Y aurait-il double comptage des votes aux sénatoriales ?

Publié le 2015-08-26 | Le Nouvelliste

National -

J’ai lu avec un très grand intérêt l’éditorial de Frantz Duval intitulé « Le malaise statistique» dans l’édition du Nouvelliste du mardi 26 août 2015. L’auteur a fait ressortir certaines incohérences statistiques dans les résultats préliminaires du scrutin du 9 août publiés par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le texte a éveillé le vieux réflexe de statisticien qui sommeillait en moi. Puisque le premier diplôme universitaire que j’ai obtenu est celui de statisticien délivré par le Centre de Techniques, de Planification et d’Économie Appliquée (CTPEA). Dans les premiers cours d’introduction à la statistique, quand on calcule un taux ou un ratio, exprimé en pourcentage, on conseille aux étudiants d’identifier clairement le numérateur et le dénominateur. Par la suite, il suffit de faire le rapport et multiplier le résultat par 100. Dans le cas du CEP, l’équivoque - et tout le tollé qui en découle - vient de l'ambigïté à identifier le dénominateur devant servir à calculer le ratio. Le Conseil électoral a dû publier une note pour expliquer sa méthode de calcul. Mais cette note n’a toujours pas résolu le problème. La note précise : « Le pourcentage est calculé en divisant le nombre de voix obtenues par un candidat par le total des votes valides multiplié par 100.» Le numérateur est donc clairement identifié : nombre de voix obtenues par un candidat. Le problème réside dans le dénominateur : le nombre de votes valides. Une confusion demeure encore entre nombre de votants, nombre de bulletins valides et nombre de votes valides. Pour les députés, cela ne pose aucun problème puisque l’on vote pour un seul député, le nombre de votes valides correspond au nombre de bulletins valides. Mais comme quelqu'un peut voter pour deux sénateurs, cela peut faire deux votes valides pour un seul bulletin valide. En fait, le pourcentage devrait être obtenu en divisant le nombre de votes valides obtenus par un candidat donné par le total de bulletins valides exprimés pour le poste en question. Pour toute la circonscription pour un député. Pour tout le département pour un sénateur. Cela est d’autant plus vrai que le CEP utilise la somme de votes ou de bulletins valides pour les députés afin de calculer le taux de participation aux législatives du 9 août par département. Pour obtenir le nombre de bulletins valides pour un département, le CEP additionne l’ensemble des votes valides pour l’ensemble des députés du département. J’ai effectué ce petit exercice avec les résultats préliminaires publiés par le CEP sur son site Internet. Les résultats obtenus changent énormément puisque le dénominateur devient plus faible. Mais, à part dans le département de l’Artibonite où un sénateur aurait été élu dès le premier tour, ce mode de calcul ne changerait pas les résultats dans les autres départements. Le tableau # 1 montre qu’en additionnant les votes valides obtenus dans toutes les circonscriptions pour les députés, nous obtenons 236 217 votes valides dans le département de l’Ouest et 109 065 dans le département de l’Artibonite. Cela devrait correspondre au nombre de bulletins valides si chaque personne qui vote pour un député votait aussi pour un seul sénateur. Or, dans son calcul, le CEP utilise respectivement 368 714 et 174 770 votes valides. La différence est, de toute évidence, trop élevée. C'est comme si dans l'Ouest il y aurait 132 497 personnes qui votent pour un sénateur sans choisir un député. Cela paraît assez improbable. Cet écart entre le nombre de bulletins valides et le nombre de votes valides pour tous les départements laisse penser qu'il y a eu un double comptage dans le calcul des pourcentages au niveau des élections sénatoriales. La confusion semble demeurer entre un vote valide et un bulletin valide. Le CEP doit encore expliquer en quoi consiste un vote valide au niveau sénatorial. Et surtout, pourquoi ce grand écart entre la somme des votes valides pour l’ensemble des députés d’un département et le nombre utilisé au niveau du même département pour les sénateurs. Quand on refait les calculs avec le nombre de bulletins valides exprimés pour l’ensemble des députés, le candidat Youri Latortue aurait gagné dans l'Artibonite avec un écart de 26.4 % par rapport à son poursuivant immédiat. Mais les résultats ont été annulés par le CEP pour ce département. Sur l’écart de 25 % Une autre pomme de discorde demeure l’écart de 25 % entre le candidat le plus favorisé et son poursuivant immédiat. L’article 90.2 de la Constitution de 1987 amendée précise : « Le candidat à la députation le plus favorisé au premier tour n'ayant pas obtenu la majorité absolue est déclaré vainqueur dans le cas où son avance par rapport à son poursuivant immédiat est égale ou supérieure à vingt-cinq pour cent (25%).» Quant aux élections sénatoriales, l’article 94.3 de ladite Constitution stipule : « À l'occasion des élections, le candidat le plus favorisé au premier tour n'ayant pas obtenu la majorité absolue est déclaré vainqueur dans le cas où son avance par rapport à son poursuivant immédiat est égale ou supérieure à vingt-cinq pour cent (25 %). » Le décret électoral reprend ces articles dans les mêmes termes. Mais il ne précise pas les pourcentages de quoi quand il parle de 25 %. C’est cette précision qui permettrait de déterminer le dénominateur sans aucune confusion. Un statisticien préciserait clairement le pourcentage de quoi (bulletins ou votes valides). Par exemple, on dit toujours 25 % du produit intérieur brut. Sans quoi le 25 % ne veut rien dire. Cette confusion porte certains candidats ou leurs avocats à choisir 25 % du total des votes obtenus par le poursuivant immédiat, ce qui serait absurde également. Car, on doit utiliser le même référent indiqué dans le calcul de la majorité absolue. Par souci de cohérence, le CEP doit regarder à nouveau son mode de calcul pour les sénateurs afin d’éviter toute confusion pour les prochaines élections.

Tableau # 1 : Somme des votes (bulletins) valides pour les députés Ouest Votes valides Artibonite Votes valides 1re 0 Dessalines 8 066 2e 9 939 Ennery 3 963 3eme 17 733 Gonaives 22 881 Pétion-Ville 20 245 Gros Morne 14 329 Kenskoff 7 990 Anse-Rouge 6 873 Delmas 13 820 Estère 6 162 Tabarre 7 513 La Chapelle 4 466 Cité-Soleil 17 543 Marmelade 5 778 Carrefour 20 334 Petite-Rivière 6 182 Gressier 5 923 Saint-Marc 4 755 Cx-des-Bouq 15 328 Saint-Michel 12 885 Thomazeau 7 219 Terre-Neuve 5 112 Ganthier 17 019 Verettes 7 613 Cornillon 6 616 Grande-Saline 0 Arcahaie 1 780 Desdunes 0 Cabaret 2 729 Anse-à-Galets 7 616 P-à-Raquette 5 326 Léogane 18 888 Petit-Goâve 21 633 Grand-Goâve 11 023 Total 236 217 Total 109 065 (Source : http://www.cephaiti.ht, calcul de l’auteur)

Réagir à cet article