Logement, Martelly pourra-t-il faire mieux ?

Publié le 2013-10-07 | Le Nouvelliste

Il y a deux types de logements qui concernent la majorité de la population : les logements sociaux et les logements locatifs. La différence principale entre les premiers et les seconds a rapport avec les prix. L'Etat ou les collectivités subventionnent une partie des coûts des logements sociaux. Pour les logements locatifs, le marché décide. La loi aussi. Ni les uns ni les autres ne sont spécifiquement faits pour les pauvres. Tout est question de cible sur la base de niveau de revenu ou de catégories de la population. Un quartier peut être plus particulièrement dévolu aux logements sociaux ou des logements sociaux construits pour des clientèles socio-économiques spécifiques. Depuis le 12 janvier 2010, le gouvernement haïtien et ses partenaires de la communauté internationale se sont dirigés dans diverses directions pour résorber l'une des retombées néfastes du séisme : le déficit de logement après les destructions. Nous sommes passés des regroupements spontanés de sinistrés aux camps de tentes. Des abris provisoires aux abris de transition. De la tente au pécule pour payer la première année de loyer. Du transitoire au durable. Le durable étant, dans ce cas précis, du transitoire qui a changé d'appellation, sans plus. Au niveau des institutions bancaires de la place, ce sont la Banque nationale de crédit (BNC) et la Banque populaire haïtienne qui ont fait avec Kay Pa m l'offre la plus complète. Malheureusement, le fouillis et le maquis des titres de propriété n'ont pas permis de servir un pourcentage significatif de ceux qui rêvent d'habiter chez eux. Reviennent donc les deux solutions de base : les logements sociaux et les locatifs de particulier à particulier. Pour le locatif, la loi sur les loyers et la fiscalité sur les revenus locatifs font tout pour décourager les investissements dans le secteur. La justice ne protège pas les propriétaires. Les institutions financières ne sont pas au service de la reconstruction. Résultat : résorber le déficit de logements bien construits n'est pas pour demain dans de telles conditions. Les logements qui prospèrent sont des habitats précaires, plus précaires qu'avant le tremblement de terre. On n'a qu'à se rendre dans les sorties nord et sud de la région métropolitaine pour constater ce que trois ans de non-politique de logement nous laissent en héritage après le séisme. Reste les logements sociaux. Là, le gouvernement et les ONG investissent des millions. Dans certains cas, les millions ne se convertissent pas en solution pour les sans-logis. On ne compte plus les logements sans locataire, sans propriétaire ou vides, quoique neufs et disponibles, dans un pays où tout le monde rêve d'un toit. Les ingénieurs et planificateurs passent à l'action avant les travailleurs sociaux et avant toute définition de la clientèle de base que l'on souhaite servir ou asservir. L'important est de faire valser les millions, de collectionner les annonces et photographier les inaugurations. Dans le logement social, souvent, on oublie le volet social. Depuis la présidence de Paul Eugène Magloire, les solutions ne peuvent pas être reproduites. Le parc de logements sociaux ne peut s'étendre à la mesure des besoins. Chaque gouvernement tire un coup et puis s'enfuit, loin de la problématique. Depuis plus de 60 ans Haïti rate le coche de cité en cité sans lendemain. Le village Lumane Casimir sera-t-il l'examen d'entrée ou de sortie de Michel Martelly dans les logements sociaux ?
Frantz Duval duval@lenouvelliste.com Twitter:@Frantzduval Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".