Towo Suprême répondra aux défis

Une belle aventure attendra, d’ici un mois, le café pilé du terroir Towo Suprême dans six magasins de la chaîne Walmart au sud de la Floride. L’entreprise Geo-Wienner est à l’optimisme mais invite toutefois le ministère de l’Agriculture à se pencher davantage sur la filière café afin d’en augmenter la production.

Publié le 2014-08-14 | Le Nouvelliste

Economie -

« On aurait pu conquérir plus de places dans la chaîne de magasins Walmart si la sous-production ne caractérisait pas la filière café en Haïti. C’est nous qui avons choisi de nous limiter dans six magasins », a affirmé Douglas Wienner, directeur marketing et section café de l’entreprise Geo-Wienner dans une interview accordée au journal. « Le volume de café que nous aurons à offrir dans le cadre de ce contrat avec Walmart se situe dans la limite de nos moyens. Nous sommes bien conscients de notre capacité et c’est pour cela que nous nous sommes modérés dans nos ambitions », a- t-il poursuivi, soulignant qu’il n'y aura pas de manque en magasin pour ce qui concerne le café Towo Suprême. Le directeur marketing de Geo-Wienner a lancé un message spécial au ministère de l’Agriculture. « Le ministère de l’Agriculture doit se pencher sur la filière café afin de permettre au pays de profiter de cette opportunité, a soutenu Douglas Wienner. Une opportunité qui se présente à tous les acteurs de la filière café : les producteurs, les torréfacteurs et autres… C’est dans cette optique que nous avons essayé d’attirer l’attention de tout le monde sur une éventuelle disparition du café haïtien. Il faut qu’il y ait une motivation pour planter le café. » « Le café pilé se vend sur le marché informel comme du charbon de bois. Il serait mieux de le commercialiser à travers les réseaux de coopératives actifs dans la filière », a conseillé Douglas Wienner, invitant les producteurs à vendre le café aux torréfacteurs haïtiens pour que la transformation soit effectuée dans le pays. « Il y a création d’emplois aussi bien dans la production que dans la transformation. Quand nous exportons le café brut, ce n’est pas un avantage pour le pays », a –t-il ajouté, précisant qu’il n’y a même pas de café suffisant. M. Wienner a plaidé pour des investissements dans la filière café. « Les investissements dans le café vont contribuer au reboisement du pays, à la création d’emplois et au développement des industries de transformation et du tourisme », a expliqué Dougla Wienner, précisant que ces investissements doivent se faire sur une période de cinq ans. « Si nous donnons le ton, il est possible que Walmart vienne aussi investir dans la filière en Haïti », a fait croire Douglas Wienner.

Réagir à cet article