Et l’Assemblée nationale élit le président provisoire

Avec une confortable majorité dans les deux chambres, le sénateur Jocelerme Privert a gagné l’élection du président provisoire dans la nuit de samedi à dimanche au détriment de ses concurrents Edgard Leblanc Fils et Déjean Bélizaire. Le successeur de Michel Martelly a prêté serment devant l’Assemblée nationale et a été installé au palais national au courant de la journée du 14 février 2016.

Publié le 2016-02-15 | Le Nouvelliste

National -

Sans surprise, le président du Sénat, Jocelerme Privert, est devenu le 57e président d’Haïti dans la nuit du samedi 13 au dimanche 14 février 2016. Il a été élu au fauteuil présidentiel au second degré par l’Assemblée nationale lors d’une séance très houleuse. Sur les 92 députés et 22 sénateurs qui ont participé au vote, 64 députés et 13 sénateurs ont voté pour Jocelerme Privert, 9 sénateurs et 24 députés ont voté en faveur d’Edgard Leblanc Fils, seulement 2 députés ont voté pour Déjean Bélizaire, un vote nul et un blanc. Il a fallu un second tour pour que le désormais ex-sénateur des Nippes inverse la tendance. Tandis que M. Privert avait gagné au niveau du Sénat ( 13 contre 10), son concurrent Edgard Leblanc Fils l’avait tenu en échec à la Chambre basse par 46 voix contre 45 au premier tour. « En ma qualité de président de l’Assemblée nationale et en vertu des dispositions constitutionnelles et considérant l’accord du 5 février 2016, je proclame solennellement le citoyen Jocelerme Privert président provisoire de la République d’Haïti », a tranché le député Cholzer Chancy qui a présidé la séance. Il a du coup invité le président fraîchement élu à gravir la tribune pour prêter serment devant l’assemblée des parlementaires. Avant sa prestation de serment, il a adressé une correspondance au président du bureau de l’Assemblée nationale pour l’informer de sa démission de son poste de sénateur de la République. Le tout nouveau président a juré « devant Dieu et devant la nation d’observer fidèlement la Constitution et les lois de la République, de respecter et de faire respecter les droits du peuple haïtien, de travailler à la grandeur de la patrie et maintenir l’indépendance nationale et l’intégrité du territoire ». L’ex-président du Grand Corps n’a pas enfilé l’écharpe présidentielle que lui avait remise l’ancien président Michel Martelly le 7 février dernier devant cette même assemblée. Le chef d’État provisoire a été installé le dimanche 14 février au palais national. Les parlementaires ont fait durer le suspense avant de réaliser cette séance relative à doter le pays du nouveau président provisoire. La séance prévue samedi à 11 heures du matin n'a pu se réaliser que vers 14 heures de l'après midi pour se terminer tôt le dimanche vers 4 heures du matin. Le sénateur Steven Irvenson Benoit a boudé la séance. Son collègue Carl Murat Cantave, qui a assisté au premier tour du scrutin, n’a pas été remarqué dans la salle au moment du déroulement du second tour.

Réagir à cet article