Dimanche 25 septembre 2016









TICKET MAGAZINE

Le guitariste Stanley Jordan est en Haïti

La fête sera à l'hôtel Oloffson le jeudi 14 août 2014, en prélude au long week-end de l'Assomption. Le groupe Ram recevra dans son fief le groupe Rasin Mapou, les dj Janlou et Gardy Girault et le guitariste américain Stanley Jordan, connu en particulier pour sa maîtrise du “tapping”. Quelques heures seulement après son arrivée en Haïti dans l'après-midi du 12 août, l'artiste a pris le temps de rencontrer quelques représentants de la presse.


Initié à la musique très tôt par sa mère, c'est d'abord du piano que le jeune Stanley joue. Mais un revers de fortune ayant contraint ses parents à vendre le piano, il se tourne vers la guitare qui est bien plus abordable. Depuis, il ne s'est jamais démarqué de la musique, jouant tour à tour de la guitare, du piano avant de finalement jouer des deux en même temps ! « De très bonnes choses peuvent venir de l'adversité », lance-t-il, se remémorant les heures de pratique. Stanley Jordan est en grande partie connu pour sa façon de jouer, le tapping, technique consistant à taper une corde plutôt qu'à la gratter ou la pincer. Critiqué par certains et admiré par d'autres, le musicien pense que sa façon de jouer a été influencée par le fait qu'il a d'abord pratiqué du piano avant de s'intéresser à la guitare. « Normalement, pour jouer une seule note sur la guitare, il faut deux mains. Une main choisit la note et l'autre crée la vibration. Mais avec ma technique, je peux jouer de la guitare avec juste une main, ce qui me permet d'utiliser l'autre pour faire autre chose, comme jouer d'une autre guitare ou pianoter sur un clavier », explique-t-il, avant d'ajouter qu'il ne s'agit pas pour lui d'une astuce ou d'une quelconque démonstration. « Je le fais dans un but purement musical, car pour moi, en ces moments, la guitare et le piano ne font qu'un seul instrument avec diverses couleurs. » Au cours de sa carrière professionnelle qu'il a commencée véritablement en 1981, Stanley Jordan a pratiqué différents types de musique, allant du jazz à la musique classique, en passant par le rock. Il a aussi travaillé avec de nombreux grands artistes. « Il m'est difficile de citer les collaborations qui m'ont le plus marqué », avoue le guitariste, se rappelant toutefois sa participation aux côtés de Kenny Rogers sur le titre « Morning desire », numéro 1 dans le country chart. Sur son dernier album, « Friends », sorti en 2011, les collaborations sont tout aussi nombreuses. On y retrouve Kenny Garrett, Nicholas Payton, Regina Carter, Ronnie Laws et Charlie Hunter, entre autres. Stanley Jordan visite Haïti pour la première fois à l'invitation de Richard Morse qu'il avait connu à l'université. « J'ai fait des escales en Haïti à plusieurs reprises lors de certains de mes voyages avec Air France. Aujourd'hui, je suis content d'avoir enfin eu l'opportunité de laisser l'aéroport d'Haïti pour entrer au pays. » De plus, il semblerait que le guitariste a des racines en Haïti. « Il paraît que j'ai des ancêtres en Haïti du côté de ma mère. J'espère faire plus de recherches sur le sujet. » En Haïti depuis l'après-midi du 12 août, l'artiste animera un atelier sur la musique à l'hôtel Oloffson le mercredi 13 août. « Je pense qu'il est important de transmettre nos connaissances pendant qu'on peut encore le faire. C'est la raison pour laquelle j'essaie toujours de trouver du temps pour enseigner malgré mon agenda très chargé », confie Stanley qui dit aussi ne pas avoir défini un sujet précis pour cette rencontre. Dans la soirée du jeudi 14 août, le guitariste se produira aux côtés des groupes Ram et Rasin Mapou et des dj Gardy Girault et Janlou dans la cour de l'hôtel Oloffson. Pour cette première performance, l'artiste promet une grande variété de musique. Outre son œuvre qu'il fera découvrir au public haïtien, il tentera aussi de jouer certains mélodies et rythmes traditionnels du terroir.






Un atelier pour partager ses expériences À l'initiative de Richard Morse, le guitariste Stanley Jordan est en visite en Haïti. En quête de nouvelles activités, le maître à penser du groupe Ram s'est rappelé de son ancien camarade universitaire et lui a fait un message auquel ce dernier a répondu avec enthousiasme. Les conditions de la venue de cet homme qui peut manier deux guitares en même temps ont vite été présentées puis remplies. L'artiste se produira dans la cour de l'hôtel Oloffson le jeudi 14 août après avoir animé dans l'après-midi du mercredi 13 août un atelier sur la musique. Avec le support de la Digicel, de Rhum Barbancourt et de la Fokal, un atelier de musique avec Stanley Jordan pendant son passage en Haïti a été organisé. Une occasion pour l'artiste de partager ses acquis et de revenir sur certaines de ses techniques de base. Quelques guitaristes haïtiens, des envoyés de l'École de musique Sainte-Tinité et de l'Enarts et d'autres référés de Joel Widmaier pourront profiter des connaissances et expériences du guitariste et pianiste professionnel qui s'est fait connaître notamment pour sa maîtrise du tapping.





AUTEUR
Daphney Valsaint Malandre

daphneyvalsaint@ticketmag.com

Réagir à cet article

Les commentaires sont modérés

Chaque contribution postée est soumise à modération. Vous pouvez alerter l'équipe du Nouvelliste, d'une contribution qui vous semble ne pas respecter notre charte en cliquant sur le bouton << Voter contre >>, présent sous chaque commentaire. Notre équipe sera automatiquement prévenue et fera le nécessaire.

La charte de moderation












Haut de la page