Santé de A à Z

Publié le 2012-07-02 | Le Nouvelliste

« Si Bill Clinton, qui nous visite si souvent, avait eu un de ses problèmes cardiaques en Haïti, il en serait mort .» Celui qui parle ainsi est l'une des sommités du monde médical haïtien : le Dr William Pape, Bill, lui aussi, pour ses amis. Pionnier dans la lutte contre le sida, chercheur, clinicien, sans doute le seul médecin pratiquant en Haïti à avoir décroché le plus de distinctions à travers le monde pour ses travaux, son engagement et ses performances, le Dr Pape est sans appel : ce pays n'ira nulle part sans des capacités propres de prendre en charge les urgences médicales les plus courantes. « Nous rêvons d'attirer les investisseurs, je doute que les compagnies d'assurance de certains et leurs conseillers leur recommandent de visiter un pays où leur vie peut être en danger à cause d'un certain nombre de pathologies. Nous devons y penser. » « Les touristes ne viendront pas non plus en grand nombre dans un pays qui ne peut les soigner en cas d'urgence », précise-t-il. Pape, dans le jet bridge de l'aéroport Toussaint Louverture qui le conduit à l'avion qui l'emmène vers un autre congrès médical, parle de sa voix posée, affiche son indescriptible sourire. En deux mots il se livre. La prochaine bataille de sa longue carrière de titan sera pour faire fonctionner un réseau de centres d'urgence sur le territoire. « J'ai pris contact avec des bailleurs. Ils sont réceptifs. » Inutile de lui parler de l'expérience du CDTI, l'hôpital moderne qui n'a pas survécu au séisme, ni de l'implication légère des autorités peu convaincues qu'il nous faut des centres de référence de haute tenue. Pas nécessaire de se plaindre non plus de cette société civile et de nos élites qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez dès que leur contrat d'assurance leur promet un avion-ambulance. On ne fait pas la leçon au Dr Pape. Samedi, un accident de la circulation s'est produit sur la nationale # 1. Un pick-up de la police, croyant bien faire, a transporté pêle-mêle les douze blessés dans son bac arrière à un hôpital tenu par Médecins sans frontières. Le déplacement des douze blessés empilés les uns sur les autres et les bons samaritains coincés entre-deux dans l'exiguë 4X4, cela a dû causer autant de dégâts qu'il leur en aurait épargné s'ils étaient restés sur place à attendre les secours organisés. Mais voilà, en Haïti, il ne manque pas seulement de bons centres hospitaliers, des ambulances en tout point du réseau routier et une formation de premier secours pour la police comme pour les bons samaritains, font cruellement défaut. On tue, on traumatise, on handicape en voulant sauver. Est-il nécessaire de faire la leçon à qui que ce soit pour souligner qu'il faut aussi commencer par là. Par le B.A BA des premiers soins. Pape veut prendre en charge le projet des centres d'urgence, qui va se charger d'un vrai service ambulancier et d'un programme d'éducation de la population face aux comportements à avoir en cas d'accident?
Frantz Duval duval@lenouvelliste.com Twitter :@dalfaz Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".