mobiliser les forces disponibles en vue de faire échec au plan des Américains d'utiliser la terre d'Haiti comme terrain d'épandage de leur société. Surtout, qu'on ne nous dise pas que la mesure est générale, qu'elle ne concerne pas seulement les Haitiens. A plus forte raison, l'injustice généralisée devrait être combattue par une participation aussi large que possible, agressivement motivée. En ce qui nous concerne, le résultat désastreux de cette opération de nettoyage détruira ce qui reste d'espoir dans notre fragile société, déjà en proie à toutes sortes de malheurs sociaux. Il n'y a aucune justification à ce comportement malhonnête des Américains. Les refoulés sont pour la plupart des criminels qui n'ont de commun avec leur pays d'origine que le nom d'Haitien. Ils sont le produit de cette société qui les a généreusement accueillis et ils méritent la condamnation prononcée à leur encontre. Mais leur pays d'origine ne saurait être responsable de leurs méfaits, de leurs forfaits. La règle de compétence territoriale ou rationae loci a toujours été reconnue par tous les pays civilisés comme l'un des fondements du Droit pénal en matière de compétence. En écartant ce principe universel du Droit, on épouse le régime du Droit injustifiable, celui de la "Raison du plus fort" , celui du "Si ce n'est pas toi, c'est donc ton frère ", autant de notions qui répugnent aux concepts modernes des droits de l'homme . Il y a lieu d'établir un distinguo : Le refoulement est légitime quand il s'agit d'individus qui tentent d'entrer illégalement en territoire étranger. L'Etat concerné a le droit de défendre ses frontières contre ceux-là qui s'organisent pour fuir leur condition économique . Et encore, il faudrait considérer la notion humanitaire de la question ! Mais qu'il s'agisse d'individus régulièrement établis sur un territoire étranger en vertu du droit de cité qui leur fut accordé, il revient au pays hôte de juger, de punir le coupable du crime imputé, ensuite de le réhabiliter dans un régime pénitencier humain, grâce auquel il pourra s'intégrer à nouveau dans la société et remplir ses devoirs comme tout autre citoyen. Tel serait, à notre avis, la procédure à suivre par tout Etat de Droit, qui entend se donner en exemple et qui aspire à l'établissement de la Démocratie dans le monde entier. La question de réhabilitation est au coeur du débat moderne relatif au Droit pénal. Quand l'Amérique, la première puissance mondiale, jette les gants face à un problème, et déclare implicitement son impuissance, cet échec alimente le désespoir dans le reste du monde. Pourquoi cet aveu de défaite envers les plus démunis du globe ? Par incapacité de récupération ou plus simplement comme mesure politique signalant à la société américaine qu'il y a eu entre autres 562 Haitiens en l'an 2004 qui ont contribué à corrompre leur Société, et, d'un coup de pelle, on les renvoya chez eux. Ainsi donc, les Américains, désormais tranquilles, pourront mieux dormir chez eux. Cet oukase parait l'effet d'un Pouvoir exécutif, en quête de sensationalisme moral, plutôt que l'oeuvre d'équité de la justice américaine, telle qu'elle s'est formée dans notre imaginaire.Vous savez bien que nos facilités sont inexistantes pour ce genre d'entreprise et vous continuez à nous déverser ces " chiens perdus, sans collier " - (titre d'un livre de Gilbert Cesbron). Vous savez mieux qu'aucune autre puissance étrangère la fragilité de notre situation sociale et, délibérément, vous n'hésitez pas à l'aggraver. Pourquoi donc tant de méchanceté envers une société si démunie? Parce que, il y a de cela 200 ans, nous avions étonné le monde, et que vous avez décidé que nous, de la race noire, ne méritons pas tant d'honneur et qu'il faut nous rabaisser le caquet historique qui nous remplit encore de légitime fierté. Néanmoins, un fait demeure: La faillite que connait notre pays a été encouragée par les agissements des grandes puissances principalement les Etats-Unis d'Amérique du Nord. En nous consentant des prêts fragmentés, nous avons perdu le