Vendredi 9 décembre 2016









TICKET MAGAZINE

Djakout la reveye !

Cinq ans après la sortie de l’album Pwofite, Djakout #1 annonce l’arrivée de son prochain disque avec « Lòd nan dezòd ». Un vidéoclip fraîchement sorti sur Youtube et qui compte déjà les vues par milliers.


On s’attendait à quelque chose de plus créatif, de plus original en termes de réalisation vidéographique. Le mot « innovation » dans cette nouvelle parution n’est pas le fort des musiciens de Djakout #1. S’ils réclament leur suprématie en animation musicale, ils ne sont pourtant pas au top dans le classement vidéo. Trois ans après le carton de « Reyalite a », « Lòd nan dezòd » ne justifie guère le poids des années séchées par Djakout #1 pour venir à bout d’un clip moyen en plein été. Ce nouveau jet passera très loin du succès de « Reyalite a », environ 500 000 vues sur Youtube. Et compte tenu de la polémique, la vidéo ne tient pas la route. Si l’on fait omission du message véhiculé, le tube, considéré comme test pressing du prochain album, est en partie une suite logique de l’évolution de « La familia » de Djakout Mizik. Femmes, boissons, alcool, voitures qui défilent… Rien n’a vraiment changé dans la démarche de Djakout #1. Le concept reste le même. Le groupe se reproduit, prend le large tout simplement en absence d’anciens ténors. Aucun effort n’est fait, sinon qu’en période de carnaval. Dans « Lòd nan dezòd », la différence semble exister au niveau du rabòday qui connaît un regain de vigueur plus entraînant dans les solos de Ti Regi. Maturité, diront plus d’un ? Peut-être. Cinq ans est suffisant pour repenser sa partition. Mais on croirait que Djakout #1 se dit qu’il n’a plus rien à prouver. Ignorant qu’il doit se dépasser, étant l'une des premières références du compas local, pour montrer la route aux jeunes groupes musicaux. D’où, côté progrès, la bande à Pouchon Duverger fait du surplace. A priori, elle n’entend pas renier avec les vieilles pratiques. Si l’équipe #1 ne se vantait pas trop dans le texte musical, la chanson serait bien appréciée. Voire être considérée comme un hommage mérité à Nemours Jean-Baptiste. Soixante-quatre ans après la naissance du compas, il doit se retourner dans sa tombe, impuissant et insatisfait. Djakout #1, conscient du manque à gagner, envisage de rectifier le tir, selon le refrain. « Djaz peyi a » entend se réveiller avec « Lòd nan dezòd », comme leitmotiv de mise en garde. « …Djakout #1 la reveye ! » est sans doute le passage le plus captivant de ce nouveau clip. D’autres morceaux restent à découvrir sur cet album baptisé « Lòd nan dezòd » qui sortira très prochainement. En attendant que le compas se remette au pas, Djakout #1 la reveye !











AUTEUR
Dimitry Nader Orisma

dimitrynader@gmail.com

Réagir à cet article

Les commentaires sont modérés

Chaque contribution postée est soumise à modération. Vous pouvez alerter l'équipe du Nouvelliste, d'une contribution qui vous semble ne pas respecter notre charte en cliquant sur le bouton << Voter contre >>, présent sous chaque commentaire. Notre équipe sera automatiquement prévenue et fera le nécessaire.

La charte de moderation












Haut de la page