Le grand bond du Parlement

Publié le 2012-11-08 | Le Nouvelliste

En désignant,  sans tarder,  ses représentants à la commission devant réfléchir sur la nature  du Conseil électoral qui doit organiser  les élections pour le renouvellement du tiers du Sénat et des collectivités territoriales, le  Parlement  prend de vitesse le pouvoir exécutif pour prouver sa bonne foi. Depuis mercredi, les deux branches du pouvoir législatif ont rendu publics les noms de leurs représentants au sein de ladite commission.  Les trois députés et les trois sénateurs désignés attendent le signal  du pouvoir exécutif  pour se mettre au travail afin de trouver une issue  à  la crise née de la publication du premier amendement de la Constitution de 1987. L’organisation  « Religions pour la paix », qui a offert sa médiation après plus de deux  mois de discussions sans succès entre les décideurs de ces deux pouvoirs sur la nature de l’organisme électoral, doit incessamment faire choix de ses représentants dans cette commission pour aider à trouver  un modus operandi  entre le président de la République et les parlementaires sur ce dossier brûlant de l’actualité.

 Si Martelly accepte la médiation de « Religions pour la paix » sur la nature du Conseil électoral, il va sans doute assouplir sa position quant à sa volonté de  parvenir à la formation du Conseil électoral permanent  conformément à la Constitution amendée.   L’effectif réduit de la Chambre haute, amputée d’un tiers de ses membres depuis la fin du mandat de dix sénateurs en mai dernier, est l’obstacle majeur dressé sur le chemin du président de la République qui n’a pas su créer les conditions nécessaires à l’organisation des élections avant la fin du mandat des parlementaires. Il devient très improbable pour les protagonistes de se pencher davantage sur la possibilité de mettre en place un Conseil électoral permanent. Un Conseil électoral provisoire  ou un Conseil électoral  transitoire sera, selon toute vraisemblance,  le sujet de discussion de cette commission  spéciale prônée par les acteurs politiques lors des premières discussions survenues lundi soir au Karibe entre le président de la République et les sénateurs.

Les observateurs de l’actualité politique vont suivre à la loupe le temps que Martelly prendra pour désigner ses représentants à cette commission.  La notion de temps permettra de découvrir la volonté réelle du chef de l’Etat de créer les conditions pour l’organisation des dites élections. L’ancien président René Préval, durant ses deux mandats,  faisait passer le temps  à l’occasion de toutes les échéances électorales pour ne pas créer les conditions favorables à l’organisation d’élections dans les délais requis par la Constitution.  Michel Martelly serait-il sur la voie d’abonder dans le sens de  l’ancien président  qui avait fait de la théorie de la crise permanente son cheval de bataille pendant ses deux mandats ?

Lemoine Bonneau lbonneau@lenouvelliste.com Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".