cap de nos priorités et nous voilà toujours et chaque année "gros gens, comme devant ", pire ! avec des dettes accumulées qui n'ont jamais porté les fruits espérés. Pour y remédier, il nous faut des hommes à l'échine rectiligne et verticale, capables d'instruire le peuple haitien en vue de le conscientiser de ses responsabilités, puis, forts de ce courage, parler au blanc avec conviction de nos possibilités de nous sortir, nous-mêmes, de la crise. Nous cherchons immédiatement un milliard, plus 300 millions de dollars {US}, alors que les Banques étrangères regorgent de nos épargnes. Pourquoi ne peut-on les investir dans notre pays ? L'argent a la manie d'être timide et susceptible: Il s'aventure seulement là où il a confiance. Le Gouvernement intérimaire n'a pas su entrainer le pays à sa suite par un quelconque leadership. Le capital haitien serait prêt à investir dans le pays, où il est familier, à la condition de lui garantir certaines qualités de vie économique. Il faut nous en rendre compte, le Gouvernement provisoire a lamentablement échoué sur deux points vitaux pour la survie nationale, savoir la sécurité des vies et des biens, au point qu'il lui est difficile d'entreprendre avec succès d'autres projets connexes. Nous subirons donc deux années d'attentisme, et alors on pourra espérer un leadership efficace pour sortir le pays de l'ornière. Nous avons dit deux années? qui sait, peut-être davantage ! Car , quand nous faisons un tour d'horizon , quel leader politique, voyons-nous capable de remplir cette mission, celle de nous affranchir de cet état de dégénérescence où nous sommes confortablement installés? Que d'événements se sont déroulés, sans réaction aucune des 95 formations politiques qui convoitent la présidence! Le nationalisme haitien serait-il présentement un vain mot? Il semble qu'on hésite à se réclamer de Dessalines, de Pétion, de Christophe. Quant à Toussaint Louverture, son nom a été tellement galvaudé par le régime passé, qu'il restera lomgtemps encore aux oubliettes. Evidemment, 50 ans de matraquage anti-patriotique ont finalement eu raison des plus nobles sentiments nationalistes. La question du licenciement de l'Armée, le refoulement de nos congénères par le gouvernement américain, le nouveau massacre d'Haitiens sur le sol national par des intrus dominicains, sont des cas, des "affaires" devant être débattues publiquement par les partis politiques. A part quelques hommes politiques qui ont fait entendre leur voix au sujet de l'Armée, aucun autre sujet n'a suscité un sérieux débat "nationaliste". Aussi, devant l'urgence et le sérieux du présent questionnement, avons-nous fait appel à tous les hommes de bonne volonté en vue de nous aider à résoudre ce problème que nous estimons crucial pour l'avenir de notre cher - et autrement grand - petit pays. Qu'entend-on par " hommes de bonne volonté "? Oiseaux rares, pourtant, il en existe encore chez nous. Ce sont des individus qui ont une si haute idée de la vertu de justice qu'ils défendront les défavorisés ou plaideront en faveur des causes justes, même parfois contre les intérêts de leur propre pays. C'est à eux que nous nous adressons dans le but de nous aider à en faire un cas juridique afin que la publicité donnée à cette "affaire" puisse se faire entendre jusqu'aux portes de la Maison-Blanche. Car, nous pensons que le Gouvernement américain aurait intérêt à élucider les conséquences légales de ce honteux scandale. Ces déportés ne sont pas des extradés. En vertu de quelle loi américaine peuvent-ils être expulsés, mis dans un avion en partance pour l'étranger? D'aucuns disent qu'on leur laissa le choix, de retourner dans leur pays d'origine ou de passer un très long séjour en prison. Naturellement, 562 de ceux-là ont choisi, en l'an 2004 , le beau soleil de leurs ancêtres aux froides géoles nordiques. Si le choix de la peine revient au criminel, quel rôle le juge joue-t-il dans pareil procès? Nous voilà donc possesseurs de 562 nouveaux invités," cadeau empoisonné "du Gouvernement américain. Coincidence? L'insécurité