Mercredi 28 septembre 2016









TICKET MAGAZINE

"Anyway", J- Perry essaie autre chose…

« Anyway » est la dernière chanson de Jonathan Perry. Sortie le 12 août en audio et vidéo sur Youtube et dans les médias, cette chanson est un cri de cœur. Elle n’annonce pas un album, mais plutôt un autre J-Perry, piqué par la flèche de Cupidon et qui se cherche encore côté style...


La vie n’est pas faite seulement de « Enjoy » et de parties de « Bouje » ou de rêve de devenir « Prezidan ». Elle apporte aussi ses lots de déceptions… amoureuses. L’artiste fait souvent du public son complice en partageant ses sentiments, ses émotions avec lui. « On ne peut pas toujours vivre avec la personne qu’on aime », exprime le chanteur. Ce n’est pas une simple chanson tirée de sa créativité. C’est une histoire vraie. « Anyway » traduit une certaine philosophie de « Je t’aimerai toujours ». « Anyway, I will always love you ». Eh oui ! Le titre, comme le texte entier, est en anglais. Il n’y a aucune prétention derrière, selon J-Perry. « Les mots me sont venus en anglais. Cela n’a rien à voir avec une volonté de produire dans une autre langue. Si je parlais l’espagnol, j’aurais fait la même chose », justifie-t-il. En revanche, c’est une chanson personnelle qui s’adresse à une personne en particulier. Le message est donc bien clair, mademoiselle. Comme on dit dans notre vernaculaire, « mèt pwen an, ranmase l ». « Cette chanson veut beaucoup dire pour moi », confie J-Perry dont la chanson « Dekole » a été reprise par la Brésilienne Claudia Leitte et JenCarlos Canela (El Diablo). Même si la structure du texte laisse des appropriations diverses. Vidéo en noir et blanc dans laquelle le chanteur laisse même voir une scène de tendre bisou avec une jolie figurante sur le rythme d’un soft reggae. Jonathan Perry, qui a participé récemment au carnaval brésilien, baisse un peu le tempo cet été. Il est encore en quête d’une identité musicale qu’il promet de mettre au point dans son prochain album. « J’essaie de faire un métissage à partir de plusieurs styles musicaux. Pour le moment, je collecte les meilleurs sons. » Cet album, confie le petit protégé de Carl-Frederick Berhmann, doit être prêt avant la fin de cette année ; mais surtout pas de précipitation, précise-t-il. Ticket a essayé vainement de lui tirer les vers du nez. Pour l’instant, il ne peut avancer aucun détail sur ce prochain disque. Le divorce d’avec le playback Après ses expériences sur la scène internationale, ses collaborations avec des artistes comme Admiral T, Claudia Leitte, entre autres, J-Perry réalise qu’il doit dire adieu au playback et embrasser le live. Il a pris goût aux vibrations que procurent les instruments en live. Ainsi se fait-il accompagner des musiciens du groupe Akoustik lors de ses prestations. Guitare basse, batterie, guitare acoustique… c’est un autre feeling. La convoitise des compagnies de production internationales… Encore une fois, très cachottier, J-Perry a fait le malin en taisant le nom de ces compagnies internationales qui sont intéressées à lui. Il en est encore à la phase de négociations, donc rien n’est encore concret. Son silence pour le moment sur la question serait donc bien stratégique ? En tout cas, on peut s’attendre au meilleur pour J-Perry qui ne cesse de compter les succès depuis son décollage en 2011.











AUTEUR
Joël Fanfan

Réagir à cet article

Les commentaires sont modérés

Chaque contribution postée est soumise à modération. Vous pouvez alerter l'équipe du Nouvelliste, d'une contribution qui vous semble ne pas respecter notre charte en cliquant sur le bouton << Voter contre >>, présent sous chaque commentaire. Notre équipe sera automatiquement prévenue et fera le nécessaire.

La charte de moderation












Haut de la page