Jeudi 29 septembre 2016









CULTURE
Réunion OEA / Haïti

Haïti au carrefour de la coopération culturelle internationale

A la veille du 223e anniversaire de la cérémonie du Bois-Caïman, qui a eu lieu dans la nuit du 13 au 14 août 1791, Haïti vient d’écrire une nouvelle page dans la coopération internationale. Elles sont une vingtaine de délégations de pays membres de l’Organisation des États américains (OEA), qui se sont réunies les 12 et 13 août 2014, à l’hôtel Karibe, pour discuter autour des enjeux culturels et du développement durable de la région. Une fois de plus, Haïti tente de se repositionner sur la carte culturelle mondiale. Quelles sont les perspectives?


Dominique Domerçant Haïti, en accueillant la sixième réunion interaméricaine des ministres et des hauts responsables de la Culture, vient une fois de plus confirmer sa capacité à accueillir des évènements internationaux majeurs. L’ancien ambassadeur d’Haïti auprès de l’OEA et actuel ministre des Affaires étrangères, Pierre Duly Brutus, qui portait le dossier initialement, s’est réjoui que son pays continue à se placer comme un acteur important dans la coopération régionale et internationale. Quelle politique culturelle pour Haïti ? Pendant deux jours, les débats se sont tournés autour des thèmes comme le patrimoine, le dialogue, la diversité, les richesses, les opportunités, l’esthétique et les expressions culturelles et leur apport dans le développement et l’avenir des peuples américains. « Je suis confiant que la culture haïtienne par sa richesse et sa diversité peut grandement contribuer au développement du pays », a déclaré le Premier ministre Laurent Salvador Lamothe au cours d’un bref passage au siège de la réunion pour saluer les membres des différentes délégations et réaffirmer sa confiance dans le travail qu’effectuent les différents acteurs culturels publics et privés haïtiens. Le peuple haïtien est très attaché à son histoire qu’il considère comme un processus dans son besoin de penser l’avenir et de contribuer valablement et dignement à la construction d’une mondialisation plus ouverte et plus juste, a rappelé la ministre de la Culture, Monique Rocourt, au cours de son discours de clôture. Quelle coopération culturelle pour Haïti ? Comme pour rassurer tant les partenaires internationaux que les opérateurs culturels haïtiens, la ministre de la Culture a informé que le gouvernement haïtien est conscient du rôle de la culture dans l’architecture des relations régionales et internationales, pour se doter des moyens pour penser et mettre en œuvre des politiques qui prennent en compte les débats contemporains sur l’identité, la promotion de la paix entre les peuples et le développement durable. Nous avons besoin d’interactions entre nous pour faire de la culture cette passerelle solide et constamment entretenue entre les peuples américains. «Permettez que je vous transmette les bons mots et les sincères remerciements du président de la République, Michel Joseph Martelly, du Premier ministre Laurent Salvador Lamothe, au nom du peuple haïtien et particulièrement au nom du secteur culture», a conclu Mme Rocourt. Au terme de cette rencontre internationale, nombreux sont les engagements qui seront pris entre les différents pays pour renforcer leurs actions culturelles. Et si l’État haïtien disposait de véritables regroupements culturels représentatifs pour assurer le suivi et la matérialisation de ces engagements !











AUTEUR
Dominique Domerçant dominiquedomercant@gmail.com

Réagir à cet article

Les commentaires sont modérés

Chaque contribution postée est soumise à modération. Vous pouvez alerter l'équipe du Nouvelliste, d'une contribution qui vous semble ne pas respecter notre charte en cliquant sur le bouton << Voter contre >>, présent sous chaque commentaire. Notre équipe sera automatiquement prévenue et fera le nécessaire.

La charte de moderation












Haut de la page