Vendredi 9 décembre 2016









TICKET MAGAZINE

Makfrèt présente son premier album

Deux ans après sa démo baptisée ¨San bri san kont¨, le rappeur revient au rayon des CD avec ¨Potomitan¨, son premier album, signé à Saint-Marc le 26 juillet 2014. Ce faisant, il entre dans l’histoire comme étant le premier rappeur de province à remporter ce pari.


Makfrèt ou Chaplèt, c’est l’homme qui partage avec Blaze One le clip ¨Chay la lou¨. Une chanson qui parle de la porte de sortie de l’existence avec pas mal de figures de style. Le natif de Saint-Marc nommé Louidort Charles André fait ses premières armes au sein de groupes comme 420 Rap, Yellow Teeth avant de passer en solo en 2010. Mais son baptême de feu avec la bande FM, il le prend avec ¨Bout nèg¨ qu’il partage avec Episode en 2012. Dans la foulée, on découvre ¨San bri san kont¨ qui lui conforte une certaine présence dans les médias tant de Saint-Marc que de la capitale. Makfrèt, sans perdre de temps se fait manager par Macédoine Julien Gresky. Pour le lancement de ¨Potomitan¨ son premier album, le Saint-Marcois a opté pour sa ville natale. Question, dit-il, de prouver que la province est tout aussi capable. Du social, de l’amour, des dénonciations s’alternent comme thèmes dans cet opus de 16 plages, s’il ne faut pas compter un bonus track baptisé ¨Tèt sou zepòl¨ et qui faisait office d’une méringue pour le carnaval qui s’est tenu en février dans la métropole de son département. L’étudiant en sciences juridiques dit faire du rap pour conscientiser, dénoncer les travers de la société et manifester son aversion pour les querelles, les polémiques entre artistes et groupes.L'artiste ne cache pas pour autant ses accointances avec les gars au foulard bleu dont Blaze One. Il dit aussi tenir à la qualité des textes. Avec un certain chauvinisme, Chaplèt précise agir pour prouver que sa région est capable de beaucoup dans le rap. Son challenge d’ailleurs c’est de se faire écouter de la Navase, à l’île de la Tortue et sur le web. Reconnaissant, le rappeur affirme que ¨San bri san kont¨ ne verrait pas le jour sans l’apport de Phann Johnson, le nec plus ultra en matière d’émission rap de l’Artibonite; et de Audio pro studio de Saint-Marc qui a réalisé l'opus. Un signal clair selon de l’autonomisation progressive des régions, selon lui. L’Artibonitien compte présenter l’album à Port-au-Prince. Notamment dans des espaces qu’il précisera sous peu par voie de presse sous peu. Autre projet, il entend vidéoclipper les plages dont la septième ¨Aprann viv ak trèt¨, la huitième ¨Tipa tipa¨, et la dixième qui est le titre éponyme.











AUTEUR
Chancy Victorin

chancyvictorin@ticketmag.com

Réagir à cet article

Les commentaires sont modérés

Chaque contribution postée est soumise à modération. Vous pouvez alerter l'équipe du Nouvelliste, d'une contribution qui vous semble ne pas respecter notre charte en cliquant sur le bouton << Voter contre >>, présent sous chaque commentaire. Notre équipe sera automatiquement prévenue et fera le nécessaire.

La charte de moderation












Haut de la page