Vendredi 9 décembre 2016









IDEES ET OPINIONS

La nouvelle guerre américaine en Irak: celle de Barack Obama


Certaines fois la vie est ironique ! Les Etats-Unis sont « techniquement » en guerre en Irak, et cette fois ce n’est pas la guerre des Bush mais bien celle de Barack Obama. Pauvre Obama en guerre presque malgré lui ! Près de 10 ans de cela, le Président Obama a pratiquement construit son apogée politique par son opposition à la guerre en Irak de George W. Bush ; il était l’un des plus fervents opposants de l’invasion de l’Irak en 2003 . Il a mis un point d’honneur et en a fait une promesse phare de campagne de mettre fin à l’occupation américaine de l’Irak. Promesse tenue, l’une des rares me diront certains esprits avisés. Et patati, et patata, la révolte en Syrie est passée par-là. En Syrie à force de traîner les pieds pour aider des gens fréquentables qui travaillaient à la chute du Président Bachar El-Assad, les Occidentaux et les Etats-Unis en tête ont favorisé la montée en puissance, et le mot est faible, de groupes islamistes intégristes obscurantistes comme le Front Al-Nousra lié à l’Organisation Al-Qaïda et à la très redoutable EILL (ISIS en anglais) qui agissent dans un territoire à cheval sur l’Irak et la Syrie. Les Etats-Unis ont mal géré le dossier syrien. Les hésitations du président Obama et sa faiblesse à faire respecter les lignes rouges qu’il s’est lui-même fixé à créé une situation inextricable en Syrie. Au point de se demander: qui en Occident de sensé et de responsable peut souhaiter encore la chute de Bachar El-Assad ? En politique étrangère, les décisions sont dictées par la « Real Politik » et aujourd’hui sans être cynique, on peut raisonnablement dire que Bachar El-Assad est un salaud et un assassin, mais il peut passer pour un enfant de cœur en comparaison à ces énergumènes de l’Etat Islamique en Irak et au Levant (EILL). La position dominante de l’EILL a été telle en Syrie, qu’il s’est senti pousser des ailes pour envahir l’Irak et mettre à genou l’armée Irakienne. Précédé de sa réputation d’une cruauté et d’une brutalité hors norme, l’EILL a mis en déroute presque sans combattre l’armée Irakienne, amassé un véritable arsenal de guerre et mis la main sur plus de 400 millions de dollars américains qui étaient stockés à la banque de Mossoul, l’une des villes irakiennes qui ont passé sous leur contrôle. Avec un tel trésor de guerre et contrôlant un territoire aussi vaste, l’Etat Islamique en Irak et au Levant (EILL) a réussi à faire ce que même Al-Qaïda n’aurait pu espérer dans ses années de superbe et en ce jour Al-Bagdadi, le chef de l’EILL, est à la tête de la plus grande structure terroriste du monde. Face aux risques d’une chute totale de l’Irak et du déclenchement d’un processus d’extermination des chrétiens et les autres minorités d’Irak, Barack Obama se devait de réagir. A contre-cœur peut-être, il a envoyé un certain nombre de « conseillers militaires » en Irak selon la terminologie officielle. Suivez mon regard dans conseiller militaire, il y a le mot militaire. Face à l’avancée des obscurantistes de l’EILL, l’Etat-major américain a fait sortir les avions de guerre pour rétablir un équilibre moins défavorable sur le terrain pour les forces loyalistes kurdes et irakiennes et livrer de l’armement digne de ce nom à ces mêmes forces. La France a fait de même. Alors, on vous saurait gré, Monsieur le Président, d’appeler un chat, un chat. Les Etats-Unis sont une nouvelle fois en guerre en Irak. Les guerres ne sont jamais jolies et encore moins amusantes, mais toutes les guerres ne sont pas sales ou mesquines. La guerre de 2003 a été une guerre injuste, mais aujourd’hui nous avons l’obligation morale de protéger des populations civiles contre la barbarie, l’obscurantisme et la cruauté inqualifiable des fous et des attardés mentaux de l’Etat Islamique en Irak et au Levant. Et, aujourd’hui même, les plus grandes autorités morales du monde comme le pape appellent à une intervention pour arrêter l’inacceptable.











AUTEUR
Fernando Estime, Directeur de Recherche à la L’Ouverture Institute for Diplomacy and Global Affairs, Site : www.lidgajournal.com Facebook : www.facebook.com/estimefernando Twitter : www.twitter.com/ fernandoestime

Réagir à cet article

Les commentaires sont modérés

Chaque contribution postée est soumise à modération. Vous pouvez alerter l'équipe du Nouvelliste, d'une contribution qui vous semble ne pas respecter notre charte en cliquant sur le bouton << Voter contre >>, présent sous chaque commentaire. Notre équipe sera automatiquement prévenue et fera le nécessaire.

La charte de moderation












Haut de la page