Samedi 1 octobre 2016









SANTE

Plus d\'un adolescent sur dix souffre d\'un début de surdité

Les baladeurs MP3 accélèrent le vieillissement de l\'oreille interne. Or les jeunes consultent souvent trop tard, lorsque les lésions sont définitives, déplorent les médecins


C\'est une urgence médicale trop souvent méconnue. À la sortie d\'un concert ou d\'une boîte de nuit, une oreille «bouchée», des bourdonnements ou encore des vertiges peuvent traduire un traumatisme sonore aigu (TSA) qui met en danger la fonction auditive. «Beaucoup de ces patients, en général jeunes, ne consultent pas ou consultent secondairement quand les lésions sont définitives», regrette le Dr Jean-Michel Klein, secrétaire général du Syndicat national des médecins spécialisés en ORL. Pourtant, selon lui, un traitement très précoce par corticoïdes - après un bilan avec audiogramme - peut limiter la perte de l\'audition. Sur le plan anatomique, cette dernière se traduit par une altération des cellules ciliées de l\'oreille interne. Ces 15 000 cellules, cruciales pour l\'ouïe mais fragiles, peuvent «exploser» sous l\'effet de la pression induite dans la cochlée par une exposition à des niveaux sonores très élevés. Le seuil douloureux se situe à 120 décibels, mais des traumatismes sonores aigus apparaissent bien en deçà de ce seuil. Les baladeurs MP3 mis en cause En pratique, les symptômes peuvent être réversibles en quelques heures, mais ces tableaux de «fatigue auditive» devraient déjà être considérés comme une alerte, insiste Jean-Michel Klein. Dans certains cas, les cellules ciliées sont irrémédiablement détruites, induisant des troubles permanents de l\'audition, accompagnés ou non d\'acouphènes. Selon une enquête menée il y a quelques années, ces traumatismes sonores aigus sont loin d\'être exceptionnels : ils pourraient concerner 1 400 personnes par an en France. Les musiques amplifiées (concerts, discothèques...) en sont la première cause, devant les tirs, explosions, pétards, alarmes et même téléphones portables. Par ailleurs, des bruits trop intenses peuvent provoquer une perforation du tympan ou une luxation de la chaîne des osselets par un phénomène d\'onde de choc (voir infographie ci-dessous). Ces lésions de l\'oreille moyenne, classiques lors des explosions dans les attentats, sont possibles mais exceptionnelles pendant des concerts. Mais au-delà de ces accidents aigus, les médecins et les autorités sont surtout préoccupés par les baladeurs MP3, qui accélèrent le vieillissement de l\'oreille interne. La prochaine journée nationale de l\'audition, le 11 mars , sera d\'ailleurs consacrée à ce thème. Selon un rapport européen, 50 à 100 millions de citoyens de l\'Union utilisent quotidiennement ces appareils numériques, et 10 millions risquent de devenir sourds à les écouter trop fort et trop souvent. Le niveau sonore des baladeurs sera bientôt limité par la Commission européenne, «mais le bridage est sur le casque, il est facile d\'en changer», relève Patrick Arthaud, président du syndicat des audioprothésistes français. Un profond handicap Ce professionnel note aussi que les adeptes des MP3 développent une accoutumance aux fortes intensités sonores (par le biais de neurotransmetteurs) qui crée une forme de dépendance. «C\'est aberrant, on a réussi à diminuer les surdités d\'origine professionnelle en améliorant la prévention, et on va observer une recrudescence de celles dues à des expositions de loisirs», continue Patrick Arthaud, qui insiste sur le profond handicap induit par la surdité dans la vie familiale, sociale et professionnelle. Les premiers adeptes des baladeurs (les walkmans des années 1980) sont-ils devenus sourds ? Difficile de le savoir, en l\'absence quasi totale d\'études épidémiologiques sur ce sujet. Les audioprothésistes ont la sensation d\'appareiller des personnes plus jeunes, mais cette évolution pourrait être due à une meilleure sensibilisation. Une enquête en milieu scolaire a toutefois montré qu\'avant 17 ans, plus d\'un adolescent sur dix souffre d\'un début de surdité avec une perte auditive de plus de 20 dB. Ces dernières années, plusieurs campagnes de prévention ont déjà été menées auprès des jeunes.











AUTEUR

Réagir à cet article

Les commentaires sont modérés

Chaque contribution postée est soumise à modération. Vous pouvez alerter l'équipe du Nouvelliste, d'une contribution qui vous semble ne pas respecter notre charte en cliquant sur le bouton << Voter contre >>, présent sous chaque commentaire. Notre équipe sera automatiquement prévenue et fera le nécessaire.

La charte de moderation












Haut de la page