Humanitaire : La situation du pays s’est davantage détériorée en 2015

À trois mois du terme du mandat de Michel Martelly qui a pris les rênes du pays après le séisme, les signaux restent inquiétants. Haïti, en plus de devoir faire face à la sécheresse, l’hyperinflation, la crise binationale et le choléra, se révèle incapable de gérer des désastres importants.

Publié le 2015-11-20 | Le Nouvelliste

Alors que depuis l’année dernière, la plupart des camps étaient fermés, surtout ceux qui se trouvaient sur les places publiques, le problème humanitaire semble entier. Faire disparaître les traces visibles de la catastrophe n’a pas occulté les défis structurels. Pour l’instant, les responsables humanitaires refusent de donner à la situation le nom de crise. « Plus ou moins à partir de la moitié de 2015, il y a eu détérioration constante de plusieurs dynamiques humanitaires en Haïti », affirme Enzo Di Taranto, le coordonnateur du bureau des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA), au forum humanitaire, jeudi. Cinq dynamiques en particulier attirent l’attention : le choléra, la crise de protection migratoire et binationale, l’hyperinflation des produits de première nécessité, la sécheresse la malnutrition et la vulnérabilité aux désastres. Environ 60 000 personnes vivent encore dans 45 camps établis à la suite du séisme de 2010. Le gouvernement n’a pas encore présenté sa stratégie de fermeture de ces lieux informels de survie, dont certains se transforment peu à peu en bidonvilles. En même temps, plusieurs camps se sont formés cette année près de la frontière avec la République dominicaine, accueillant des déportés ou rapatriés, livrés à eux-mêmes. Là encore, il n’y a pas de stratégie arrêtée de relocalisation. L’on s’attend à recevoir 180 000 rapatriés et déportés en 2016, selon OCHA. Dans ces camps frontaliers, le choléra fait rage. L’épidémie a déjà tué 14 personnes dans la zone d'Anse-à-Pitres, selon ce qui a été indiqué lors du forum. Plusieurs communes dans cinq départements sont en alerte. « Il y a eu, bien sûr, des progrès depuis l’apparition du choléra. Toutefois depuis le début de l’année 2015, il y a eu une évolution négative des indicateurs de l’épidémie », souligne Enzo Di Taranto. Le pays fait face depuis un an à la sécheresse qui a fortement ébranlé la production agricole. Sept départements sont en situation de crise alimentaire, le troisième niveau d’après la classification internationale, avant l’urgence puis la famine. La sécheresse est favorisée par le phénomène météorologique El Niño qui pourrait durer jusqu’au printemps prochain. « Toutes les études disent qu’Haïti sera le pays le plus affecté par El Niño au niveau continental. Et le résultat de El Niño en Haïti sera une intensification des phénomènes météorologiques, sécheresse et inondation, et une prolongation de la saison sèche», fait savoir le coordonnateur de OCHA. Le pays n’est cependant pas en mesure de faire face aux désastres majeurs. De plus, il y a une « augmentation continue des prix » des produits de première nécessité, tels la nourriture, l’eau et les médicaments, signale Di Taranto. Cette situation affecte particulièrement les ménages pauvres. Selon le dernier bulletin de la Coordination nationale de la sécurité alimentaire (CNSA), « comparé à septembre 2014, les prix sont en moyenne 80 pour cent plus élevés ». «En plus de la baisse substantielle de la production agricole au cours de ces deux dernières années, les statistiques de l'IHSI et de la BRH montrent une détérioration des conditions macroéconomiques au cours de l’exercice fiscal 2014-2015 », note le bulletin. Dans ce contexte humanitaire en pleine dégradation, la coordination des interventions préoccupe. Depuis 2014, les clusters mis sur pied après le séisme sont clos. Cette coordination de la réponse devrait revenir aux autorités haïtiennes, notamment en ce qui concerne la crise binationale, mais les signaux d’action de ce côté-là demeurent flous.
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".