a augmenté de façon dramatique au cours de l'année dernière, au point de devenir intolérable. Signe des temps : Pour se protéger, des magasins ont fermé leurs portes dès 4 heures de l'après-midi, la veille de Noël ! Et notre grand voisin du Nord nous convie fraternellement à tenir des élections - preuve de sollicitude envers nous - que de nous aider à résoudre avec nous les problèmes créés par l'insécurité. Nous nous sentons humiliés à chaque fois que nous devons faire appel au Gouvernement américain pour nous venir en aide, comme un mendiant inopportun qui frappe toujours à la même porte. Mais l'appel que nous faisons repose sur une base contractuelle, depuis que le président Monroe avait pris en charge la défense des intérêts physiques et moraux du continent américain. N'était l'impéritie de nos dirigeants, nous pourrions, après 200 ans d'indépendance nationale, prendre notre destin en mains, et éviter ces prêts quémandeurs, humiliants dont dépend notre survie. Notre patience est à bout : le peuple haitien a besoin d'éducateurs civiques dans le but de lui apprendre à se mobiliser pour la défense de ses droits. C'est le but raté du Gouvernement provisoire de n'avoir pas su se fixer des objectifs réalistes et conformes à la situation du pays. Un Gouvernement établi pour deux ans , en vue de doter le pays d'Institutions, devrait pouvoir évaluer les priorités, ensuite dresser, pour le prochain Gouvernement, une feuille de route, de manière à mettre le pays sur la voie d'un bon départ. Le gouvernement américain se pique d'être légaliste. Pour camoufler ses « bonnes » intentions, il occupera tel pays étranger par personnes interposées, par le biais de l'ONU, mais tout esprit avisé saura reconnaitre la machination. Il pourrait de même trouver une justification légale pour décharger des corrélégionnaires sur le territoire haitien, il ne reste pas moins responsable des conséquences désastreuses de cette démarche. Nous aurions voulu mobiliser notre jeunesse, former une ligue de défense de nos droits. Mais, semble-t-il, après l'héroisme exercé pendant le combat contre la dernière dictature, elle s'est désengagée, elle s'est mise au repos. Nous faisons donc appel à la Presse haitienne, parlée, écrite, télévisée afin que le débat puisse avoir la plus large participation possible. Puis, aux grands médias étrangers, le New York Times, le Chicago Tribune, le Washington Post , le Los Angeles Times, le Miami Herald, journaux dont le pouvoir d'enquête pourra faire le jour sur cette malheureuse affaire. Nous faisons appel encore aux Organisations des Droits de l'homme, à Amnesty International, Médecins sans frontière, toutes organisations vocifératrices des injustices pratiquées contre le genre humain, que nous pourrons considérer comme des amis de notre pays. Nous avons trop souvent subi passivement les iniquités commises contre le peuple haitien. Qu'on se rappelle, à l'origine, les causes de la pandémie du Sida étaient l'homosexualité et être Haitien, en d'autres termes, jus sanguinis et jus soli étaient des critères pour la contamination par la terrible maladie. Il fallait être cinglé pour avancer pareille thèse aussi anti-scientifique et cela fin XXe siècle et pourtant !... Aussi devons-nous être vigilants : cette première atteinte condamnait notre réputation, cette dernière tentative compromet notre société tout entière, notre qualité de vie et établi un coût en dehors de nos moyens pour sauvegarder l'intégrité de nos vertus sociales. La mobilisation est donc de rigueur. Notre but premier est d'arrêter le flot , puis de rapatrier ceux-là qui ont déjà gagné nos bords. Les Américains ont créé des facilités à Guantanamo pour ces rebelles, donc ils ont une adresse. Nous comptons donc sur les efforts de tout un chacun pour oeuvrer au triomphe de cette épreuve, et, de ce succès, on pourra concevoir un nouvel espoir pour notre pays ! Merci à l'avance pour votre participation et votre collaboration
David Adès 8 Janvier 2005 Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".